1. Elle est révélatrice de talents, pas comme Beyoncé
Après avoir rompu tout lien avec R. Kelly en 1995 à la suite du scandale de leur supposé mariage illégal (alors qu'elle n'avait que 15 ans), Aaliyah cherche de nouveaux talents pour son second album. Elle choisit alors deux inconnus du grand public : Timbaland et Missy Elliott. Sort ainsi, en 1996, One In A Million, premier chef d'œuvre du trio qui lance internationalement les deux producteurs. Aaliyah a donc permis plein de choses sans le savoir, y compris le succès de Nelly Furtado en 2007, le premier succès solo de Justin Timberlake, des tubes pourris de Matt Pokora, ou un album de Björk. On a donc envie de dire "ESKE BEYONCE A FÉ SA????". Réponse (perfide) : non.

2. Son album red est une pépite qui redéfinit le r'n'b et la pop
Fruit d'une gestation de trois ans, AALIYAH sort en juillet 2001 et redéfinit le genre. Forte de succès comme More than a Woman, We Need A ResolutionRock the Boat, Try Again (succès mondial de 2000) ou I Refuse, Aaliyah met le paquet à l'aide de Timbaland et Static Major. Sa fraîcheur avant-gardiste lui vaut une quantité d'éloges critiques, et pose les bases d'une pop futuriste aux mélodies syncopées, pillées par Brandy et Darkchild en 2002. Tout le génie de Timbaland se trouve là. Qui plus est, Aaliyah chante l'abécédaire de la rupture sur un sample de Batwanis Beek de la chanteuse algérienne Warda : respect ultime. À la poubelle, Dangerously in Love.

3. La plus jeune personne à chanter aux Oscars
Et oui, vous apprendrez un truc important en sortant d'ici. En 1998, à seulement 18 ans, Aaliyah défend aux Oscars le film Anastasia, dont elle chante la bande originale Journey to the Past. Elle perd évidemment face à Céline Dion et My Heart Will Go On, mais devient la plus jeune femme à chanter à la cérémonie, et c'est une jeune femme noire. Sa nervosité ne fait que rendre la performance plus émouvante. Pendant ce temps, Beyoncé parlait de factures avec les Destiny's Child.

 4. Elle est une martyr de l'industrie musicale
Comme tout génie avorté, Aaliyah nous a laissé trop peu de chansons. C'est sans compter sur son oncle Picsou, le producteur Barry Hankerson, qui garde pour lui seul les droits des deux derniers albums de sa nièce, en salissant sa mémoire. En effet, le seul album d'Aaliyah disponible sur les plateformes de streaming demeure le premier, Age Ain't Nothing But A Number, qui ne fait que la ranger dans la case des victimes du pédophile R.Kelly (qui a produit tout l'album et hante la couverture de l'album comme un rapace de l'ombre...). Aucune autre forme de streaming n'est ainsi possible, privant la chanteuse d'une aura numérique : l'annonce de la libération de son catalogue en décembre 2019 n'a finalement pas eu lieu. Aaliyah est donc condamnée à être découverte sur YouTube, ce qui, avouons-le, relève d'une autre génération. Et on pleure encore.

5. Tous les rappeurs se l'arrachent
Autre aspect de son martyre : Aaliyah était non seulement un argument commercial pour les rappeurs des années 90, mais elle voit aussi sa mort faire l'objet d'une capitalisation musicale. Elle a donné la réplique à DMX en 2000 dans Back In One Piece, relevé le niveau du troisième album de Nas,  chanté pour Notorious B.I.G. et Lil' Kim, ou sanctifié son amitié avec Missy Eliott. Après sa mort tragique, certains ont tenté de perpétuer sa mémoire : Chris Brown fait genre que c'est sa copine dans Don't Think They Know, et Drake pense faire sensation avec Enough Said en 2013 en faisant descendre Aaliyah du paradis. Q-Tip et Solange samplent toutefois habilement More Than A Woman en 2016, dans le magnifique Borderline (An Ode to Self-Care)

