DD28388D-9F20-4EB8-A88E-C4D8BFC93DD2

On est d'accord, 2020 a tout l'air d'une belle bouse sur la frise de l'Histoire. Mais est-ce vraiment la pire année de tous les temps ? Parce que 1933 avec tonton Adolf, ça n'avait pas l'air fifou non plus. Et si on remonte encore, 1918, c'est la grippe espagnole qui décime 50 millions de personnes en Europe. Bel enchaînement avec la guerre mondiale, ça va être dur de faire plus bâtard que ça, non ? Ah, on me dit dans l'oreillette qu'en 1520, la variole aurait tué environ la moitié de la population aztèque alors même que Cortés et les troupes espagnoles sont en pleine conquête du Mexique. C'est la poisse, quand même. Et puis dans le genre, 1347, le coup d'envoi de la peste noire, qui a buté entre 30 et 50% des européens, ça se pose là. A moins que 2006, année funeste où Ilona Mitrecey, Bébé Lilly et Pigloo caracolaient dans les charts, ne soit celle qui ait poussé le plus loin la torture mentale. Non, non et non. Pour le médiéviste Michael McCormick, c'est sans conteste 536 qui mérite la première place.  Elle a commencé par un brouillard taille patron, qui a plongé l'Europe, le Moyen-Orient et une partie de l'Asie dans l'obscurité non-stop. Un petit désagrément causé par une éruption volcanique qui dura deux piges, tout de même. Ce qui entraîna une vague de froid donc des mauvaises récoltes donc une famine et créa les conditions pour un explosion de la peste bubonique, qui fit passer l'arme à gauche à près de 100 millions de pauvres âmes. Pas si dégueu 2020 finalement...