C'est l'histoire de deux artistes, David Faulk et Michael Johnstone, qui tombent follement amoureux en plein coeur de l’épidémie meurtrière du SIDA des années 80-90. Alors que leur communauté est déchirée par la tristesse et la colère (eux-mêmes viennent d'apprendre qu’ils sont séropositifs), ils décident de canaliser leur angoisse en créant un personnage chamarré nommé “Madame Vera” avec des costumes fabriqués à partir de matériaux de récup’. Ce qui commence comme un projet artistique personnel et un moyen de passer le temps en attendant une mort inéluctable se transforme en véritable phénomène. Au cours des années, une communauté se forme autour de cette héroïne tapageuse : la “vérasphère” se réunit une fois par an pour la Pride de San Francisco afin de célébrer la diversité en habits de lumière. Un court-métrage documentaire vibrant et psyché revient sur l’histoire de ce mouvement (ci-dessus). Attention, Verasphere: A Love Story in Costume est un tourbillon de couleurs et d'émotions qui vous donnera envie “de sourire, de pleurer, et de sortir votre pistolet à colle pour fabriquer des costumes” (comme le dit un journaliste de Boing Boing).