lesvisiteuses_1Tout ce qui existe, a un équivalent porno”, dit la règle 34 des Internets. Chaque blockbuster qui sort a son pendant érotique : Clockwork Orgy, Edward Penishands, ou encore La playmate des singes… Dès le début du cinéma X, l’industrie pornographique a parodié des films célèbres. Pour donner un mince filet narratif à des oeuvres qui en sont presque dénuées, mais aussi pour dédramatiser la consommation de pornos par l’humour. Quand tu es au ciné, c’est plus facile de demander un ticket pour Fantom’ass que pour Baise-moi grosse salope. 

parodieporno2

Les pires parodies X sont souvent les meilleures, un livre sorti aux éditions indépendantes Huginn & Muninn, se penche sur ce phénomène de niche. Les auteurs Jade Aurle et Jacques Fasse ont passé des mois et bien des nuits blanches à faire des recherches pour exhumer des pépites du genre. La raison de leur fascination ? Alors que le cinéma dit “X” semble avoir perdu sa qualité narrative à l’heure de la toute puissance du gonzo et des vidéos pseudo-amateur, il s’agit de “l’une des dernières niches à s’acoquiner avec la forme d’un long métrage, à revendiquer la qualité de film et parfois d’oeuvre”.

lesparodies

++ Les pires parodies X sont souvent les meilleures est disponible ici