bonnejournée

Le lundi prochain, si par hasard, il vous arrive de croiser des gens baguenauder gaiement sur le trottoir sans futal et avec les miches presque à l’air, ne paniquez pas, c’est normal. Le 13 janvier, c’est le No Pants Day, la journée mondiale sans pantalon. Le lendemain, ce sera la journée de la mode animalière. Et mercredi, celle des selfies au musée. A présent, chaque jour de l’année ou presque a sa “journée mondiale”, plus ou moins connue. Comment en est-on arrivé là ? Depuis la création de la première journée mondiale de l’Histoire, celle des droits de l’Homme, le 10 décembre 1950 par l’ONU, elles se multiplient comme des lapins aux abords d’un rond-point. ONG, assos, entreprises, particuliers… tout le monde veut la sienne. Résultat : le site journee-mondiale.com en compte plus de 500, soit plus que jours dans l’année ou de moments de malaise provoqués par Christophe Barbier. Journée du ninja, de la procrastination, du célibat, du câlin, du prout, de la marmotte, ou du papier bulle… il est parfois difficile de s’y retrouver. Pour vous aider à y voir plus clair, Brain vous présente “Bonne Journée”, son nouveau podcast sorti cette semaine sur Deezer et qui décrypte quotidiennement les journées internationales. Alors, à quelle cause allez-vous être mangé aujourd'hui ?

Pour écouter les cinq premiers épisodes (et devenir incollable sur la pesée, les programmateurs informatiques, la Corse, les économies d’énergie et la Flat Earth Society), ça se passe dans le player ci-dessus, ou sur Deezer France. Et pour nous suivre sur Facebook, ça se passe par . La 1000ème personne qui likera notre page se verra offrir son poids en poils de Jean-Claude, la mascotte de la rédaction.