En même temps le staff derrière elle (3 ou 4 personnes à l'affût) nous rappelle que toutes ces amabilités ne sont pas gratuites. 15 minutes, c'est tout ce qu'on aura (à part quelques viennoiseries offertes sur la table) et notre magnéto est là pour prouver la rectitude yankee. Mais malgré tout, cette petite meuf (1m65 au garrot) ne manque pas de charisme et prouve une assurance et une maturité qu'on imaginait pas chez une fille de 21 ans. Et après avoir traversé un girls band, The Stunners, et quelques séries télé, elle pourrait bien s'imposer comme la nouvelle princesse du R'n'B.

 

Il y a beaucoup de choses qui commencent à être écrites sur toi, et les gens essaient déjà de te mettre des étiquettes. Mais quelles sont réellement tes influences ?

Tinashe Jorgenson Kachingwe (Tinashe) : Musicalement, Janet Jackson et Michael Jackson furent une influence majeure pour moi quand je grandissais, mais par exemple Sade aussi. Maintenant, chez les artistes d'aujourd'hui, il y a James Blake, SBTRKT... j'aime beaucoup de choses différentes et j'essaie surtout de trouver de l'inspiration au sein de genres différents.

 

En quoi Janet et Michael furent-ils de grandes influences ?

Je me revoirs écouter l'album Thriller en entier, et pour Janet, le premier, ça a été The Velvet Rope. Je les admire sur plusieurs points de vue, pas seulement pour l'aspect musical. Leur façon de faire de la pop ou du R'n'B était super innovante. Leur façon de danser était folle. Je danse depuis que j'ai 4 ans, donc de ce point de vue-là, j'ai été très influencée par eux. Leurs shows aussi. Mais surtout leurs vidéos ! Et en particulier Michael, c'était incroyable. J'adorerais insuffler moi-même de telles choses.

 

Et tu as déjà rencontré Janet ?

(Elle me regarde avec de grands yeux gourmands, ndlr) Non, mais j'adorerais !

 

 

Tu es née dans le Kentucky, tu as bougé à Chicago et tu t'es ensuite installée très jeune avec tes parents à Los Angeles. Tu te sens Californienne ?

Oui, carrément. J'adore la Californie. Il y a une atmosphère tellement décontractée. Et il y fait toujours beau.

 

Tu vis où à Los Angeles ?

A Pasadena, au pied des montagnes.

 

En grandissant là-bas, tu pensais plus devenir une actrice qu'une chanteuse ?

Non, j'ai toujours voulu devenir une chanteuse. Mais je pense que quand j'étais plus jeune, je ne me sentais pas assez mature pour entamer une carrière musicale. Alors jouer la comédie était une manière de me sentir dans mon propre espace. J'adore divertir et me produire devant un public. Je me suis prise de passion pour le jeu, alors j'ai fait ça.

 

 

C'est dans l'ordre des choses quand tu habites à L. A. ?

Oui, c'est facile de le faire là-bas car il y a de nombreuses opportunités : tous ces studios, ces pubs qui se tournent... Il y a juste beaucoup de boulot. Et ça rend les choses plus faciles.

 

Ca te dirait toujours de faire l'actrice ?

Oui bien sûr, si c'est un rôle qui me plaît et qui me stimule, mais j'ai quand même mis un frein à ma carrière d'actrice il y a quelques années juste parce que je voulais que les gens voient que je prenais la musique au sérieux et que ce n'était pas une lubie. Donc j'arrête pour quelques années, mais j'y reviendrai.

 

Tu t'es fait connaître par des mixtapes. Est-ce que tu penses que c'est le moyen le plus actuel - ou en tout cas le plus efficace - pour se faire connaître aujourd'hui ?

Internet a pris une importance culturelle si grande qu'il est devenu essentiel non pas forcément de faire une mixtape, mais du moins d'avoir un fort ancrage sur internet. Pour moi, la mixtape fit office de transition idoine, car en distribuant de la musique gratuitement, les gens étaient plus enclins à la télécharger. Et une fois qu'ils l'avaient écoutée, ils la partageaient ; c'est comme ça que je me suis fait beaucoup de fans. Donc pour moi, l'étape de la mixtape fut primordiale, oui.

 

 

Et tu es très active sur Twitter...

Oui. J'ai commencé à utiliser ce service en 2009, donc j'ai vraiment été là au début. C'est important d'être relié à ses fans et aux gens qui vous soutiennent. Comme je l'ai mentionné, si je ne m'occupais pas de cet aspect, je ne suis pas sûre que je serais là où j'en suis maintenant.

