Dans l'industrie majoritairement masculine et hétéro du rock, le machisme est un fléau aussi difficile à éradiquer que des punaises de lit dans une moquette. “Le journalisme rock, les médias et l’érudition perpétuent un récit rock unilatéral et androcentrique, explique la chercheuse américaine Tanya Pearson. Les femmes ne s’y font pas facilement leur place, et continuent donc d'être sous-représentées. Dans le cas où elles le seraient, elles ne reçoivent pas le même niveau d'attention ni le même accès au public que leurs homologues masculins.” Pour pallier ce manque de visibilité, elle a créé le Women of Rock Oral History Project, une collection d’interviews vidéos consacrées aux rockeuses oubliées qui ont contribué à façonner le genre. Des entretiens hautement instructifs, à retrouver sur la chaîne Youtube du projet.