Avant que l’homme n’invente le tank, l’éléphant était utilisé comme un authentique char d’assaut vivant. Avec sa taille monumentale, l’animal causait un choc psychologique chez les troupes et les chevaux de l'adversaire. Si l’on peut difficilement dater le début de l’utilisation d’éléphants militaires dans l’histoire, leur utilisation par les Indiens nous est rapportée dès le Ve siècle av. JC. Depuis l’Inde, leur usage s’est ensuite répandu jusqu’à la Perse puis jusqu’à l’Europe à partir des conquêtes d’Alexandre le Grand - on a tous en tête la mythique traversée des Alpes par Hannibal. De leur côté, les Romains ripostaient à l’aide de cochons recouverts d'huile d'olive enflammée - les cris des porcs immolés terrorisaient les pachydermes.

Moutons démineurs et oursons soldats : les vrais poilus de la Première Guerre Mondiale
Sautons quelques siècles. Lors de la Première Guerre Mondiale, le nombre de soldats à poils et à plumes a explosé : huit millions de chevaux militaires, 200 000 pigeons-voyageurs, et 100 000 chiens de guerre ont ainsi été réquisitionnés. Les Allemands ont utilisé des pigeons non seulement comme messagers, mais aussi comme espions équipés de mini appareils photos (on revenait déjà sur la grande épopée des 007 du monde aviaire ici). Des moutons ont aussi été saisis pour déminer des terrains à risques. Des troupeaux de bêtes laineuses, dans leur marche, firent sauter des centaines de mines.

Winnielourson

Si la plupart des bêtes qui ont participé héroïquement à l’effort de guerre ont été utilisées comme de vulgaires machines militaires, certaines d’entre elles ont connu un sort plus enviable. Les régiments de l’armée adoptaient souvent des animaux comme mascottes afin de remonter le moral des troupes. ll s’agissait généralement de bestioles exotiques : kangourous, lionceaux, perroquets, antilope, et même un éléphanteau. Ces dernières se tenaient le plus souvent en retrait, à l'abris des conflits, et étaient choyées comme des coqs en pâte. La plus célèbre des coqueluches militaires ? L'ourson noir Winnipeg, la mascotte de l'armée canadienne qui a inspiré le livre Winnie l’ourson d'A.A. Milne (voir la photo ci-dessus).

Il faut sauver le soldat Ratatouille : des rats contre les Nazis
La Seconde Guerre Mondiale a vu naître un grand nombre d’expériences cruelles chargées de transformer des animaux inoffensifs en armes de guerre. Les Américains voulaient arnacher des charges explosives à des chauves-souris et les lâcher au-dessus du Japon pour qu’ils fassent sauter des maisons nippones. Mais le projet fut finalement abandonné devant l’avancement du Projet Manhattan. De leur côté, les Soviétiques ont mené des expériences avec des chiens dressés pour transporter des explosifs sous les chars, et la Suède a utilisé des phoques équipés de mines individuelles contre les sous-marins allemands.

bombeschauvesouris

A Londres, les Anglais ont tué des rats, les ont vidé et ont remplacé leurs entrailles par une bombe. Les agents britanniques devaient déposer ces cadavres piégés dans des sites ennemis stratégiques, dans l’espoir que les ouvriers les jetteraient dans les chaudières. Le plan a échoué puisque les rongeurs furent interceptés par les Allemands, mais il a quand même causé une certaine panique : les SS ont lancé un nombre conséquent de leurs hommes à la recherche d’éventuelles bêtes explosives.

Full Metal Croquettes : la Guerre du Vietnam vue par nos amies les bêtes
La Guerre Froide voit l’arrivée d’un des programme militaire très controversé chez les protecteurs de la cause animale : le U.S. Navy Marine Mammal Program (NMMP). Depuis les années 60, cette unité entraîne des dauphins pour leur apprendre à détecter des mines sous-marines ou des plongeurs ennemis à l’aide de leur sonar naturel. Ces bêtes  ont été utilisés pendant la guerre du Vietnam et lors de la guerre d’Irak de 2003. Aujourd’hui, elle compte encore environ 75 animaux. Les Américains ne sont pas les seuls à faire appel à ces mammifères marins à des fins militaires. Après l’annexion de la Crimée par la Russie, cette dernière a annoncé qu’elle allait relancer l’unité de cétacés de guerre à l’aquarium de Sébastopol. Le programme, lancé dans les années 60, avait été abandonné après la chute de l’Union Soviétique en 1991.

dauphinsmilitaires

Selon les Etats-Unis, les dauphins n’ont jamais été envoyés au combat. Mais certains anciens employés de la Navy prétendent le contraire. En 1977, l’ancien spécialiste des cétacés de la CIA Michael Greenwood disait ainsi au New York Times que des dauphins auraient été utilisés durant la Guerre du Vietnam afin de tuer des plongeurs vietnamiens en leur injectant du gaz à haute pression dans le corps. Les US ont toujours démenti la rumeur, mais le doute persiste. Comme le note Slate, l’idée est d’autant plus choquante qu’on a tendance à voir les dauphins comme les hippies du règne animal : ils sont sociaux, rieurs, émotifs, et ont une sexualité libérée. Alors qu’on les laisse faire l’amour et pas la guerre, bordel !