Il y a une très longue intro où l’on suit le jeu sur le terrain. C’est pour montrer d’emblée qu’on parle d’un vrai sport ?
Stéphanie Gillard : Il y a de ça, mais surtout, je préfère assister à un match du bord de la pelouse plutôt que des gradins. Donc je voulais montrer ça plutôt que ce rectangle vert. Ça amène à être plus proche d’elles.

Il y a un gros boulot sur le son aussi. Ça rappelle Zidane, un portrait du XXIème siècle, où l’on entend ses chaussures frotter la pelouse.
J’adore ce film, c’est totalement inspiré. Qu’est-ce qu’on entend quand on est sur la pelouse ? Et donc, qu’est-ce qu’on ressent ? En plus, elles jouent à une touche de balle, donc c’est dur à filmer. Si je filme les actions, ça me fera des plans très courts. Et puis, autant regarder la télé.

Lyon est la meilleure équipe féminine du monde et pourtant, il y a encore une forme de candeur. Amandine Henry, qui est quand même une taulière, a des étoiles dans les yeux en parlant de 50.000 supporters à Munich pour la finale de Ligue des Champions.
Elles ont envie de jouer dans des stades pleins, mais ça arrive peu. Donc, elles ne sont pas blasées. Ce qui est bien, c’est qu’avec les jauges actuelles, elles, ça ne les impacte pas. Elles jouent devant leur public.

LES-JOUEUSES_00114509Il y a une hétérogénéité dans l’élite. On voit dans le film un match à Fleury où le stade fait district.
Alors, ce n’était pas leur stade habituel, mais c’est vrai. Moi, je suis surtout choquée par le match à Chelsea. La pelouse est bonne, mais les vestiaires sont pourris, pendant la conférence de presse les lumières et les micros ne marchent pas… On est à Chelsea, l’un des clubs les plus riches du monde. C’est une demi-finale de Ligue des Champions. Le match à Lyon, elles jouent dans le grand stade. Au Groupama Stadium. 

Les choses avancent vite quand même. Les premiers contrats pros remontent à 2009.
Ça va très très vite. Elles savent que l’égalité salariale n’est pas le combat prioritaire. Leur sport rapporte moins d’argent que les garçons, c’est un fait. Mais la question se pose en sélection nationale. Leurs matchs font 11 millions de téléspectateurs, il faut quoi de plus ?

LES-JOUEUSES_00134022J’ai été surpris de voir que l’équipe de France féminine existe depuis un siècle.
Officiellement depuis 1970 en fait. Ça a commencé au 19ème siècle, mais rapidement, elle a été interdite. Parce que les femmes auraient pu se faire mal, c’était dangereux pour elles. C’est Coubertin qui a dit ça.

Il y a une discussion entre Ada Hegerberg et Jessica Fishlock qui est dingue sur leurs sélections.
Elles ont conscience de représenter plus qu’elles-mêmes. Elles ont toutes des egos surdimensionnés. Il faut ça pour devenir une grande championne. Et en même temps, elles savent qu’elles portent plus qu’elles-mêmes.

Quand l’OL remporte sa cinquième Ligue des Champions d’affilées, tout le monde dit qu’elles égalent le record du Real de Madrid de Di Stefano, sans dissocier les genres. Par contre, on continue de dire que Thuram a le record de sélection en équipe de France, alors qu’une dizaine de joueuses en a plus que lui.
Il y a eu un magnifique tweet après le record de Cristiano Ronaldo quand il a marqué 100 buts en sélection. En fait, c’est le 19ème footballeur à passer la barre des 100 buts en sélection. C’est juste le premier mec.

LES-JOUEUSES_00165599

Aujourd’hui, le foot féminin a des figures plus engagées que le foot masculin, avec des femmes comme Ada Hegerberg ou Megan Rapinoe.
Oui, je pense. C’est un truc qui m’amusait, de filmer des garçons et des hommes en tribune qui portaient un maillot avec un nom de joueuse dans le dos. Nous, petites, on a eu des modèles masculins, il est temps que les hommes aient des modèles féminins. Obama avait ça avec sa femme. Il la mettait toujours devant elle, disait que c’était son modèle.

Dans le film, on voit les petites, à Dijon, qui accompagnent les joueuses sur la pelouse avoir des étoiles dans les yeux en voyant les Lyonnaises. Ce sera la première génération à avoir des modèles féminins.
Il y a cette construction du film où l’on suit l’évolution du foot féminin. Les plus anciennes joueuses ont débuté avec des modèles masculins. Selma Bacha (19 ans, ndlr) dit qu’elle a vu jouer les filles et que maintenant, elle jouent avec elles.

Est-ce qu’on peut devenir une joueuse professionnelle sans devenir militante ?
Je ne sais pas si on devient militante, mais il faut une sacrée carapace. Ma monteuse a montré le film à sa nièce. En sortant, elle a dit à sa mère qu’elle voulait faire du rugby. C’est beau. Le film lui a permis de s’affirmer. Aujourd’hui, cette petite fille veut arrêter, parce que les garçons se moquent d’elle. Pourtant, c’est son rêve. En fait, les filles sont acceptées seulement si elles sont meilleures que les hommes. Moi, j’ai voulu attaquer le foot à 35 ans, mais je vais où ? À Paris, pour débuter ? Les femmes n’ont pas le droit de débuter. Pour une femme, il y a toujours un moment où il faut se justifier sur ses choix.

P1140498 c++ Les Joueuses est sorti le 9 septembre. Voir les séances ici.