Pas facile à croire, mais oui : il existe sur cette planète des substances plus dangereuses pour l’organisme qu’une bouteille de Manzanita, un fond de Villageoise frelatée aux délicieux arômes de plastique ou encore une canette tiède de Maximator avalée en fin de soirée. Si vous cherchez à vous flinguer le foie dans les règles de l’art, 1001Cocktails – l’un des sites de recettes les plus visités en France, d’habitude par les amateurs de margarita et de piña colada – propose aussi des mélanges impliquant une quantité généreuse de stupéfiants plus ou moins hallucinogènes. Un peu comme si Marmiton.org expliquait comment cuisiner chez vous comme un chef des mi-cuits au crack, ou une tartiflette parfumée à l’opium. Bien entendu, le site se couvre en expliquant que les recettes en question sont publiées « à titre informatif et préventif » : « Nous vous conseillons vivement de ne pas les réaliser. Et si jamais vous prenez le risque, nous ne sommes pas responsables des résultats. À vos risques et périls : ne pas consommer, même avec modération. » N’empêche que la confection des cocktails, notés comme sur toutes les autres pages du site sur une échelle de difficulté et de prix (de « bon marché » à « assez cher »), reste expliquée étape par étape ; liste d’ingrédients et d’ustensiles à l’appui. Allez, santé !

Le sirop à la codéine et à la prométhazine
Le lean – aussi appelée purple drank, dirty sprite ou sizzurp par ses plus fins amateurs – est sans doute le cocktail de junkie le plus référencé dans le rap US et la pop culture actuelle. Popularisé entres autres par la Three 6 Mafia, UGK et surtout DJ Screw (qui en a d’ailleurs crevé d’overdose), ce mix violet à base de sirop contre la toux continue d’être name-droppé aujourd’hui : Future explique en boire tellement que son urine aurait pris la couleur du mélange, Lil Pump ne lâche jamais son gobelet dans ses clips et Young Thug se serait soi-disant injecté le mélange en intraveineuseÀ déguster traditionnellement dans un double cup (deux verres empilés).
Les ingrédients pour un verre : 4 cl de sirop contre la toux, 10 cl de limonade (soda, Sprite ou 7up) et des bonbons acidulés.
Le conseil qui défonce « Servir dans un verre de type "tumbler" ».bojack bar (1)Le « Cat-a-Tonic », saupoudré de kétamine
Il fallait y penser : un gin tonic mélangé avec de l’anesthésique pour cheval, et un habile jeu de mot pour le nom de
ce cocktail à base de kéta.
Les ingrédients pour un verre : 3 cl de gin, du Schweppes Tonic et une pincée de kétamine.
Le conseil qui défonce : « Verser les ingrédients dans le verre (sauf le tonic), mélanger, remplir de glaçons et compléter avec le tonic. »orangeLe « Moloko Plus », goût mescaline-amphétamine-adrénaline
Ni plus ni moins que le breuvage hallucinogène préféré des gangsters sociopathes fans d’ultraviolence. Inspiré d’Orange Mécanique (écrit par Anthony Burgess et adapté au ciné par Stanley Kubrick), le Moloko est particulièrement apprécié par les « droogies » au comptoir du Korova Milk Bar. Selon les variantes, le cocktail contient du lait, de la vodka et un paquet de saloperies : des barbituriques, des amphétamines, de la mescaline ou encore de l'adrénochrome. Un bon moyen de se désaltérer pour ces jeunes un poil perturbés avant de partir tabasser des clochards, violer en « ça-va-ça-vient » des femmes dans les rues sombres de Londres, et piller les villas des bons citoyens britanniques.
Les ingrédients pour un verre : 5 cl de lait, 7 cl de vodka et un tout un tas de psychotropes au shaker.
Le conseil qui défonce : « Frapper les ingrédients au shaker avec des glaçons et verser dans le verre en retenant la glace. »

mojitoLe « Mojito Marijuana »
Difficile de comprendre si la recette est censée impliquer de la weed ou bien simplement des feuilles de chanvre pilonnées. Dans les deux cas, on voit mal comment le résultat pourrait avoir de véritables effets psychoactifs. Qu’importe, le nom du cocktail est marrant.
Les ingrédients pour un verre : 3 feuilles de menthe, 5 feuilles de chanvre, 3 cl de lime cordial, 5 cl de rhum blanc et de l’eau gazeuse (Perrier ou Salvetat).
Le conseil qui défonce : « Piler les feuilles de chanvre avec les feuilles de menthe, le sucre et le lime cordial dans le verre. Remplir à moitié de glaçons, verser le rhum et compléter avec l'eau gazeuse fraîche. »

Sinon, si vous ne voulez prendre aucun risque ou que vous n’êtes simplement que très peu porté sur les drogues et le psychédélisme, le site propose une recette alliant bon goût et génie, le « Iceberg (ou H20) ». Spoiler : c’est juste un verre de flotte avec un gros glaçon à la surface. Encore une fois, un grand merci à 1001Cocktails pour tous ces riches conseils de préparation.