Un reportage de 1988 dans le Limousin sur les "didji", ces mordus du rhythme qui ont remplacé les musiciens de bal et qui gagnent 8000 francs par mois en moyenne. Soit le cachet actuel d'un set de 2 heures d'un DJ de moyenne notoriété.