La première fois que le terme apparaît, c’est sur Médiapart en 2013. Ensuite, quel est le trajet entre l’article et le livre ? À quel moment le boubour devient-il un sociotype que tu décides de définir au sein d’un ouvrage scientifique ?
Nicolas Chemla : Alors déjà, je suis plutôt contre le terme «sociotype». La sociologie a pas mal évolué et on n’est plus dans des sociotypes figés, portraiturés de manière stable. On n'est plus dans des nuages de mots. Du coup, il n’y a aucun moment où je me suis dit que je tenais un sociotype et que je pouvais en tirer un livre. Ensuite, pour l’histoire du boubour, tout commence effectivement avec un billet dans Médiapart, qui a connu son petit succès à l’échelle du blog. Ça a été repris par Elle et par Stratégies. Puis en vérité, je suis passé à autre chose. Quelque temps plus tard, les éditions Lemieux m’a contacté, notamment Yves (Czerczuk, ndlr) qui m’a proposé un entretien pour le Panorama des Idées. Je lui ai d’abord répondu que le boubour appartenait au passé et lui m’a convaincu que c’était toujours complètement d’actualité. Et c’est là que je me suis replongé dedans. L’interview est publiée ; là, Lemieux me propose d’en tirer un livre. Et il s’avère qu’entre le billet de blog et le moment où je décide d’écrire un livre sur le sujet, il s’est produit énormément de choses venant confirmer mon intuition. Et j’ai trouvé ça rigolo de montrer que le phénomène avait pris de l’ampleur. Même si le terme, lui, n'a pas connu la répercussion que j’avais imaginée.
chemla_boubour_couvOui, c’est juste. Si le terme bobo, lui, a vite pris ses marques dans le vocabulaire commun, c’est moins le cas de boubour. Qu’est ce qui fait que le concept, pourtant hyper-juste et pertinent, ait du mal à circuler ?
Le terme est assez récent, déjà. C’était auparavant juste un billet de blog et le livre vient à peine de sortir. Mais d’après les premiers retours que j’ai, il commence petit à petit à faire son chemin. J’ai une amie qui est au comité exécutif d’une très, très grande maison de luxe et son directeur s’adresse à elle à un moment donné pour lui dire que «le bobo c’est fini, maintenant il faut parler de boubour» tandis qu’elle ne lui avait jamais parlé de moi ou du bouquin. Et le truc lui est revenu. Donc c’est le signe que ça commence à prendre. Voilà un premier élément de réponse : laisser le temps au terme de prendre son envol. Et apparemment, ça commence. On verra jusqu’où ça ira, pour l’instant j’en sais rien. Mais ça m’intéresse, ce côté «expérience sociale». Voir ce qui fait qu’un terme peut s’installer dans la société. Et j’ai un deuxième élément de réponse, c’est ma petite théorie complotiste sur le sujet ! (Rires) Je pense que pas mal de ceux qui contrôlent la production et la diffusion des discours peuvent se sentir visés par le terme. Par là, je pense au milieu publicitaire mais aussi au milieu des médias, que ce soit iTélé, BFM ou Le Figaro. Donc tu as tout un pan du milieu de diffusion des discours dominants qui n’a pas tellement intérêt à diffuser ce terme, ce serait se tirer une balle dans le pied. Il faudrait avoir le recul nécessaire pour admettre son côté boubour. Par exemple, je ne vois pas qui au Figaro voudrait écrire un papier là-dessus tandis que ça tire à boulets rouges sur tout ce qu’ils sont et que sont leurs lecteurs… !

Sans oublier les actionnaires principaux...
Exactement, sans oublier les actionnaires principaux, etc. Après, je suis conscient du caractère un peu caricatural de mon discours. Je n’ai pas non plus sombré dans la parano totale. Je ne dis pas qu’il y a des gens qui tirent les ficelles et qui me mettent volontairement des bâtons dans les roues, mais il me paraît relativement facile à imaginer qu’un type, dans ce genre de médias, trouve le concept amusant mais aurait l’impression de se taper dessus en l’abordant.

