dolphinvignette

Il s’agit sûrement d’une des expériences scientifiques les plus bizarres jamais menées. Dans les années 50-60, un neuroscientifique nommé John C. Lilly s’était donné pour mission d’enseigner l’anglais à des dauphins. Cet éminent scientifique, pionnier des recherches sur l’intelligence des cétacés, pensait en effet que ceux-ci possédaient les capacités nécessaires pour maîtriser notre langage.

Ses théories étonnantes, qu’il a synthétisé dans un livre sobrement nommé Man and Dolphin, ont attiré l’attention d’un petit groupe de la NASA, qui tentait de capter des signaux d'origine extraterrestre. Cette bande de chercheurs voyaient un parallèle entre leurs travaux : tous deux essayaient de communiquer avec des êtres possédant une forme d’intelligence différente de la nôtre. Et c’est pour cela que l’agence spatiale américaine a décidé de financer les recherches peu orthodoxes de Lilly.

Les dauphins aussi souffrent du complexe d’Œdipe
Lilly pensait que pour qu’un animal puisse apprendre notre langue, il fallait qu’il passe beaucoup de temps avec des humains, comme un jeune enfant qui apprend à parler grâce à la présence attentionnée de ses parents. Au mitan des années 60, il a donc fait construire une maison à moitié immergée d’eau aux Caraïbes, afin que les humains et les mammifères marins puissent y vivre ensemble de manière prolongée. Il y a installé une de ses assistantes, Margaret Howe Lovatt, en compagnie d’un jeune dauphin, nommé Peter.

Pourquoi Lilly ne participait pas lui-même directement à la recherche ? L’idée du scientifique était de replacer le dauphin dans le contexte rassurant d'une mère avec ses petits. Malheureusement, le jeune cétacé a vite commencé à porter un intérêt un peu déplacé à sa “maman” : il lui montrait son sexe et tentait de se frotter à elle. Le magazine porno The Hustler avait repris l'histoire de façon caricaturale, répandant la rumeur que Lovatt soulageait parfois Peter quand celui-ci n'en pouvait plus.

Capture d’écran 2019-12-03 à 17.05.16

Docteur Dolittle en lendemain de free-party
Mais ce n’est pas le plus étrange à propos de cette affaire. Comme beaucoup de gens à cette époque, Lilly était un fervent psychonaute : il était convaincu que des drogues hallucinogènes telles que le LSD, les champis ou la kétamine pouvaient nous apprendre beaucoup sur le fonctionnement de la conscience. Inévitablement, il a fini par étendre ses expérimentations psychotropes aux cétacés. Comme Lovatt ne voulait pas qu’il touche à Peter, il a drogué deux autres femelles dauphins afin de voir si cela impactait leur envie de communiquer avec lui, comme une sorte de Docteur Dolittle en lendemain de free-party

Finalement, cet essai n’a pas obtenu l’essai escompté. Lilly s’est détourné de son travail avec les bêtes pour se lancer à corps perdu dans ses études sur les effets du LSD sur l’homme. Ses recherches sur la communication inter-espèce ont fini par perdre leurs financements, et la maison pour humains et dauphins a fermé ses portes. Relâché dans la nature, Peter n’a pas supporté l’absence de Margaret et s’est laissé mourir en se noyant dans les flots. N’oublions jamais ce petit dauphin qui s’est sacrifié pour la science.

(Source, Source + le livre Le Cinquième Rêve de Patrice Van Eersel)