On ne le répétera jamais assez : la drogue, c’est mal. Mais si jamais un dangereux fumeur de weed vous agresse dans la rue et vous force à tirer sur son bang fait-maison – probablement fabriqué à partir d’une vulgaire bouteille de coca, eh bien ! mieux vaut être un minimum pragmatique. Quitte à inhaler cette herbe diabolique qui pousse vers la paresse, la gourmandise et un paquet de péchés capitaux, autant le faire avec le plus de discrétion possible (et, au passage, sans choper trois cancers du poumon à chaque bouffée de plastique cramé). Il est donc crucial de choisir votre propre pipe à eau.

Dieu merci, le capitalisme et les internets seront toujours là pour vous proposer une large gamme de choix de haute qualité. De deux choses l’une : soit votre compte en banque déborde de fric et vous pouvez logiquement vous offrir sans problème un bang conçu sur mesure par un designer et soufflé par un verrier (certains sont vendus à plus de 100 000 dollars) ; soit le niveau de vos revenus est plutôt du genre à vous faire enfiler un gilet de chantier sur un rond-point, et dans ce cas-là il vous faut jouer sur l’originalité. Mais avant tout, n’oubliez-pas : qu’il s’agisse ou non d’humer du THC, le bon goût reste un concept très relatif.

Le bang-frisbee, pour s’aérer les bronches
Première option, particulièrement pertinente si vous vous posez au milieu d’un parc public rempli de promeneurs et de familles : le bang-frisbee à 25 dollars pièce. Personne dans la foule n’osera imaginer qu’un consommateur de beuh puisse pratiquer une activité physique, et ce à la lumière du jour. Vous pourrez donc faire tourner (littéralement) avec une furtivité garantie. Au cas où un gamin s’approcherait un peu trop, assemblez vite fait bien fait un bang en briques de Lego, il ne devrait y voir que du feu.

100 % légal : le bang-gaz hilarant
Si jamais votre couverture saute pour une raison ou une autre, ne paniquez pas. Commencez à tirer sur votre bang en forme de bombonne de protoxyde d'azote et expliquez calmement aux éventuels curieux que le N2O reste un produit a priori légal, et que vous vous apprêtiez tout simplement à préparer une bonne crème chantilly pour votre pique-nique. Autre possibilité peut-être un poil plus facile à justifier au milieu d’un parc : le bang-Heineken.

Une bonne pipe avec le bang-teub
Il est maintenant temps de retrouver de la sérénité, et donc de pousser les passants autour de vous à s’éloigner le plus loin possible. Rien de plus simple avec votre bang-pénis : n’importe qui un tant soit peu respectueux de votre intimité devrait avoir le réflexe de tourner les talons en vous voyant aspirer sur un godemichet XXL. À noter que selon les goûts et les couleurs, il existe des bangs similaires avec toutes sortes de formes et de trous.

Le bang-masque à gaz et le bang-mitraillette, pour se flinguer les poumons
Quitte à faire fuir les gens, autant y aller à fond avec une tenue militaire quasi-complète. D’un côté, n’hésitez pas à enfiler un bang-masque anti-gaz. Un bon point pour la santé de vos poumons : en plus de vous protéger d’un paquet d’armes biologiques et chimiques, vous devriez théoriquement éviter d’inhaler des particules fines et l’air pollué qu’on respire dans nos villes. De l’autre, vous pouvez aussi brandir un bang-pistolet-mitrailleur ou même un bang-Beretta. Avertissement : vous risquez ceci dit de passer soit pour un dépressif au bord du suicide (la fumée sort tout droit de la bouche du canon), soit pour un tueur de masse complètement défoncé ; et à ce titre vous avez des chances raisonnables de vous faire lyncher par la foule ou bien abattre par la police. Prudence, donc.

bang bang

La version aqua, avec le bang-tortue et le bang-requin
Pas sûr que tout cela soit vraiment 100 % L214-compatible, mais le bang fusionné avec un aquarium de tortues reste une option à étudier si vous utilisez votre pipe dans un milieu marin – comme une piscine municipale ou bien une plage pleine à craquer de touristes, par exemple. En dernier recours, vous pouvez toujours vous confectionner un bang DIY taillé dans un véritable cadavre de jeune requin-bouledogue, comme imaginé par un pêcheur australien complètement abruti début 2019. Certes, la recette n’est pas très respectueuse ni de la dépouille du poisson ni de son espèce, quasi-menacée d’après l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature. Mais rassurez-vous : vous risquez plus de vous faire arrêter pour cruauté envers un animal que pour consommation de stupéfiants.