Hello Barbara, est-ce que tu pourrais d’abord nous dire comment tu as choisi ton nom de scène ?
Leslie Barbara Butch : J'organisais une soirée et il fallait absolument que j'en trouve un. La veille, j'avais couché avec une meuf qui s'appelait Barbara et qui était très sympa. Alors j'ai décidé de piquer son prénom. J’ai complété avec Butch pour le côté gouine. Et parce qu’à l'époque, on parlait beaucoup de la famille Bush. Comme l’épouse de Bush Senior s’appelait aussi Barbara, c'était parfait.

Et tu as eu des nouvelles de la vraie Barbara ? Elle sait que tu as volé son prénom ? 
Non, je ne l’ai jamais revue. Mais je me souviens encore de son parfum. (Rires)

Il paraît que Barbara Bush écrivait des fiches sur toutes les personnes que son mari rencontrait. Tu rédiges des notes sur les fêtards que tu croises lors de tes DJ-sets j’espère  ? 
Je ne rédige jamais de notes, non, mais je devrais peut-être m’y mettre, ça m’aiderait à me souvenir de toutes les personnes que je rencontre. Cela dit, j’ai développé des stratagèmes maintenant pour éviter de vexer les gens quand je les recroise et que leur tête ne me dit rien. 

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Leslie Barbara Butch (@barbarabutch) le


Tu as inventé une soirée qui s’appelle “La Patchole”, et qui est un véritable hommage à l’esprit cagole. 
Ça fait deux ans que je fais ça. C'est un cadeau que je me fais. C'est ma soirée récréation, parce que c'est pas du tout ce que je mixe, normalement. Et maintenant, j'ai une partenaire, avec qui je fais plein de vidéos pour annoncer les événements. 

Tu trouves que le clubbing actuel se prend trop au sérieux ? 
J’adore le clubbing, j’adore la musique électronique, mais j’avais besoin de faire une soirée un peu “n’importe quoi”, où l'on pourrait lâcher prise. Le fait que ça se passe le dimanche soir aide beaucoup aussi. T’es déjà vanné du weekend, donc t’as d’autant plus envie de te lâcher. Alors j’en profite pour passer Les Rois du Monde. On écoute les sons qui nous font discrètement danser dans le métro, aussi bien que ceux qu’on chante à 5h du mat’ complètement bourré avec ses potes. C’est la soirée Miss Camping, dans un milieu qui manque parfois de second degré. En ce qui concerne le dress code cagole, c'est parce que je suis tellement admirative de ces personnes qui sont hyper-naturelles, qui ne se laissent pas marcher sur les pieds, qui sont débordantes d’énergie, fortes d'esprit - parfois autoritaires même - qui sont très féministes finalement et se permettent tous les looks parce qu’elles n’en n’ont rien à foutre du regard de l’autre. Elles font partie de mon histoire et de ma construction, puisque j’ai longtemps vécu dans le Sud. Je voulais donc leur rendre hommage. On a fait du chemin depuis les débuts de cette soirée. On a même fait venir Larusso et Lââm, c’était incroyable. leslie3C’est qui, pour toi, la cagole ultime ? La reine absolue des cagoles ? 
Je serais tentée de dire Paris Hilton pour les années 2000. Et peut-être aussi Shakira. Une autre dont je suis une immense fan, c’est Miss Fine d’Une Nounou d’Enfer

Et si La Patchole devait avoir une figure tutélaire, ce serait plutôt Régine ou le (regretté) Michou ? 
Régine ! C'est mon modèle de fête absolu. Je l'ai rencontrée une fois et j’étais très émue. C’était dans le Marais et elle venait de s'acheter des charcuteries ashkénazes, alors on a discuté un peu de ça. Et puis de son père, qui connaissait un peu mon arrière-grand-père. C’était un beau moment, assez fort. 

Avant de devenir la reine de la nuit parisienne, tu organisais des soirées à Montpellier. Qu’est-ce que tu retiens de ces quelques années passées dans l’Hérault ? 
Je suis partie de Paris parce que j’ai rencontré une fille dont je suis tombée très amoureuse, alors j’ai décidé d’aller m’installer avec elle là-bas. Mais je ne savais pas trop quoi y faire. J'ai d'abord cherché un boulot en tant que serveuse, mais à chaque fois, on me répondait que j’étais trop grosse. C’était assez violent. Du coup, j’ai décidé de créer mon propre travail en montant mon restaurant. Je peux le dire maintenant parce qu’il y a prescription, mais à l’époque, comme je n’avais pas du tout d’argent, j’ai fait de faux relevés bancaires pour obtenir un crédit. Et j’ai tenu mon resto pendant trois ans. C’était vraiment génial. Il y avait plein de soirées et le public était très mélangé. Il y avait autant d’hétéros que d’homos, de jeunes que de vieux. Il y avait des soirées sur plein de thèmes différents, mais aussi des expos, des performances. C’était ouvert le midi et le soir, et c’est là-bas que j’ai commencé à mixer. Au début, je mixais uniquement sur vinyle. Les gens apportaient leurs propres vinyles et je les mixais après la fin du service, à 22h30. On poussait les tables et on se mettait à danser. En plus, il y avait un super disquaire en face et le patron était passionné de hip-hop, donc il m’a aussi appris à scratcher, à faire quelques tours de passe-passe. Malheureusement, j’ai dû fermer le restaurant parce que j’étais harcelée par les voisins. On a carrément fini par me demander de changer la façade, et ça ne valait pas le coup financièrement de faire de si gros travaux. Donc, j'ai revendu. Les premiers temps j’étais un peu perdue. Mais très vite on m’a proposé de mixer à pas mal de soirées, et ensuite, ça s’est enchaîné. 

