104655283_299702261213358_1282655628226712981_n

Quel fléau que le déconfinement. Réouverture progressive des restaurants, bars et cafés, des salles de spectacles, des cinémas, des salles de sports... Absolument tout est mis en place pour nous faire culpabiliser de ne pas bouger notre derrière de notre canapé en se complaisant dans notre manque de sociabilité et une malbouffe tellement immodérée qu'elle en dégoûterait presque Eric Cartman. Cependant, si lundi les cinémas rouvrent, ce court lapse de temps nous laisse le week-end pour pouvoir profiter un peu du festival Côté Court, maintenu cette année dans une édition en ligne gratuite (sauf si l'envie d'être un bon samaritain vous prend, auquel cas vous pouvez faire un don au festival ou même devenir adhérent ici).

visuel_large_edition_2020C'est en effet ce week-end qu'on pourra pleinement profiter de la première sélection Essai/Vidéo d'Art du festival, disponible jusqu'à lundi, chaque sélection étant mise en ligne pendant six jours. On vous rassure, le festival dans sa globalité dure jusqu'au 27, de quoi pouvoir s'avachir encore un petit peu dans son clic-clac (en faisant attention aux miettes de chips dans les draps, éternelles ennemies des cinéphiles alités). Parmi la sélection, quelques petites perles sont présentes comme Mandico et le TOpsychoPor où le papa des Garçons Sauvages s'amuse avec un jeu conçu par le papa de Téléchat ou encore 1998, mise en image intimiste du journal d'une ado de 13 ans lors d'un été en Provence.