Alors qu'Harvey Weinstein a sorti le déambulateur pour essayer d'attendrir les jurés, Tout peut changer - Et si les femmes comptaient à Hollywood ? pourrait bien être le coup de grâce pour la domination masculine au cinéma. Car loin de surfer avec opportunisme sur la vague créée par la déflagration #metoo, le film est un documentaire historique vertigineux qui revient sur l'exclusion des femmes d’Hollywood et leur tentative de reconquête. Oui, vous ne le savez sûrement pas, mais au début du cinéma était un âge d’or où les grandes réalisatrices, actrices, scénaristes ou productrices reconnues étaient légion. Une belle époque qui dura en tout et pour tout de 1895 à 1930. Car devinez à quel moment les femmes se sont fait chasser des postes influents d’Hollywood ? Pile-poil au moment où il est devenu parlant et une industrie qui dégage des gros bénéfices. Privées de parole et de pouvoir, elles ont dû se contenter des places de sex symbols ou de faire-valoir. D’ailleurs, ç'aurait pu être le véritable sujet de The Artist, mais là encore, un homme a préféré donner le beau rôle à un autre...
Le film de Tom Donahue est aussi une analyse méthodique du septième art qui montre, avec des données statistiques à l’appui, que les personnages féminins sont sous-représentés, moins fouillés et moins habillés que leurs confrères. De quoi enfin sortir des discussions de comptoir avec les masculo-sceptiques en leur envoyant des chiffres indiscutables en plein dans leurs roustons gorgés de mauvaise foi. Car même si Star Wars, Mad Max, Captain Marvel ou Wonder Woman ont propulsé des héroïnes dans les hauteurs des box-offices, ce ne sont que les blockbusters qui cachent la forêt.
C’est enfin un appel à la sororité, qui retrace les parcours d’actrices qui s’engagent. Celui de Geena Davis, d’abord, de sa prise de conscience amorcée sur le tournage libérateur de Thelma et Louise jusqu’à la création du Geena Davis Institue on Gender in Cinema. Mais aussi beaucoup d’invitées de choix comme Meryl Streep, Cate Blanchett, Natalie Portman, Reese Witherspoon, Sharon Stone, Sandra Oh, Jessica Chastain, Chloë Grace Moretz ou Shonda Rhimes. Hâte de  voir les testicules remis à l'heure le 19 février dans les salles.