britney#FreeBritney est un mouvement qui se propage depuis quelques jours sur Instagram et Twitter. Non, Britney Spears n’est pas en taule (quoique) : si son état de santé inquiète, la chanteuse est toujours en proie à des mesures restrictives et "liberticides" qui la suivent depuis maintenant 15 ans, l'empêchant par exemple de sortir de chez elle sans autorisation. Depuis ses problèmes en 2005, à partir de son divorce hautement médiatisé et son premier internement en hôpital psychiatrique, Britney a fait l’objet d’une funeste exposition publique. À l’époque de sa descente aux Enfers, son père avait décidé de la placer sous tutelle (conservatorship) pour la garder sous contrôle. Si sa carrière est en pilote automatique depuis plusieurs années, Britney n’est toujours pas capable de faire les choses suivantes en toute liberté : sortir, conduire une voiture, avoir des enfants, dépenser son argent et gérer ses finances, parler de cette tutelle, faire du shopping, se promener ou prendre un Starbucks, etc. 

Si la tutelle est habituellement destinée aux personnes atteintes de graves problèmes psychiatriques ou à la santé défaillante, Britney est une femme de 38 ans qui, même si elle inquiète, ne peut vivre comme une femme de son âge. Pour rappel, depuis sa mise sous tutelle, Britney a sorti quatre albums, fait une résidence à Las Vegas pendant 4 ans, gagné environ 130 millions de dollars chaque année, mais n’a que 7000 dollars par mois - alors que son père en ponctionne 100 000 (à on sait qui). En janvier 2019, elle a été internée pendant trois mois pour être sortie en voiture avec son petit copain… sans autorisation. Servile, Britney est encore prisonnière de son père et de ses représentants, qui la réduiraient au silence. Free BritBrit.

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Beyond The Interview (@beyondtheinterview) le