Capture d’écran 2018-12-04 à 15.55.52Le saviez-vous ? John Waters a une irrésistible passion pour les loisirs créatifs et tout particulièrement la confection de cartes de Noël, qu'il fabrique amoureusement depuis ses années lycée (1964 pour être précis). Une info qui serait aussi chiante qu'un après-midi sur France 3 si l'on ne parlait pas du réalisateur de Pink Flamingos et Female Trouble. Cartes de crédits qui chauffent, toyboys sous le sapin et mère fouettarde BDSM : quand Divine et ses amies (Jean Hill et Edith Massey) attrapent le mythe de Noël par les boules, on ne peut que jubiler. Waters tenait à ce point aux fêtes de fin d'année qu'il a écrit dans son livre Crackpot: The Obsessions of John Waters : "Carrière, vie amoureuse, mariage et tous les encombrements de la vie quotidienne doivent s'asseoir sur la banquette arrière. Dès que le 25 approche, l'anxiété et la pression de ressentir le "bonheur" font partie du rituel. Si tu ne peux pas perpétuer l'esprit, soit tu es un communiste pourri soit tu as besoin d'un psychiatre. Pas étonnant que tu n'as pas d'ami."  Provoc', décadence et insouciance : il est là le véritable esprit de Noël, alors remballez vos Disney les fragiles.

Capture d’écran 2018-12-04 à 15.55.35_1

Capture d’écran 2018-12-04 à 15.56.07

Capture d’écran 2018-12-04 à 15.56.19

Capture d’écran 2018-12-04 à 15.56.44

Capture d’écran 2018-12-04 à 15.56.57

Capture d’écran 2018-12-04 à 15.57.06

Capture d’écran 2018-12-04 à 16.40.37

Capture d’écran 2018-12-04 à 16.40.52

Capture d’écran 2018-12-04 à 15.56.33