glitter

C'est l'une des images les plus improbables des attentats du World Trade Center, devenue hautement virale, revenant chaque année sur les timelines, inexorablement, tous les 11 septembre. Quelques secondes qui captent en direct l'arrivée des deux plus grandes catastrophes de 2001 : la destruction des tours jumelles et la sortie de Glitter, le film de Mariah Carey. 

Avec seulement 4,274,407 $ de recettes au box-office, ce nanar étincelant qui a aussi bien vieilli qu'Ophélie Winter et le Bigdil, sorti le 21 septembre 2001, fut un échec cuisant pour la diva, qui espérait que le projet lui ouvre grand les portes d'Hollywood. Pour expliquer cette défaite, elle blâma plus tard Al-Qaïda, qui aurait "ruiné" la sortie de la bande originale, lancée en grande pompe le 11 septembre. L'album, lui, fut le plus mal reçu de sa carrière, avant d'être propulsé en tête des charts ricains fin 2018 grâce à la mobilisation des fans, unis derrière le hashtag #JusticeForGlitter

Si la vidéo a été enregistrée par un certain Luigi Cazzaniga et collectée par le  National Institute of Standards and Technology pour son enquête sur le 11 septembre, le site Intelligencer a découvert que c'est Dylan Avery qui a fait de ces quelques secondes un classique de l'internet en l'uploadant sur la page Wikipédia de Mariah Carey. Si son nom ne vous dit peut-être rien, il est l'auteur du sulfureux docu complotiste Loose Change, qui affirme que les attentats ont été commandités par l'état américain. Ce brûlot de 2005, qui a connu un succès considérable en ligne, désigné par Vanity Fair comme le premier "Internet blockbuster",  a eu un énorme impact et aurait inauguré l'ère de la post-vérité.