ahegaoOn se baladait à la fraîche sur Instagram, insouciant et pur, colchiques dans les prés, lorsqu'on a découvert au détour d'une timeline des vidéos et des photos de femmes louchant, la langue pendante. Après avoir écarté la piste du revival Joe Dassin et du virus neurodégénératif zombie, nos recherches nous ont mené à un mystérieux hashtag : #ahegao. "Ahe" en Japonais renvoie au bruit d'un gémissement incontrôlable, tandis que "gao" veut dire "visage". Ahegao signifie donc grosso modo "expression de la jouissance". Mais bon dieu, pourquoi choisir cette tête d'épagneul breton sous crack pour représenter le plaisir féminin ? Brain a mené l'enquête.

Capture d’écran 2019-02-13 à 13.46.26Avant d'envahir Insta et TikTok (mais si, l'application de mini-vidéos musicales préférée des kids et des pédophiles aux 500 millions d'utilisateurs à travers le monde), le terme serait né dans les années 90, dans les légendes sous les photos des magazines porno. Puis, au début du nouveau millénaire, l'ahegao migre chez les mangakas, qui l'utilisent alors pour parler des scènes d'orgasmes involontaires. Comprenez une représentation des femmes violées qui "aiment ça" malgré elles, trahies par leur corps ou dominées dans un contexte BDSM hardcore. Dans les années 2000, les otaku (aka les geeks gamers du pays du Soleil Levant) s'entichent de l'ahegao tandis que l'industrie du X oblige parfois ses actrices à adopter ces mimiques. Allez sur votre hub habituel et vous pourrez découvrir que la catégorie se porte toujours comme un charme.  

Capture d’écran 2019-02-13 à 14.49.55

Si aujourd'hui, comme beaucoup de codes du porno, l'ahegao infuse la culture pop et peut être utilisée dans des hentai plus soft ou dans des contextes non sexuels dans des animes ou des mangas, faut-il la laisser se racheter une virginité ? Car elle est un reliquat de la culture du viol, de l'humiliation et de la domination masculine, pas une banale duckface. Si vous en doutez encore, promenez-vous par exemple sur le compte Twitter Ahegeo Hentai et vous verrez que la notion de consentement est plus que floue.

Finalement, les réactions les plus saines sont sûrement celles de nos aînés :