Rien ne va dans cette pastille matinale de la chaîne de désinformation en continu, qui entend montrer en toute mauvaise foi que le rap rend analphabète la jeunesse en relayant une "enquête" tirée des données du Projet Voltaire, plateforme numérique utilisée par certains lycées et certaines universités pour exercer les étudiants et évaluer leur niveau en orthographe, et censée représenter le niveau des 15-25 ans. Sauf que Pascal Hostachy, le co-fondateur, n'a clairement pas les bases en sciences sociales. En disant que "les gens qui écoutent de la musique indie sont des gens explorateurs, curieux, qui vont rechercher de nouveaux horizons, de nouvelles musiques, et cette curiosité on peut imaginer qu’elle s’applique aussi à la langue française, ce qui peut expliquer qu’ils aient un meilleur niveau en langue française" et en les opposant aux fans de rap, il naturalise les inégalités sociales en en faisant des qualités personnelles. Parce qu'il ne faudrait pas oublier qu'il y a de fortes probabilités pour que les parents de la petite Amélie qui écoute de la "musique planante" dans ses airpods avant de se coucher gagnent correctement leur vie, alors que les fans de Ninho et Koba LaD ont plus de chance de faire partie des classes populaires, et donc de connaître des difficultés scolaires. C'est ce qu'on appelle la stratification sociale des goûts, bande de boloss. Et se servir de Martin, sympathique suppôt de Jul, comme illustration d'un supposé "déclin culturel", c'est franchement moche. En plus, apparemment, il aurait eu 17 à son oral de français.

Capture d’écran 2019-12-04 à 14.06.27

 

En bonus, on vous laisse avec ce député LR des Bouches-du-Rhône qui a cru faire un bon mot en commentaire de la vidéo et s'est pris une reprise de volée pleine lucarne par un twittos démarqué :

Capture d’écran 2019-12-04 à 11.51.05