ricardo-cavolo-and-kaytranada-99.9-wallpaper-1920×1200Comment s'est effectué la rencontre avec Kaytranada ?
Ricardo Cavolo :
Je crois qu’il connaissait déjà mon travail, dans le sens où je suis très actif à Montréal. C’était peut-être à l’occasion d’une exposition, d’une fresque ou autre. Il a aimé ce qu’il a vu et il m’a demandé de lui réaliser une œuvre. La collaboration s’est donc mise en place très naturellement : Kaytra savait exactement ce qu’il voulait et, d’un point de vue artistique, ça collait plutôt très bien à mon travail. En gros, il voulait un portrait avec des symboles très spécifiques tout autour. C’était très important pour lui d’avoir ces symboles, il m’en a parlé tout de suite. J’ai réalisé une proposition et il a aimé dès le premier coup d’œil. Hop, c’était plié, de façon très simple et très fun.

Sur ce disque, tu réalises également des illustrations pour chacune des chansons. Ça a dû représenter un sacré travail, non ?
L’image principale, en vrai, m’a simplement pris quelques jours. En ce qui concerne les illustrations des différentes chansons, l’idée était de se baser sur les titres des morceaux et de créer des symboles qui fassent référence à l’atmosphère de la pochette. On recherchait une cohérence, et Kaytra, là encore, a accroché à mes propositions dès le premier coup d’œil. Honnêtement, il n’y a eu aucune retouche.

Il y a un paquet de références sur cette pochette : des éléments empruntés à l’art tribal, au christianisme, au psychédélisme…
Ici, les symboles sont censés constituer un alphabet, assez profond et très complexe. Le but est que l’auditeur passe du temps sur l’image, qu’il tente d’en comprendre chaque élément, même si tout est fait pour que l’interprétation soit assez libre. Personnellement, j’aime mixer ces différents univers, créer des liens entre tous ces symboles. Comme ça, ça brouille un peu le message originel et ça permet aux gens de s’approprier l’œuvre, d’y trouver le sens qu’ils souhaitent.

Dans ce cas, comment interpréter la présence des avions, de la vierge Marie et des bougies ?
Ça, c’est quelque chose que Kaytra voulait inclure dans l’œuvre. Il faudrait lui poser la question pour le coup… C’était un choix très personnel, visiblement (comme on n’obtient pas de réponse du Canadien aussi facilement, nos mails envoyés à son management sont malheureusement restés sans réponse, nda).

Ceci signifie que les références à Basquiat sont également de son fait ?
Non, pas vraiment. Là, ça provient davantage de la culture religieuse en Haïti. Encore une fois, Kaytra m’a donné une totale liberté de création, alors je me suis laissé aller à quelques fantaisies. Étant donné que je suis un grand fan de Basquiat, que je trouve son œuvre à la fois physique et poétique, la référence m’amusait.

La pochette de 99,9% a changé quelque chose pour toi ?
Ce projet a été intéressant pour de nombreuses raisons. Depuis que j’ai réalisé cette pochette, j’ai commencé à me focaliser sur des univers beaucoup plus sombres. Avant ça, mon propos était toujours lumineux et positif. Et, plus important encore, cette pochette m’a ouvert de nombreuses portes aux États-Unis, où j’ai pu collaborer avec des mecs comme Swizz Beatz ou différentes enseignes. Et tout ça, c’est évidemment grâce à l’impact de Kaytranada dans la musique.

Tu as aussi réalisé la pochette de This Unruly Mess I've Made pour Macklemore…
Cette collaboration était très différente de celle entamée auprès de Kaytranada. Avec Kaytra, on était très proches. Humainement, on a beaucoup de points communs. Et d’un point de vue logistique, c’est pareil : je suis très connecté à Montréal, où mes bureaux sont basés, et lui aussi, donc ça renforçait nos liens. Pour Macklemore, tout s’est fait à distance, et selon une esthétique qui est moins liée à mon univers visuel.

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Morning my people!!! What's your favorite song off This Unruly Mess I've made? Or, top 3 off the album?

Une publication partagée par It’s Christmas Time Out Now (@macklemore) le

 

À une époque où tout le monde parle de la dématérialisation de la musique, penses-tu que les pochettes d’album ont encore un rôle important à jouer ?
Bien sûr ! On peut consommer la musique de façon digitale, mais on aime toujours qu’une image ou une vidéo puisse nous connecter à une chanson. Selon moi, une bonne pochette de disque peut non seulement aider à rendre un album mythique, ou à écouler quelques exemplaires supplémentaires, mais elle lui permet aussi d’avoir un véritable impact, d’imprégner l’imaginaire collectif. De toute façon, la musique et l’art visuel sont indissociables, ce sont deux jumeaux qui évoluent main dans la main.

Et ça va, c’est facile de vivre de cette pratique artistique ?
Ma chance, c’est de travailler sur différents types de projets : des fresques, des publicités, des expositions, des défilés, des pochettes d’albums, etc. C’est cette multiplication de commandes qui me permet de vivre correctement de mon art. Malheureusement, je doute que beaucoup de gens vivent, ou survivent même, simplement de leur travail sur des pochettes d’albums…

Pour finir, est-ce que tu peux me dire quelles pochettes de disques t’ont particulièrement marqué ou inspiré ?
My Beautiful Dark Twisted Fantasy
 de Kanye West : Parce que George Condo est un génie et que cette pochette a quelque chose d’iconique.
mbtdf

Mellon Collie and The Infinite Sadness des Smashing Pumpkins : Parce qu'elle retranscrit et reflète parfaitement l'atmosphère de l'album. Et puis parce que l'œuvre d'art représentée ici est superbe en tant que telle.
mcatis

Bad Brains des Bad Brains : Franchement, a-t-on déjà vu une telle pochette auparavant, qui contient toute la puissance, toute la folie et toute l'énergie du punk ?
bbbbKids See Ghosts de Kanye West et Kid Cudi : Je suis un grand fan du plasticien japonais Takashi Murakami, et j'apprécie tout particulièrement cette œuvre parce que j'aime vraiment l'aquarelle et les caractères kanjis.
ksgLP1 de FKA Twigs : Cette pochette est tellement plastique, tellement arty. En plus, j'adore les portraits. Donc autant te dire que la pochette de LP1 est pour moi un véritable chef-d'œuvre.
lp1fkat
++ Le site officiel de Ricardo Cavolo. L'album 99,9% de Kaytranada est en écoute intégrale sur Deezer.

Crédit illustration d'en-tête : Ricardo Cavolo.