Et ce n’est pas particulièrement le propre du boubour, de faire preuve d’autodérision.
Non, très peu, en fait… Tiens - je pense à autre chose mais je viens de trouver mes notes où je répertoriais tout ce qui a donné de l’ampleur au phénomène boubour entre le billet sur Médiapart et l’écriture du livre. Il y a le retour de la cuisine bourgeoise, le succès d’Iñárritu, déjà avec Birdman l’an dernier et cette année avec The Revenant
Tu le trouves bourrin, Iñárritu ?
Complètement bourrin ! C’est un cinéma de l’esbroufe, m’as-tu-vu, coup de poing. C’est un cinéma de la performance et en même temps, c’est un cinéma immobile parce que ça ne fait pas bouger les lignes. Qu’est-ce que j’avais noté d’autre ? Caitlyn Jenner. Ça, c’est méga-boubour. Ou comment le côté conservateur réactionnaire se pare des semblants ou des atours d’un progressisme identitaire. Mais dans le fond, c’est profondément vulgaire et conservateur. Sa seule manière d’être une femme, c’est d’être en couverture de Vanity Fair en bimbo Barbie… Bref, j’en ai noté plein d’autres, comme l’explosion du crossfit et du paléo-diet… Et beaucoup d’autres que je cite dans le livre et qui m’ont conduit à la conception de cet ouvrage.

L’ouvrage analyse et décrypte beaucoup, naturellement, mais révèle aussi l’ampleur et l’importance du bourgeois-bourrin dans les mécanismes culturels ou de société. Au sortir du livre, on a le sentiment de voir du boubour partout, en tout et tout le monde…
Ce que je voulais avec cet ouvrage c’est offrir une grille de lecture, donner une paire de lunettes pour voir avec plus de clarté les choses. On assiste au triomphe d’une manière d’être : bourrin-chic, bourrin-sexy, bourrin-bourgeois… Contrairement au bobo ou au hipster, ce n’est pas un sociotype défini, mais on voit néanmoins la pensée conservatrice et réactionnaire devenir sexy et cool. Et chic. C’est cette rencontre là qui interpelle. Il y a peu, il y a eu une manifestation hyper-violente de résidents du 16ème pour protester contre l’établissement d’un foyer social. Monique Pinçon-Charlot (sociologue spécialisée dans l’homogamie et les normes sociales des classes supérieures, ndlr) analysait ce sujet et disait que ce qu’il y avait de nouveau dans cette manif, c’est l’emploi d’une ultraviolence – elle n’employait pas le terme bourrin mais ça l’est, dans les mots ou dans les actes – par un milieu qui a toujours refusé ça. C’est un milieu où la bienséance demeure, où l’on n’élève pas la voix, on reste poli parce qu’on est dans cet entre-soi. Et cet entre-soi se manifeste justement par le partage de valeurs – originellement – non-bourrines. Un habitus non-bourrin. Elle a vu d’un seul coup des individus «biens sous tout rapports» se comporter comme des gros bourrins.

Encore une manifestation de ce fameux côté bestial, primaire, qui revient souvent dans l’analyse du boubour.
Exactement. La «bête  que décrit très bien Tom Wolfe. Et qui est l’essence même du capitalisme en fin de compte. Ou de la bourgeoisie. Et qui était sous une espèce de vernis jusqu’à présent, mais ce vernis est en train de craquer.
8092009En inventant le terme boubour, tu structures une réalité. Lorsqu’on pose un nom sur un phénomène – comme ça a été le cas avec le normcore il y a quelques temps – on se demande toujours dans quelle mesure ça n’englobe pas autant que ça génère. Ça risque d'être performatif. Est-ce que tu n’as pas peur d’enfanter des boubours avec cet ouvrage ?
Si si. Justement, pour moi c’est l’expérience sociale in vivo. Si ça se passe, c’est cool ! (Rires) C’est ce que j’explique en introduction du livre, c’est la nature même du discours : engendrer autant que refléter une réalité. À voir ce qui va se passer. Après, il n’y a pas de risques, si ce n’est d'envenimer un peu plus les débats lors des dîners en ville. Et c’est d’ailleurs une idée qui me plaît avec ce livre : donner aux bobos des armes pour se défendre. Je voyais trop souvent le bobo se faire mitrailler lors de débats. Tandis que l’alternative au bobo, quand tu y réfléchis, c’est juste horrible.

