partybadHier, au Palais du Luxembourg, il y avait comme un arrière-goût de Thatcher. En 1994, la dame de fer larguait la bombe Criminal Justice Act sur les danseurs anglais, interdisant les rassemblements autour de musiques répétitives. En France, le projectile s'appelle la proposition de loi "tendant à renforcer l’encadrement des rave‑parties et les sanctions à l’encontre de leurs organisateurs". Son adoption n'a pas été une grande surprise, la droite faisant reposer son plaidoyer répressif sur ses sempiternelles marottes sécuritaires : les troubles à l'ordre public, les dangers liés à l'usage de drogues et la "consommation immodérée de boissons". A noter, la prise de position du Rassemblement Démocratique Social et Européen (groupe parlementaire qui regroupe les radicaux et autres "divers gauche") rappelant que, comme le carnaval ou les férias, les rave parties sont des pratiques culturelles encadrées, pas des déferlements de junkies sans foi ni loi. On tue Steve, et après on culpabilise les teufeurs. Logique. Mais ce n'est pas tout, les définitions floues du texte proposé par Henry Leroy (sénateur LR et ancien gendarme, étrange coïncidence) vont peut-être criminaliser les réjouissances, les bamboches, les sauteries, bref, définitivement faire rentrer la France en dictature où il faudra un permis de s'enjailler. 

Car si la mesure phare du projet est d'imposer une amende de 3750 euros aux organisateurs de free parties, comme le remarque l'association de défense de la musique électronique Freeform qui a réagi sur Facebook, il concerne "tout groupe de personne qui se réunit pour faire la fête et écouter de la musique dans un lieu non-aménagé pour (bar, discothèque, salle de concert...)." En gros que ce soit pour une boum, un anniversaire ou un concert privé dans votre jardin, vous devrez en faire la déclaration à la mairie au moins un mois avant. La loi ne fixant pas de seuil minimal, même le fait de se réunir à 4 sur un terrain privé pour écouter le dernier album de David Guetta pourra vous couter cher si le maire le décide, et ce même sans aucune nuisance sonore. On a vraiment hâte d'aller à la mairie pour organiser nos apéros et nos cuites.

Capture d’écran 2019-10-23 à 11.21.19