duras 2Pierre Desproges disait qu’elle avait pas seulement écrit des conneries, mais qu’elle en avait aussi filmées. Souvent taxée de facilité, adulée ou détestée, Marguerite Duras demeure cependant un génie littéraire et une personnalité hors du commun. Celle dont on a souvent critiqué la « non-littérature », le prosaïsme et la transformation en troll en fin de carrière a fait ce qu’aucun autre n’aurait pu faire sans se ridiculiser : filmer Gérard Depardieu en camion sur une route de campagne pendant 3 minutes, disserter sur le rien et réinventer les règles du foot devant Platini. Clashant ses meilleurs amis à 80 ans, elle fait aussi la nécrologie d’une mouche et évoque la tragédie que constitue un changement d’ampoules. Brain vous retrace les plus gros ovni littéraires de Queen M.D., grande écrivaine - et drama queen devant l’Éternel.

Saisir l’essence de la mort d’une mouche
Vieille et recluse dans sa baraque des Yvelines, Marguerite s’ennuie et nous le fait savoir. Pendant 12 pages, elle nous raconte un de ses grands secrets : sa terreur devant l’agonie d’une mouche sur un mur. Même sa pote Michelle se fout d’elle, mais tant pis. Agenouillée dans le coin d’une pièce, elle contemple la mort de ce symbole de vie, regrettant de ne pas avoir organisé de funérailles. Ce qui nous rassure, c’est qu’elle identifie bien la folie qui la guette. Rihanna a d'ailleurs reproduit cette scène en 2013 dans What Now :

Capture d’écran 2020-05-15 à 15.11.09

Pleurer pour un steak avarié
Marguerite était visiblement à bout ce jour là. On n’a pas trop compris ce délire digne d'un vieux Striptease sur la RTBF. Quand son compagnon Yann Andrea lui ramène un steak, ça part en bordel total. Elle le met même six pieds sous terre en ressortant la viande de la poubelle pour lui mettre dans son assiette. Iconique. À découvrir parmi d'autres drames du quotidien ici.
IMG_8419

Quand Marguerite s’intéresse au foot
En 1987, au sommet de sa notoriété, Marguerite interviewe Michel Platini pour Libération. Sauf qu’elle n’y connaît rien. Entre des questions métaphysiques comme « C’est quoi ce jeu ? Démoniaque et divin » et des néologismes aussi hardis que sombres comme « angelhomme » pour désigner un footeux, on atteint des sommets. Le résultat : une interview complètement surréaliste, un Kamoulox avant l’heure qui en a déconcerté plus d’un. « Je n'ai jamais été interrogé par quelqu'un d'aussi ignare des choses du football » dira Platini après coup, rendant hommage à celle qui l'a emporté dans un vortex.

duras_platini_2

Accuser pépère la mère du petit Grégory
Provoquant le buzz en 1985 avec un article pour Libération en dépassant un peu les bornes, Marguerite va fouiner dans la Vologne pour résoudre l’énigme du petit Grégory. Sans gêne aucune (sic), elle accuse la mère dans un papier au féminisme paradoxal, et livre les visions qui l’ont assaillie en s’improvisant voyante à la manière de Patricia Arquette dans Medium. À défaut de convaincre, elle a tout de même réussi à horrifier tout le pays, qui s'acharne sur elle, ce à quoi elle répond d'un doux : « Ma réputation, je m’en tape. ».

Parler actualités avec François Mitterrand
Les deux étaient très amis : Mitterrand a d'ailleurs ramené le mari de Duras des camps nazis. Marguerite s'essaye quarante ans plus tard à la politique, en discutant avec le président de la République de choses et d'autres... sans rien y connaître. Dialogues effarants pour certains, édifiants pour d'autres, analyses géopolitiques séchées, brouhaha, tout ça avec une bonne sauce de tragédie et de solennité. Pour entrer dans une autre dimension, cliquez ici

C7EAF586-F0B0-41AF-BDD1-F341EBDF96FB

46263C9A-4DAE-4754-AB71-11DB4CE3FA4E

(Merci Côme, pour le dernier)