1. Pour paraphraser le critique Simon Reynolds, l’histoire de la pop est un grand placard à vêtements dans laquelle les musiciens peuvent piocher. Le petit plus de Kanye West : savoir faire d’une fringue un peu démodée une tenue novatrice, en transformant par exemple un morceau de la chanteuse un peu ringarde Pat Benatar en banger pour Lil Kim (je n’ai pas trop d’avis sur sa ligne de vêtements au passage).

2. En 2004, West explose à la face du monde en tant que rappeur avec Through The Wire, titre composé après un accident de voiture presque mortel. Avant l’avènement des réseaux sociaux, mais en plein boom de la téléréalité, il a bien compris que les pop stars du XXIème siècle ne doivent rien cacher, même pas leurs opérations chirurgicales.

3. Tuer ses idoles c’est peut-être aussi les faire chanter comme des écureuils de dessins animés. C’est en tous cas ce que fait Kanye West avec la bien nommée “Chipmunk Soul” et “the rest is history”...

4. Beatles et Rolling Stones, Oasis et Blur, Aphex Twin et Stockhausen, l’histoire de la musique moderne est baignée de rivalités et de beefs. Kanye West s’imagine en roi de la pop, il lui faut un meilleur ennemi à sa hauteur, évidemment.

5. Avec 808’s & Heartbreak, il a redéfini l’album de rupture amoureuse en s’appuyant sur une nouvelle façon de faire du rap : avec des synthétiseurs et de l’auto-tune (initié en cela par T-Pain). Une révolution sonore et conceptuelle qui inspirera tant de musiciens par la suite.

6. C’est en écoutant le Live at Roseland NYC que Kanye West a eu l’idée d’incorporer des arrangements orchestraux dans sa musique, décomplexant toute une frange du hip hop sur les moyens de productions mis à sa disposition. Après ça, le ciel était la seule limite.

7. Kanye West est capable de passer de morceaux richement arrangés et truffés de featurings à des climats extrêmement épurés. C’est souvent dans ces cas-là, qu’il est le plus touchant. 

8. Être un génie de la pop c’est aussi être capable de retourner la culture meme à son avantage (quitte à sortir un des plus mauvais morceaux de sa carrière et “sonner davantage comme Fatal Bazooka que comme Gil Scott-Heron” pour citer une phrase du livre) .

9. L’Amérique n’aime rien de plus que les histoires de rédemption. Mais même quand Kanye West redécouvre Dieu, il ne peut s’empêcher de nous troller (en incluant par exemple un sample du morceau Blowjob du canadien outsider Bruce Haack sur Jesus King).

10. Kanye West l’a compris : la pop est avant tout une histoire d’excès, d’illusions, d’artifices et bien sûr d’adieu impossible à l’enfance. Dans cette logique, quoi de plus indiqué que de commencer un album par un texte de Roald Dahl lu par Nicki Minaj ? Pas grand chose si vous voulez mon avis.

Bonus Track : Kanye West est un des artistes les plus clivant de la pop music actuelle. C’est en assumant autant son narcissisme que l’adoration et la détestation qu’il suscite, qu’il peut prétendre rester en permanence dans tous les esprits. 

++ Kanye West ou la créativité dévorante disponible ici à partir de 7€.

kanye