Zowie Bowie, Chris Phillips à l'état civil, n'est pas le fils du Jean Genius, et s'il l'était, ce serait sans nul doute un fils indigne. S'il a piqué le nom de Duncan Zowie Jones, rejeton de David Bowie et du mannequin Angela Barnett, qui est lui devenu réalisateur de films indé et scénariste, c'était pour faire décoller sa carrière de rockeur de troisième division. Il applique alors un autobronzé teinte Donald Trump à Tunis et part à l'assaut de Las Vegas. S'il dit s'inspirer du sens du style de Bowie, on est plus proche d'un sosie de Johnny.

Vingt-cinq ans à rouler le mythe dans la honte, à écumer les buffets à volonté des casinos et à se bourrer la gueule avec des sous-célébrités en plein naufrage (coucou Flavor Flav). Ground Control au guignol : redescend sur terre et achète-toi une dignité.

C19DACAC-DE6F-43B8-BD11-53351BB2F495

B94812F2-96CF-487A-B399-BD0062807FAD