Capture d’écran 2018-12-05 à 12.17.21

Derrière les hashtags #ThotAudit, #ThotPolice ou #ThotPatrol, se cache une immense entreprise de délation : des centaines de twittos signalent les comptes de camgirls et escorts. Soit pour qu'elles se fassent contrôler par les services fiscaux soit pour que Paypal ferme leur compte. Mais qui est à l'origine de cette vaste croisade de poucaves néo-réac' ? Des contribuables soucieux d'une plus grande justice fiscale ? Que nenni...

Pour comprendre ce mouvement, revenons déjà à son étymologie : Thot siginifie That Hoe Over There ( "cette p***  là-bas"). C'est donc sous le regard attendri des bonnes fées slut-shaming et misogynie que le Thot Audit a grandi. Quant à sa naissance, il s'agit d'un accident. Il y a quelques jours, un internaute, retrouvé par Motherboard, poste un statut lol mdr sur Facebook. Il ne sait pas encore que sa vanne va avoir d'énormes conséquences. Petit rappel : l'IRS (Internal Revenue Service) est l'agence fédérale américaine qui s'occupe des impôts et des taxes.Capture d’écran 2018-12-05 à 11.41.21

Devenues virales, ces quelques lignes vont inspirer une communauté qui voue une haine viscérale aux femmes : nos amis les incels et autres masculinistes. Pour eux, les travailleuses du sexe exploitent la misère sexuelle et affective des perdants qui ne sont pas des "chads", des blonds successful et musculeux. Pour eux, ces femmes sont des prédatrices, les mêmes que celles qui les snobaient dans la cour du lycée. Un discours victimaire, comme d'hab', et une fixette malsaine sur leur adolescence, comme d'hab'. Ci-dessous, le discours de l'un des leurs sur le sujet, depuis viré de Twitch pour ses propos, représente bien ce paradoxe : un type boursouflé de haine qui se plaint sur un air de piano larmoyant...

Se voulant les porte-paroles de la Génération Z, qu'ils appellent parfois la Génération Zyklon pour affirmer leurs valeurs conservatrices (le bon goût n'a pas de limite), les incels se sont donc mis à exposer des camgirls et des escorts à l'oprrobre publique tout en proposant des tutos dénonciation, qui ont un certains succès puisque l'administration américaine propose de l'argent à ceux qui leur rapportent des contrevenants.

Capture d’écran 2018-12-05 à 12.15.03Mais l'affaire ne s'arrête pas là. Un ThotBot, une IA, a même été créé et a collecté les données de plus de 20.000 profils. Des victimes sont déjà à déplorer chez les sex workers comme le montre Wired, précarisant toujours plus des femmes qui ont des vies déjà instables financièrement. Elle est belle votre justice.