 

Tu fais vraiment partie d'une "génération internet". Tu te souviens d'avoir acheté des CD ?

Oui, j'achète encore des CD et je me rappelle même des cassettes ! C'est sûr que ça a été une transition un peu folle - et c'est dur dans l'industrie musicale -, mais il faut essayer de nouvelles choses.

 

Qu'est-ce qui t'a convaincu de signer avec Sony Music ?

J'étais dans un groupe de filles quand j'étais plus jeune et on avait été signées dans quelques autres maisons. Je me souviens qu'on était chez Universal et que je n'avais aucun contrôle sur l'aspect créatif. On me disait juste quoi faire, quoi porter, quoi chanter. Et quand j'ai rencontré les gens de Sony, ils ont vraiment compris ce que je voulais en tant qu'artiste, quelle était ma vision, et ils n'ont pas essayé de la changer.Ca, ça a été extrêmement important pour moi.

 

 

Qu'as-tu tiré de ton expérience dans un girls band ?

En fait, je me suis vraiment amusée. J'étais jeune quand j'ai rejoint le groupe, j'avais 14 ans. Mais ce fut une très bonne école pour apprendre à connaître l'industrie. J'ai appris comment enregistrer dans des studios pro, faire une tournée ou tout ce genre de choses... donc quand je me suis lancée en solo, j'étais vraiment bien préparée.

 

Qu'est-ce que tu penses de la scène R'n'B en ce moment aux Etats-Unis ?

C'est assez excitant de se rendre compte qu'on fait partie d'une nouvelle scène différente qui émerge. D'une manière générale, la musique devient de plus en plus un melting-pot de différents genres. Et de plus en plus d'artistes cassent ces frontières - et la nouvelle vague du R'n'B, c'est exactement ça : elle trouve ses racines dans le R'n'B traditionnel, mais on y sent vraiment des influences venues du hip-hop, de la musique alternative, de l'électro... et je trouve ça cool.

 

Et c'est vrai, ce truc de "les filles prennent le pouvoir" ?

En fait oui, pour la plupart. Il y a beaucoup de filles qui font des trucs super. Il y a quelques mecs aussi, mais ça fait longtemps qu'on n'a pas eu un truc nouveau de leur part. On verra.

 

 

Tu es féministe ou pas du tout ?

Par certains côtés oui, car je veux que les femmes soient jugées de façon égale par rapport aux hommes, et qu'elles soient plus respectées de manière générale. Mais je ne suis pas hardcore. Les gens pensent que le féminisme est synonyme de haine des hommes, mais pour moi, c'est davantage une question d'égalité. Les femmes ne sont pas supérieures aux hommes et l'inverse non plus.

 

La danse est aussi très importante pour toi...

Oui, j'ai commencé à 4 ans : ballet, claquettes, jazz, hip-hop... Je participais même à des compétitions, donc oui, c'est un truc super important dans ma vie. Et c'est cool de pouvoir incorporer cette passion dans mes shows et dans mes vidéos.

 

Et quelle est ton avis sur la Reine des Etats-Unis, Beyoncé ?

(Rires) Je la respecte totalement en termes de production scénique, elle est l'une des plus grandes artistes vivantes. Mais j'ai l'impression que davantage de gens pourraient la concurrencer, et que depuis 5 ans, pas mal d'artistes ont mis l'aspect scénique de côté. J'aimerais bien remettre ça au goût du jour moi aussi.

 

 

Et quel est le pire artiste actuel aux States ?

Sûrement Chief Keef. Un rappeur de 18 ans. C'est vraiment n'importe quoi.

 

Idéalement, tu aimerais collaborer avec qui ?

J'adorerais travailler avec André 3000. Il a vraiment le truc pour établir des ponts entre les genres, et puis c'est un grand conteur d'histoires.

 

Quels sont tes projets dans un futur proche ?

Je vais déjà sortir l'album. Il y a un peu la même atmosphère que dans ma mixtape, mais la prod' s'est vraiment améliorée. C'est normal, j'ai travaillé avec des producteurs très talentueux. Mais en même temps, comme je suis toujours inspirée par les choses que j'entends et que mes goûts sont en perpétuelle évolution, j'ai surtout l'impression que je suis en train d'avancer.

 

Et pour finir, ta chanson «plaisir coupable» ?

Probablement Baby One More Time de Britney Spears ! (Rires) Je continue d'adorer cette chanson, elle est géniale.

 

++ La page Facebook, le compte Soundcloud et le compte Twitter de Tinashe, et le site intégralement dédié à son nouveau single avec Schoolboy Q, 2 On.

 

 

Romain Charbon // Crédit photo : Gomilion & Leupold.