drugdealerSi vous vous êtes déjà promené dans le parc Görlitzer, à Kreuzberg, vous avez probablement été interpellé par des types qui veulent vous vendre de la weed. De fait, cet espace vert contient sans doute la plus grande concentration de dealers après les toilettes des clubs de la ville. En 2015, la densité de revendeurs de drogues avait ainsi atteint les 1 500 dealers au kilomètre carré. La police a tenté à plusieurs reprises de bannir la beuh du lieu et d’appliquer une politique de tolérance zéro à l'égard des narcotrafiquants, sans succès. Finalement, le gardien du parc Cengiz Demirci a décidé de peindre des marques roses au sol afin de circonscrire les zones où ces derniers feraient leur business. La nouvelle a provoqué un tollé chez la droite conservatrice : la Commissaire fédérale à la lutte contre la drogue Marlene Mortler a ainsi déclaré que cela marquait “la capitulation de notre état constitutionnel“. “Cette méthode repose sur un raisonnement purement pratique”, s’est défendu Demirci à la radio locale RBB, “cela ne veut pas dire que nous légalisons la weed”. Il a ajouté que beaucoup de trafiquants de drogue étaient des migrants qui ne pouvaient pas travailler et a suggéré que le problème pourrait être résolu si le gouvernement leur donnait un permis de travail. Face à la polémique, la Mairie a annoncé qu’elle n’avait pas encore pris de décision définitive.