alcoolVous aimez la picole, les statuts Facebook un peu mélo et poster des selfies de vous devant un miroir ? Alors méfiez-vous : vous risquez peut-être d’être définitivement blacklisté lors de vos prochaines réservations Airbnb. En effet, le géant de la location de logements vient d’acquérir les droits d’un logiciel conçu pour analyser les données virtuelles des utilisateurs de la plateforme, et déterminer votre degré de fiabilité à partir du contenu que vous mettez en ligne sur les réseaux sociaux, mais aussi sur l’ensemble des internets (blogs, sites etc). Ainsi, l’intelligence artificielle pourra établir un profil des futurs voyageurs, et suggérer aux hôtes de refuser des réservations en ligne si elle juge que votre compte est suspect. Parmi les critères discriminants on trouve donc : le fait de poser sur des photos avec de l’alcool, de la drogue (ou d’y être simplement associé avec des mots-clés) mais aussi le statut de travailleur du sexe. Et comme si juger vos moeurs ou votre boulot pour vous autoriser à planifier un weekend entre potes ne suffisait pas : l’IA se la jouera aussi profiler du web puisqu’elle promet de détecter des traits comme le névrotisme (pas de vacances pour les grands anxieux et les dépressifs), le narcissisme (adieu la plage pour la moitié des inflenceurs YouTube et Instagram), le machiavélisme (bye bye les petits weekends en amoureux pour certains trolls) ou la psychopathie, en compilant vos données. Les interactions ou publications virtuelles considérées comme “négatives” par le software seront donc susceptibles de faire baisser votre note, et de vous fermer les portes de cette "charmante petite cabane de pêcheurs les pieds dans l'eau".  L'entreprise assure qu'elle n'utilisera pas toutes les possibilités de filtrage du logiciel, mais quitte à se faire ainsi dépouiller de son intimité, on ne saurait que trop vous conseiller de passer vos congés chez vos parents ou votre belle-famille désormais. 

(Source, source