ramdonLe triomphe de Parasite outre-Atlantique n’en finit plus de susciter l’engouement autour de son plat phare : le ram-don (chapaguri en V.O.). Pour ceux qui n'auraient pas encore vu le long-métrage aux 33 récompenses : il s’agit d’un plat de nouilles instantanées que la richissime famille Park agrémente d’une pièce de boeuf de qualité supérieure.

Après avoir fait soudainement grimper la cote en bourse de Nongshim, l’entreprise qui produit les deux types de pâtes (les Noeguri et les Chapagetti), qui composent cette recette très populaire en Corée du Sud, ce casse-dalle d’origine modeste fait désormais le bonheur des restaurants new-yorkais, qui croulent sous la demande et n’hésitent plus à l’afficher au menu pour une vingtaine de dollars. 

Alors certes, les chefs justifient ce prix très élevé, au regard du coût réel du chapaguri qui ne dépasse pas 1 ou 2 dollars, par l’utilisation de produits d’exception comme de la viande premium et surtout des nouilles artisanales - quoique le barbecue coréen Cote (une étoile au guide Michelin) ait pour sa part décidé de servir les pâtes industrielles sous prétexte d'authenticité, accompagnées de morceaux de faux filet Wagyu et d’un jus fait maison. Toutefois, on peut s’interroger sur l'analyse que les clients de cette nouvelle tendance culinaire ont fait du film qui dénonçait justement les privilèges de classe jusque dans l'assiette...

(Source)