# Le paon : le royaliste. Il a conservé les mêmes fringues depuis le 18ème siècle, mais ne vous fiez pas à sa fraise et à son air pédant : il n'a plus aucune activité politique, et passe le temps en lisant Lorànt Deutsch et en pestant contre l’implantation des kebabs dans sa rue. Comme les courtisans de Louis XIV qui se parfumaient beaucoup mais ne se lavaient pas et se soulageaient sous les escaliers, il fait le beau alors qu'il n'est pas très regardant sur l'hygiène. 

# La vache : la trumpiste. Passe son temps à ruminer. Bien ancrée dans son terroir, elle n’a jamais vu ni un Noir ni un Arabe. Son bilan carbone est désastreux.

# Les hyènes : Génération Identitaire. Se regroupent en meute pour hurler méchamment à la lune. 

# Le suricate : le complotiste. Quand il n’est pas occupé à mater des vidéos de Soral dans son terrier, il guette les chemtrails dans le ciel.

suricate

# Le canard : Civitas. Ils piaillent pour tout et n'importe quoi, traînent toujours leurs gosses derrière eux, et dissimulent de sombres histoires de viols pédophiles.

# La tortue : le RPR. Comme Jacques Chirac, elle n’a jamais rien foutu mais a mystérieusement réussi à acquérir une certaine hype

# Le chat : le droitard. Territorial, xénophobe (prenez pour preuve leur haine viscérale des chiens), et toujours armé de ses griffes, le chat est clairement marqué à droite. Si la plupart de ces félins sont férocement indépendants, ce qui en fait des sortes d’anars ultralibéraux, certains d’entre eux succombent au culte de la personnalité.

kitler

# Le pélican : centre-droit. Le plus gros goitre du règne animal après Balladur. Emmagasine des idées mais a du mal à les recracher.

# Le ver solitaire : le macroniste. Il n'a eu qu'à traverser la rue pour trouver un emploi dans le secteur de ton rectum. Ce parasite n'a aucun scrupules à voler ta bouffe et à manger les sandwichs triangle que tu as péniblement achetés avec ton SMIC. Résultat : alors que tu maigris de plus en plus, lui grossit jusqu’à faire le baobab dans ton estomac. Le pire, c'est qu'il n'est même pas taxé sur l'ISF.

# Les lapins : les gilets jaunes. Occupent les rond points, se reproduisent très rapidement, et rongent tout sur leur passage. Ca te détruit un tapis Dior.

# Les dauphins : les socialistes. Attention : ils ont une image sympa et inoffensive mais sous leurs airs pépères, ce sont des frotteurs notoires (poke le MJS). Même remarque pour les chiens, qui passent pour des animaux cools alors qu'il s'agit en réalité de social-traîtres à la solde du Grand Capital :  ils défendent leurs maîtres sans comprendre pourquoi, et chérissent l’ordre et le patriarcat.

dauphin

# Le rat taupe nu : le féministe. Bien qu'ils ressemblent à s'y méprendre à des pénis, ces rongeurs forment en réalité des sociétés matriarcales. A l'instar des FEMEN, ils considèrent la nudité comme un moyen de faire passer leur message. 

# Le dodo :  le communiste. Il a disparu depuis des années mais son souvenir nous hante toujours.

# Les fourmis : Lutte Ouvrière. La classe ouvrière a un rôle central chez ces insectes laborieux. Pour une fourmi l'individu n'est rien, la colonie de camarades fourmis est tout. Leur but ultime : la révolution des fourmis prolétariennes.

# Le morpion : le zadiste.  S’accroche dans les zones broussailleuses et non urbanisées. Sa lutte converge parfois avec celle du castor, mammifère écolo qui aménage son environnement et le protège en construisant des barrages.

# Les frelons asiatiques : les black blocs. En rupture avec la gauche traditionnelle et les syndicats, ils volent en escadrille pour détruire des ruches et du mobilier urbain.

Un dossier coordonné par Bettina Forderer, avec Marion Girard, Félix Lemaître, Oriane Olivier, et Patrick Thévenin

++ Cette enquête est participative : si vous avez des informations sur ce sujet, n’hésitez pas à nous les communiquer. Nous publierons vos contributions les plus pertinentes.