sryleLa police secrète d'Allemagne de l'Est n'était pas seulement aussi mal habillée que bien informée, elle était capable d'établir des typologies détaillées des différents styles vestimentaires, dignes d'un dictionnaire du look teuton. C'est ce qui apparaît à travers cette archive de 1985, visible au Musée in der “Runden Ecke” de Leipzig, qui propose aux visiteurs de découvrir des objets d'époque ayant appartenu à la Stasi. 

Les fans de The Cure étaient donc fichés, au même titre que les amateurs de Birkenstock. Si le bien-fondé de la surveillance du public de Robert Smith pose question, on félicitera tout de même les autorités d'avoir fait figurer les porteurs de sandales parmi la liste des individus à observer de près. En effet, bien que ces derniers, à l'instar de la communauté des Poppers (des gangs de petits minets disparus aussi vite qu'ils étaient arrivés, comme les effets euphorisants du vasodilatateur du même nom), n'étaient pas assez impliqués en politique pour inquiéter dans les hautes sphères, leur fétichisme étrange pour le patchouli est une raison largement suffisante pour justifier d'une filature. Si vous voulez voir l'image en grand et tout savoir du pouvoir de nuisance des punks ou des métalleux, cliquez ici

poppersDes Poppersm_punk_photo_unknown_1986_2016 (1)Un punk allemand dans les années 1980teddy boyDes Teds

gruftiL'illustration du style "Goth" qui ressemble comme deux gouttes d'eau au leader du groupe canadien Skinny Puppy

(Source)