6. C'est une icône de la mode (comme Beyoncé, ok, mais plus)
Comme toute adolescente starifiée, Aaliyah devient rapidement un modèle pour les adolescent(e)s. Elle est l'incarnation du streetwear des nineties et du style tomboy : pantalons larges, vestes et chemises oversize, lunettes futuristes, brassières et crop tops. En 1997, Tommy Hilfiger la propulse au rang d'égérie pour sa ligne Street But Sweet. La tendance vestimentaire qu'elle représente alors n'a d'égale que sa postérité : Rihanna même s'en inspirera. M.A.C. a d'ailleurs rendu hommage à Aaliyah il y a quelques années, en lançant une ligne de cosmétiques à son nom. 
aaliyah style

7. Elle s'est essayée à la fauconnerie et kiffe les serpents
A-t-on déjà vu Beyoncé avec un faucon ? Ne cherchez pas, la réponse est non. Forte de sa précocité, Aaliyah s'improvise fauconnière à seulement 17 ans, en bouleversant cette profession trop masculine, dans Are You That Somebody? (bande son de Dr. Doolittle 2, mais on oublie cela). C'est déjà mieux qu'une vieille panthère ou un tigre shooté à la morphine pour les besoins d'un clip. Aaliyah n'a donc pas froid aux yeux, et nous le fait comprendre : dans We Need A Resolution, elle s'amuse avec de gigantesques serpents, et cela force le respect (même si certains font de ces serpents des symboles phalliques du mal, donc de la perte de l'innocence, donc de l'allégeance à Jay-Z et aux Illuminati qui l'ont tué).

8. Elle fait l'objet d'une théorie illuminati morbide, un bonheur complotiste
En effet, la mort d'Aaliyah est un mystère total qui ravit les plus curieux. Le synopsis est le suivant : Aaliyah meurt tragiquement dans un crash d'avion le 25 août 2001, avec neuf autres passagers. Le problème, c'est que les circonstances sont troublantes : l'avion était surchargé de 300 kilos, et le pilote, torché et sous cocaïne, n'avait plus sa licence depuis quelques mois. Les complotistes chevronnés y ont vu un coup des illuminatis fomenté par Jay-Z et le petit ami de la chanteuse, Damon Dash. Aaliyah aurait refusé de vendre sa pureté et de devenir la nouvelle star de la musique. Jay-Z l'aurait donc tuée pour couronner Beyoncé, dont la carrière a littéralement explosé deux ans après. Grâce à une analyse en reverse de sa dernière chanson Rock the Boat, on nous explique qu'Aaliyah aurait prédit sa mort et son ascension vers le ciel, tout en clashant Jay-Z : "But you always wanted Beyoncé right" et "Tired of the bullshit", dirait-elle à son supposé ex. On l'aurait découverte morte assaillie par des serpents, et certains lisent dans une de ses interviews une étrange prémonition de sa mort. De quoi fantasmer, ou douter.  

9. Elle engendre une armée de mini-Aaliyah pâlottes
Après sa mort explosent d'autres produits r'n'b : une pelletée d'Aaliyah jaillit, parmi laquelle se trouvent Ashanti ou Amerie, pâles copies selon certaines mauvaises langues, qui n'ont pas fait long feu. Missy Elliott et Timbaland ont tenté de trouver d'autres talents après la disparition de leur amie, à l'instar de Tweet. Vint ensuite Ciara en 2005, et une kyrielle d'autres. Mais Beyoncé a gagné, et le r'n'b a changé.

10. Elle a miskiné Beyoncé sur un tapis rouge
Les fans incontournables connaissent cette confrontation au sommet. Quel étrange bonheur de (re)trouver cette perle vintage sur YouTube : une interview de trente secondes sur un tapis rouge. Aaliyah se prête à l'exercice en adressant quelques mots à Beyoncé qui, du haut de ses 18 ans, ressemble à une stagiaire en journalisme télé. Un rapport de force qui peut gêner, mais qui nous fait regretter l'an 2000, où tout était tellement bien.  

Si après cela, vous n'aimez pas Aaliyah, vous avez raté votre vie musicale.

(On t'aime quand même beaucoup, Beyoncé)

CKXd