leslie4Il parait que ta première expérience de DJ, c’était d’animer les boums de tes copains “cathos-bourgeois” du VIIème arrondissement de Paris. Est-ce qu’on danse moins bien avec des serre-têtes et des mocassins à glands ? 
Oui c’est vrai, mais comment tu sais ça ? (Rires

J’ai fait mes recherches !
Franchement, c'était l'enfer ! Mais ce qui était drôle, c’est qu’avec mes copains de primaire, on était tous des enfants de prolos, de gardiens, au milieu de tous ces fils et filles de diplomates, de députés… Alors même moi, j’en étais venue à vouloir des mocassins pour pouvoir leur ressembler ! Mais ma mère n’a jamais cédé et je l’en remercie. (Rires) C’était vraiment particulier. On dansait beaucoup sur Michael Jackson, à l’époque. Je me souviens qu’avec mon ami Mario, on s’amusait à compter le nombre de fois où il répétait “alone” à la fin du morceau You’re not alone. Au moins une dizaine de fois si je ne me trompe pas, mais il faudra que je revérifie (notre journaliste en a compté 9, ndlr). 

Ce qui a fait ton succès et que tu aimes par dessus tout, c’est mélanger les genres et intégrer de la variété ou un morceau très pop à un set techno. C’est quoi la transition la plus incongrue que tu aies faite en soirée ? 
Il me semble que c’était au Maxim’s, à la BLT, et que je passais un morceau de Laurent Garnier ou bien de The Hacker, et je l’ai mixé avec la Macarena. (Rires) Mais ça l’a grave fait ! Le public a adoré. C’est un peu ma fierté.


Depuis quelque temps, on te voit de plus en plus apparaître dans les médias comme le visage de la lutte contre la grossophobie. Mais ce faisant, tu subis aussi beaucoup d’attaques très violentes sur les réseaux. Tu t’étais préparée à ce flot de haine virtuelle ?
Ça a débuté après la première vidéo sur Vice, et je n’y étais pas du tout préparée, non. J'ai su créer un petit monde de gens bienveillants autour de moi, et ma communauté sur les réseaux est adorable. Alors c’était assez violent. Bien sûr, je sais que la grossophobie existe et j’en suis moi-même victime, mais je ne me fais pas non plus insulter dans la rue, contrairement à d’autres personnes. Donc je ne l’avais pas du tout anticipé. Mes amis me disaient “Ne lis surtout pas les commentaires”, mais déjà que je les lis sur des vidéos de chatons qui dorment dans un panier, je ne voyais pas de raison de ne pas le faire pour ma propre vidéo. J’en ai beaucoup souffert. J’ai fait des tonnes de captures d’écran des insultes, et je voulais en faire un fanzine au départ, pour me libérer de tout ça. Finalement, je me suis dit qu’ils projetaient leurs propres insécurités sur moi et que j’étais bien dans mes baskets. Alors évidemment qu’il y a des jours où je me trouve moche, mais comme tout le monde, en fait.

