Bien avant l'apparition des boissons énergisantes, les coureurs du Tour de France avaient déjà leurs petites combines pour se désaltérer et se donner du courage lors de l’ascension des cols les plus laborieux. C’est ce qu’on peut voir dans ce documentaire de Louis Malle datant de 1962, qui montre des cyclistes soiffards se précipiter dans un PMU de village en quête d’une bouteille de pinard, de bière, ou de champagne pour les plus chanceux. Cette tradition appelée “course à la canette”, n’a malheureusement pas perduré et les règles de la compétition sont aujourd’hui très restrictives sur la consommation d’alcool durant l’effort. Mais compte tenu de l’ardoise que laissait chaque concurrent derrière lui après son passage dans un bistrot (et dont la facture était ensuite envoyée aux organisateurs du tournoi), on comprend que les sportifs soient désormais tenus de rester à l’eau.  (À noter pour leur faire justice quand même, qu'au cours du XXème siecle, plusieurs sportifs internationaux, dont un marathonien allemand et l'immense Zátopek, carburaient à la bière, "pour les protéines" ; une belle tradition qui restera malgré tout marginale, ndlr)

tourdefrance2

tourdefrancealcool1