1816446Pour les ignares du cheat meal, sachez que ce 13 octobre béni est officiellement la journée internationale du burger. Avant de foncer dans n’importe quel fast-food faire péter votre taux de cholestérol, ou que vos doigts n’atteignent inévitablement une appli du diable qui exploite les livreurs, on vous propose pour ce mardi gras (LOL), quelques-unes des scènes les plus mémorables du cinéma, dans lesquelles le burger joue le rôle principal. Ô fanatiques de la junk food et autres enragés de la frite, on vous a préparé un sacré menu supplément films cultes. 

Pulp Fiction : Big Kahuna Burger

Il serait si absurde de ne pas commencer par Pulp Fiction, car question burger on y trouve une véritable expertise : des aphorismes du système métrique des fast-foods français, aux dinners et autres drive-in, autant dire qu'on ne rigole pas avec la bidoche. Surtout pas avec Jules (aka Samuel L. Jackson), lorsqu'il s'agit d'un petit dej' nutritif de chez Big Kahuna. On arrose tout ça de Sprite, d'un verset d'Ezéchiel et d'une pluie de balles.

 Harold & Kumar : White Castle Burger

La chasse au burger la plus culte des stoner movies méritait bien sa place de numéro 2. On connaît tous cette irrépressible envie de se taper un bon menu maxi, un peu moins les tracas des déplacements jusqu'au restau de nos désirs fonsdés (shame sur ceux qui ne bougent jamais leur uc). Jah sait que le chemin vers son burger favori est souvent une aventure, pour peu qu'on croise ce pote qui ressemble à Niel Patrick Harris en after.

Chute libre : Whamy petit-déjeuner

Pour les connaisseurs, voici la scène culte qui a inspiré le non moins célèbre tube du rap français J'pète les plombs de Disiz La Peste. Ici point de Mc Morning, mais la même problématique (ça ne sert plus de petit dej' deux minutes après l'heure). De plus, cette scène soulève sans doute LA question essentielle autour des chaînes de fast-food : pourquoi est-ce qu'on ne nous sert jamais le burger comme sur la photo bordel de merde ? 

Dumb & Dumber : Atomic Pepper Burger

L'empoisonnement au piment (et à la mort au rat) le plus cocasse du cinéma : miskine l'estomac du mafieux (joué par Mike Starr) après avoir avalé un burger bourré de piments par ces deux roublards de Dumb & Dumber

American Beauty : Mr. Smiley's

Sans doute la pire façon d'apprendre qu'on est cocu : l'ami Lesther (aka Kevin Spacey) au paroxysme d'une sale crise existentielle, envoie chier sa petite vie rangée et se retrouve agent polyvalent chez Mr. Smiley. Et c'est au drive qu'il grille sa femme avec un jeune vieux-beau aux sourcils outrageusement fournis. Un tant pis pour un temps mieux.