nellie

L’histoire commence en 1880 à Pittsburgh. Elizabeth Jane Cochran, une jeune fille de 16 ans, lit un article du Pittsburg Dispatch titré What girls are good for (Ce pour quoi les filles sont faites). Réponse : faire des enfants et le ménage. Remontée comme un coucou suisse, elle écrit une lettre au journal pour leur remonter les bretelles. Surprise : le rédac’ chef du journal adore son ton et lui confie une rubrique. A l’époque, les femmes qui avaient réussies à s’imposer dans le milieu macho du journalisme étaient encore cantonnées à des sujets considérés comme typiquement “féminins” tels que la mode, le jardinage et la cuisine. Mais Bly est bien déterminée à écrire sur des sujets qui comptent : le travail de femmes, les lois sexistes relatives au divorce…. Comme son journal ne lui laisse pas la liberté qu’elle souhaite, elle décide de partir à New-York à la recherche d’un emploi.

Là-bas, elle fait le tour des rédactions pour proposer ses services sans succès. Jusqu’à ce que le rédac’ chef de The World lui propose un défi : il lui offre un job si elle arrive à s’infiltrer dans un asile de femmes. Bly se fait passer pour folle afin de se faire interner dans la maison de santé. 15 jours plus tard, elle en revient avec un papier dénonçant les conditions de détention horribles de ces femmes. La facilité avec laquelle elle a dupé les professionnels de la santé, conjuguée aux graves pratiques répréhensibles soulignées dans son article et son rapport, cause un scandale et fait de Bly une petite célébrité. Par la suite, elle utilise la même méthode pour intégrer une foultitude de milieux différents, dont une prison pour femmes et l’univers des narcotrafiquants, souvent sous une fausse identité et déguisée.

En 1889, elle a l’idée de faire le tour du monde en moins 80 jours pour battre le record du héros de Jules Vernes Phileas Fogg. Son journal refuse d’abord cette idée de reportage, arguant qu’une femme ne peut pas voyager seule. Qu’à cela ne tienne, elle le fait quand même, prouvant ainsi à tous ceux qui en doutaient qu’un vagin n’a jamais empêché personne de prendre le train. Près de 30 ans après cet exploit, un animé documentaire revient sur son histoire. Vous pouvez voir Nellie Bly Makes the News dans le player ci-dessus.