Voilà plus de dix ans que l'écrivain ne travaillait plus que sur des faits réels, le plus souvent historiques. Attention, l'homme le fait très bien ; son tout premier livre, Rainbow pour Rimbaud était une petite perle. C'était en 1991. Une époque où aucun club n'avait encore gagné la Ligue des Champions (kikou les supporters du PSG) et où Macron avait 15 ans. Ont suivi les excellents Ô Verlaine ! ou  Le Montespan pour ne citer qu'eux. Oui, mais voilà, Teulé a plus d'imagination qu'un énarque qui doit expliquer que donner de l'argent aux riches est bon pour les pauvres. Autant dire, une imagination infinie. Et dans le cadre historique, l'imagination est bridée ; voici donc le grand retour de l'imagination de Teulé. Pour la première fois depuis 2007 et Le Magasin des suicides qui, avec toutes ses adaptations, reste à ce jour l’œuvre qui marque la bibliographie de l'ancien chroniqueur de Canal+.

Enfin, Teulé nous embarque à nouveau dans son univers. Chouette ! Parce que depuis 2007, on attendait en trépignant à l'arrière de la voiture. «On y va ? On y va ? On y va, dis ?» Là, Jean Teulé imagine un monde proche du nôtre, légèrement dystopique, où une gamine à la pouvoir de voir ses vœux se réaliser. Évidemment, l'État va vouloir l'utiliser comme une arme. Et... et on ne vous en dit pas plus.

Teulé n'explique pas tout. Rien même. Il écrit pour les enfants. Tous les enfants, et surtout ceux qui se trouvent dans nos corps d'adulte en se demandant ce qu'il s'est passé (merci Terry Pratchett, on te pique la citation). Cherche pas à comprendre, kiffe juste. Avec Gare à Lou ! On a l'impression de lire le meilleur de Daniel Pennac (oui, c'est un vrai compliment). Alors bien sûr, le bouquin peut amener à se demander si faire disparaître ses problèmes est bien une solution. Si cette Dexter en puissance permet de légitimer le meurtre. Ou si la pratique du pouvoir rend forcément fou. On peut certes se poser ces questions, mais on vous conseille plutôt de momentanément mettre votre cortex en pause et de prendre plaisir. Parce que Lou est une gamine incontrôlable. Parce que les chefs des armées qui tentent de la dompter finissent en slip et sans dents. Parce que le président hypocondriaque vous salue. Parce que l'amour d'une mère. Parce que l'équipe de France gagne un match de foot 100 à 0. Jean Teulé est de retour. Vivement l'année prochaine.Teulé © Philippe Matsas (1)Le passage
- Monsieur le président, je vous répète ce que je viens de vous raconter. Un truc impossible s'est passé alors que la nuit tombait chez nous et que c'était le matin là-bas... Les Thaïcambais ont disparu de leur pays. On ne sait pas où ils sont.
Hannibal Zhan Shu avale le contenu du verre puis regarde l'étiquette du flacon :
- Il y a écrit dix gouttes. J'ai dû en prendre vingt...
- Président, il n'y a plus d'habitants au Thaïcamb.  
- ... ou trente. Comment ça ? Ils ont été bombardés ? Mais par qui ? Ils sont tous morts, exterminés ?
- Non, aucun cadavre dans les appartement, maisons, rues, mais il n'y a plus personne. On peut lancer des «Eh, oh ! Eh oh, il y a quelqu'un ?» le long des avenues des villes sans percevoir la moindre réponse.
- Ben, ils sont partis où ?
- Les satellites radars n'ont pas détecté d'exode de population.
- Je me sens mal... Quarante gouttes ce doit être beaucoup trop. Il n'y a plus de vie chez nos ennemis ?
- Si, répond la secrétaire, les abeilles, papillons, oiseaux volent. Les chiens aboient et la chats miaulent. Les poissons rouges remontent le cours des fleuves, tranquilles. Les aurochs broutent l'herbe des prairies mais les humains ont disparu. Je vais allumer votre télé.

Incipit
- Mais maman, c'est quoi cette horreur arrivée chez nous ?

Excipit et explicit
- Est-ce qu'il a des excuses ?

Vous avez aimé, vous aimerez...
On se refait tout Jean Teulé et Daniel Pennac, on revoit les films de Jeunet, on laisse son esprit définir sa propre réalité, on accepte de souhaiter la mort de nos petits ennemis du quotidien, on rêve, on tourne en ridicule nos ennemis parce que c'est la meilleure arme, on rit et on sourit, parce que c'est la première rébellion...

++ Gare à Lou !, de Jean Teulé, éd. Julliard, 182 p., 19 € 

Crédits photos : Philippe Matsas.