Depuis ses débuts pour le cinéma en 1961, le Maestro Italien a composé plus de 400 musiques de films et de téléfilms, certaines d’entre elles comptant parmi les plus beaux moments de l’histoire du septième art. De la partition de A Fistfull Of Dollars de Sergio Leone (1964) à celle de Cinéma Paradiso de Giuseppe Tornatore (1988) en passant par The Untouchables de Brian De Palma (1987), nombreuses sont les compositions d’Ennio Morricone qui ont laissé une empreinte indélébile dans notre mémoire collective. Qui ne se souvient pas de ces lancinants accords de guitare accompagnant la vengeance de ce mystérieux homme à l’harmonica dansOnce Upon A Time In West de Sergio Leone (1968)? À l’image de l’homme, la musique de celui qui fût qualifié un temps de « Mozart du Western Spaghetti » ne semble guère se soucier des clivages générationnels et sociaux. Et à ce titre, l’expression « légende vivante » ne semble pas usurpée.

Celui qui fut, à ses débuts, arrangeur pour Chet Baker, Dalida et autres Charles Aznavour, s’est illustré et a influencé tous les genres cinématographiques, du western au polar, en passant par la comédie, la science-fiction, le film engagé et même quelques nanars érotiques dans les années 70! En 45 ans de carrière au service du septième art, Ennio Morricone a montré l’étendu et la diversité de sa palette musicale, ainsi que son inégalable capacité d’adaptation. Compositions lyriques, mélodies pop, chants tribaux, arrangements free jazz ou partitions purement avant-gardistes, son travail reste définitivement inclassable.

Animé par une effervescence créative exceptionnelle, Ennio Morricone est le seul compositeur au monde à pouvoir se targuer d’avoir travaillé avec autant de prestigieux metteurs en scène, venus d’horizons si différents. Pour ne citer qu’eux (car les nommer tous serait bien trop long) : Henri Verneuil, Brian De Palma, Pedro Almodòvar, Oliver Stone, Pier Paolo Pasolini, Georges Lautner, Roman Polanski, Roland Joffé, John Carpenter… et bien entendu Sergio Leone, pour lequel il composa quelques-unes de ses plus célèbres partitions. Depuis leur première collaboration sur A Fistfull Of Dollars en 1964, le duo Leone & Morricone est à l’origine de plusieurs chefs d’œuvre, tant sur le plan cinématographique que musical, Leone accordant dans ses films bien plus d’importance à la musique qu’aux dialogues. Savant mélange d’instrumentalisations expérimentales et d’envolées lyriques, la musique d’Ennio Morricone acquiert à travers les films de Sergio Leone une véritable force narrative. La particularité la plus étonnante de leur collaboration étant sans doute qu’Ennio Morricone écrivait ses partitions avant même que Sergio Leone ne tourne ses films ! Que ce soit avec la trilogie de L’Homme sans Nom ou celle des Il Etait une Fois…, le cinéma de Sergio Leone restera à jamais indissociable de la musique d’Ennio Morricone.

Aujourd’hui, nombreux sont les artistes, musiciens ou producteurs, qui témoignent, à travers leurs créations, leur admiration pour ce compositeur. Que ce soit dans le rock, l’electro ou le rap, l’influence d’Ennio Morricone reste, pour certains, omniprésente. En témoigne la compilation Crime and Dissonance, sortie l’an passé sur le label Ipecac, où Mike Patton, l’ex leader de Faith No More, regroupait quelques-unes des compositions les plus insolites du maître italien. De même, les membres du groupe de hard Metallica aimaient-ils eux aussi lui rendre hommage en reprenant en introduction de leurs concerts le titre Ecstasy Of Gold, tiré de la bande originale de The Good, The Bad, The Ugly.

Aussi étrange que cela puisse paraître, considérant sa stature et la qualité de son œuvre, jamais Ennio Morricone ne reçut aucun Oscar durant sa longue carrière, et cela malgré de nombreuses nominations aux Academy Awards. Le maestro mériterait tout de même mieux que cette statuette d’honneur, simple lot de consolation, qui lui fut décerné le 25 février dernier… Mais ce n’est peut-être que partie remise puisque le maestro semblerait être revenu sur sa décision de mettre un terme à sa carrière depuis qu’un certain Brian De Palma aurait fait appel à lui pour signer le score de son prochain film intitulé… The Untouchables : Capone Rising ! Quoi qu’il en soit, la sortie étant prévue pour 2008, il faudra d’ici là se montrer patient.


5 BO INDISPENSABLES:
- Il Etait une Fois Dans L’Ouest, 1969.
- Les Incorruptibles, 1987.
- Le Bon, La Brute, Le Truand, 1966
- Mission, 1986.
- Mon Nom est Personne, 1973.