Révélation 1 : les Lolcats sont des Social-Traîtres vendus au Grand Capital

Remontons le temps jusqu’en 2009, l’année zéro du règne des chats sur le royaume des Internets. La vidéo “Surprised Kitty”, représentant comme son nom l’indique un chat à l’air béat en train de se faire caresser, devient virale et entraîne à sa suite un florilège de mèmes et de détournements. Malgré son immense succès, les images d’Attila Fluff (car c’est le nom de la bête) ne semblent pas avoir entraîné d’exploitation commerciale - ni produits dérivés, ni apparition télé, etc. 

Mais depuis, du lait lyophilisé pour chaton a coulé sous les ponts et les Lolcats sont devenus un véritable phénomène médiatique doublé d’une industrie conséquente. Entre partenariats avec des marques de croquettes et films dédiés - vous pouvez par exemple voir (ou pas) Grumpy Cat’s Worst Christmas Ever -, les Lolcats qui pèsent le plus lourd dans le game ont accédé au statut ô combien lucratif d’influenceurs célèbres. Un nouveau type d’entreprenariat du web qui attire plus d’un propriétaire de matou, comme en témoigne l’existence du guide How to make your cat a celebrity, sous-titré “a guide to financial freedom”

grumpycatworstchristmas

Aujourd’hui, les images félines font vivre tout un écosystème constitué d’agences de talent animaliers (et vous qui pensiez que votre boîte brassait du vent...) et de médias web spécialisés dans le contenu viral (oui, on parle de nous là). Selon Vincent Lavoie, les vidéos de félins génèrent un trafic Internet “aussi intense, dit-on, que la pornographie” et émettent donc “du CO2 par sursollicitation des serveurs de données”. Qu’attend Yann Arthus-Bertrand pour intervenir ?

Révélation 2 : ils cachent des opinions politiques (très) douteuses...

Pire encore : sous leurs dehors de boules de poils pelucheuses à qui on donnerait le bon Dieu sans confession, les Lolcats cachent de plus un passé sombre et des relations douteuses. Pour preuve : le Tumblr #naziwithcats recense depuis 2012 des photos de soldats SS en compagnie de chatons. En jouant sur le décalage entre la violence associée au national-socialisme et la tendresse de la relation homme-animal, ces clichés adoucissent l’image de ces militaires et contribuent ainsi d’une manière insidieuse à “cooliser” le nazisme.

naziswithcats

Si #naziwithcats surfe sur le succès bien actuel des Lolcats, l’auteur de Trop mignon ! note que l’usage d’images de chats à des fins de propagande n’est pas nouveau. Comme il l’explique à un journaliste de Métro : “Tout au long de l’histoire du XXe siècle, on a utilisé les animaux juvéniles, ceux qu’on trouve mignons et qui peuvent nous attendrir, comme une sorte de contre-pouvoir ou de masque à la violence du fait militaire”. 

Révélation 3 : … voire même d’obscurs projets terroristes

Avec leur apparence irrésistible, les chats peuvent être un cheval de Troie pour toutes sortes d’idéologies violentes. Et ça, certains groupes terroristes contemporains l’ont bien compris. On peut ainsi citer le compte Tumblr #catsofjihad et le Twitter “Islamic State of Cats”, sur lesquels des moudjahidines partagent des images de matous à côté d’armes à feu. Utilisés comme de “véritables agents de recrutement”, les chatons servent alors à la fois à humaniser les combattants de l’EI et à donner une bonne image de la vie au sein de Daech - du genre : regardez il y a des moments de combat mais aussi des instants câlin avec des tits’chatons tro’mignons -, dans le but de pousser des personnes en voie de radicalisation à tout plaquer pour rejoindre le ca(t)lifat. 

Bien sûr, il s’agit aussi et surtout de profiter du potentiel viral des Lolcats pour diffuser massivement leur propagande. Et ça marche : comme les images de Grumpy Cats, Lil Bub et consorts, ces clichés se diffusent sur les réseaux assortis de hashtag de type #catsofjihad ou #mujahideencat

catsofjiihad2

mujahhid

Alors on vous en prie, soyez citoyens. Si vous connaissez un chat qui présente des signes de radicalisation (longues moustaches, comportement asocial, changement de croquettes), n’hésitez pas à nous le signaler dans la boîte à commentaires ci-dessous. Même si le faisceau d’indices n’est pas avéré, on n'est jamais trop prudent et votre geste peut sauver des vies.

++ Si vous voulez en savoir plus, arrêtez de scroller sur des vidéos de chat et courrez acheter le livre Trop mignon ! Mythologies du cute de Vincent Lavoie.