Et comment tu t’es retrouvée “porte-drapeau” de ce combat, finalement ? 
Je n’avais pas forcément envie de prendre cette place de figure de lutte contre la grossophobie parce que je me bats aussi pour tellement d’autres choses, et il y a des personnes qui le font bien mieux que moi. Je pense par exemple à Gabrielle Deydier ou à Daria Marx, qui parlent des conséquences sociales et médicales de la grossophobie, ou de l’isolement que ça peut entraîner. Moi, je me considère plus dans la visibilité des luttes féministes de manière général, des luttes queer… J’ai aussi un engagement très fort auprès des personnes migrantes. D’ailleurs, je monte avec une fille qui s’appelle Manon une nouvelle structure pour les personnes queer ou migrantes, ou les deux. Son nom, c'est Rebirth. Ce sera un endroit où tu peux venir te poser, chercher à manger ou chercher des fringues. Un lieu ouvert en journée pour souffler autour d’un café. Tout ça gratos, bien évidemment. On a créé l’asso et on cherche des lieux. Parce que j’ai réalisé que ce qui minait les gens, c’était le manque de solidarité et la solitude. Donc je souhaite permettre aux gens isolés de se rencontrer en dehors d’un cadre de fête. Et puis dans la communauté queer, il y a aussi plein de personnes qui n’ont pas ou peu de revenus. C’est important qu’elles puissent passer sans honte récupérer un sandwich si elles ont faim. butch2Tu exhibes volontairement ton corps sur les réseaux, parce qu’il ne correspond pas aux standards de beauté actuels. Tu peux nous expliquer ce qui motive ta démarche et en quoi c’est un acte militant ?
J’ai vraiment commencé à faire ces photos l'été dernier. J’ai posté une image de moi nue dans un lit prise par un ami et j’ai vu que ça avait bien marché. Pas au niveau du nombre de likes, mais plutôt des messages positifs de personnes qui me disaient que ça leur avait fait vachement de bien. J’ai décidé que j’allais en faire à chaque déplacement en France ou à l’étranger, comme je bouge beaucoup avec mon métier. Donc maintenant, j’embarque toujours un trépied avec moi et je me prends en photo, puis j’écris un petit texte pour donner du courage aux autres et l’envie de le faire aussi. Sauf qu’à chaque fois, je me fais censurer par les réseaux. Alors que je ne montre jamais rien qui enfreint les règles de la communauté. Ni seins, ni tétons. Au début, je me suis dit que c’était peut-être des signalements, sauf que je ne recevais aucune alerte dans ce sens. J’ai donc décidé de faire quelques recherches et j’ai trouvé beaucoup d’articles, majoritairement anglophones, à propos des algorithmes qui censurent en fonction de l’étendue de peau visible. Trop de rondeurs, ça peut être confondu avec des fesses par exemple. Mais je trouvais ça un peu culotté, parce qu’il y a plein de mecs qui se font photographier en jockstraps, le cul à l’air, et dont les images ne sautent jamais. Et plusieurs militantes, pas forcément grosses, d’ailleurs comme ma copine Charlie She, m’ont ensuite dit que pour échapper à la censure, il fallait passer mon profil en “masculin”. 

Ah oui, carrément. Donc en plus d’être grossophobe, l’IA d’Instagram est sexiste… 
Complètement. Mon but maintenant sur les réseaux, ce n’est pas seulement de lutter contre la grossophobie ; c’est que tous les corps soient visibles, gros, maigres, handicapés, et que tous les discours d’empowerment soient entendus. Parce que j’ai plein d’amis qui ont des comptes féministes ou militants qui se font shadow ban à longueur de temps. C’est à dire qu’on ne perd pas d’abonnés, que les posts continuent d’exister, mais que les interactions avec les autres utilisateurs et la visibilité des posts sont réduites au moins de moitié. C’est le cas de comptes comme TDS vs Grindr, qui dénoncent la façon dont certains clients s’adressent aux travailleurs du sexe, et qui a dû créer un profil de secours parce que le premier a sauté alors qu’il s’agissait uniquement de captures d’écran de conversations. C’est aussi le cas de Ta Pote Pute, qui pour le coup fait vraiment de la pédagogie, ou bien Corps Cool. Et ces comptes sont bien souvent suspendus ou limités.

Mais il n'y a personne derrière pour contrôler ensuite et vérifier que l’algorithme ne censure pas des posts pour rien ? 
Apparemment, la plupart des personnes qui s’en chargent sont ultra-précarisées. Ils ne font qu’appuyer sur “oui” ou “non” toute la journée quand ils reçoivent les photos, et ce n’est vraiment pas eux qu’il faut mettre en cause, d’autant plus que ces postes-là sont souvent à l’étranger, donc ils n’ont pas forcément tous les mêmes codes par rapport à la pudeur. Il faut plutôt s’attaquer aux personnes qui décident de ce genre de standards chez Instagram. leslie2L’un de tes autres moyens d’action, c’est de détourner les insultes, en les écrivant sur ton corps au marqueur. Tu peux expliquer à ceux qui ne seraient pas familiers de cette tactique militante pourquoi c’est une stratégie efficace ? 
Je fais ça depuis depuis très longtemps en me réappropriant les insultes que je peux subir au quotidien ou bien qui viennent de la société de manière générale. “Grosse gouine”, “pute”, “salope”. J’aime bien le cumul ! (Rires) Je m’inscris ça sur le corps pour en faire la définition de ce que je suis, sans que ça soit une insulte. 

Qu’est-ce qu’on peut faire selon toi pour être de bons alliés dans ces différents combats dont tu parles ? 
C’est très simple : il ne faut pas prendre la parole de la personne concernée. 

Et pour terminer : Barbara Butch en 3 morceaux ?
La boulette de Diam’s, Jump for my Love des Pointer Sisters… Je peux en donner quatre en fait ? Parce que j’ajouterai Juice de Lizzo et Aimer d’amour de Boule Noire. 

++ La prochaine Patchole aura lieu dimanche 16 février au Rosa Bonheur, ce qui vous laisse encore quelques jours pour trouver votre tenue imprimée zèbre.