calment2-600x408On était un peu passé à côté de l'info, à force de consacrer l'essentiel de notre énergie à combattre les intempéries du mois de janvier, mais la doyenne de l'humanité était peut-être une mythomane, doublée d'une escroc. En tout cas, c'est ce que semblent penser le mathématicien russe Nicolay Zak et son compatriote gérontologue Valery Novoselov, qui ont enquêté durant plusieurs mois sur la vie de la supercentenaire. En recoupant diverses biographies, des photos et des archives de la ville d'Arles, les chercheur ont émis l'hypothèse que la femme qui se présentait sous le nom de Jeanne Calment était probablement sa fille, Yvonne, prétendument morte d'une pleurésie en 1934. Ainsi, les scientifiques moscovites pensent que Jeanne a en réalité succombé à la maladie, tandis qu'Yvonne a usurpé son identité après son décès, pour des mobiles bassement pécuniers. La première motivation étant d'échapper aux droits de succession (il faut dire que la famille Calment avait été endeuillée à deux reprises au cours des années précédentes, et que ça commençait à bien faire en matière d'héritage), la seconde que la mère Calment avait signé un contrat en viager avec son assurance avant de passer l'arme à gauche, et que sa fille ne voulait pas se priver d'une telle rente.
yvonnePour soutenir leur théorie, qui n'est pas vraiment récente puisque en 1997 le livre L’Assurance et ses secrets (un best-seller dans toutes les sociétés de courtage) mentionnait déjà cette histoire de fraude, ils s'appuient sur plusieurs éléments allant des similitudes physiques entre la recordwoman de la longévité et la jeune Yvonne (lobes d'oreilles identiques, menton fuyant...) à des documents troublants qui sèment le doute sur la véracité de l'histoire (l'acte de décès d'Yvonne aurait été établi par une septuagénaire, sans connaissances médicales), en passant par des observations tout à fait recevables (la motricité de mamie Calment ainsi que sa lucidité au crépuscule de sa vie étaient suffisamment remarquables pour ne pas éveiller les soupçons, et la supposée centenaire n'avait pas rapetissé au fil des années, tandis que les femmes de 80 ans ont en moyenne perdu 6 cm). Ajoutez à cela qu'elle a exigé qu'une bonne partie de ses photos de famille soient brûlées après sa mort, et toutes les planètes sont alignées pour alimenter la thèse conspirationiste. De leurs côtés, les experts qui ont validé le record du monde démentent formellement et jugent ridicule le postulat complotiste selon lequel l'Etat français aurait tout fait pour conserver intact le mythe national. Seule issue possible pour dissiper définitivement les doutes : exhumer le corps. Mais en attendant de déterrer son cadavre au nom de la science, on va continuer à s'auto-persuader que fumer des cigarillos et boire du porto est susceptible de nous faire vivre jusqu'à 122 ans. 

yvonnec (1)

(Source)