En parlant de ça, à un moment donné, tu pointes du doigt «l’échec de la culture bobo». Qu'est ce que c'est «l'échec de la culture bobo» ?
Il est multiple. D’abord en termes de perception, l’échec de la culture bobo c’est d‘être devenu l’ennemi public numéro 1. Si le bobo était une marque, sa cote d’amour serait très basse ! (Rires) Ça, c’est un échec indéniable. Dans les faits, c’est un échec parce que ce qu’ils défendent s’écroule : l’intégration, la mixité, la diversité, l’écologie… Il y a plein de symptômes. Comme la culture bio qui ne parvient pas à être autre chose qu’un luxe adressé à quelques privilégiés. L’exemple d’American Apparel est hyper-éloquent. Une marque qui, à priori, brillait par son éthique se retrouve en péril à cause des poursuites pour harcèlement sexuel dont fait les frais son fondateur (notons aussi sa gestion financière fantaisiste, ndlr). Je rencontrais récemment une sociologue - qui a tout d’une bobo, elle habite dans le 18ème -, et un jour, elle pestait parce que depuis «qu’ils» sont dans le 18ème, toutes les enseignes sont en train de changer, ça défigure son quartier. Et oui, c’est vrai, son quartier change mais ce que montrent très bien aussi des tas d’autres sociologues, c’est que ce ne sont pas les bobos les vrais méchants. Le contrôle des richesses, le contrôle des discours, la domination de l’exclusion… ça se passe plus chez les vrais bourgeois de l’Ouest parisien. Ils sont à des niveaux de revenus incomparables avec les bobos de l’Est et contrôlent et protègent invariablement leur ressource d’une manière éhontée sans même chercher à s’en excuser.

Il n’y a pas si longtemps, étaient très valorisés les philosophes de café, les Pacôme Thiellement, les figures intellos pop etc. Après ça, il y a eu une rupture complète ; ça s’est vu avec la starification de Nabilla, la mode du Harlem Shake, le succès d’Hanouna... On a vécu une vraie grande période de glorification de l’imbécillité et accessoirement une vague de «beauf is the new cool». Est-ce que c’est cette période qui a permis au boubour d’éclore, ou est-ce que le boubour a favorisé cette période ?
Pacôme Thiellement a encore le vent en poupe hein… Et pour un bout de temps. Non mais sinon, je l’ignore. J’aurais du mal à te donner un ordre chronologique, savoir ce qui vient avant l’autre. De toute évidence, la glorification de l’idiotie et l’avènement du boubour sont corrélés. Mais pour moi, ce qu’il s’est passé, ce qui a véritablement permis l’éclosion du boubour, c’est l’explosion des chaînes d’infos. Concomitante avec le succès des réseaux sociaux et la culture du commentaire et du troll. Pour moi, tu as ces deux évolutions technologico-médiatiques qui à la fois préparent le terrain pour le boubour et le structurent. C’est à la fois des contenants et des contenus qui favorisent la pensée bourrine. Tu as vu la dernière campagne BFM dans les rues ?

bfmbfm2
Ça ne me dit rien…
«Regarde BFMTV, tu verras». Tu vois le côté presque biblique du message ? «TU VERRAS» ! On dirait une épiphanie. Alors vois BFM et tu seras «au courant». Je déteste cette expression «être au courant». J’ai pas envie d’être au courant. Ça ne veut pas dire que je n’ai pas envie de savoir, bien au contraire, mais «être au courant», c’est littéralement être dans la matrice, tu vas être branché en permanence et on va te bombarder d’infos. Et ils ont réussi à se rendre indispensable n’importe où, dans les salles d’attentes, les cafés… Je parle de BFM, mais c’est valable pour iTélé, je ne fais pas la différence. C’est devenu le spectacle permanent ; ils scénarisent, orchestrent les événements même lorsqu’il ne se passe rien pour faire en sorte qu’il se passe quelque chose. C’était flagrant lors des manifs contre le mariage pour tous. Ils ont cette capacité à structurer le regard sur la réalité mais aussi la réalité elle-même. Un média comme un discours reflète autant qu’il structure une réalité. C’est aussi lié à des exigences technologiques. Il y a dix ans, je bossais en agence à iTélé et j’ai vu les évolutions de la chaîne en fonction des changements de directions. Il y a dix ans, il y avait vraiment de la place sur la chaîne pour installer du vrai débat, des vraies confrontations de points de vue et des temps de parole assez développés. Lors du changement de direction, je me souviens du brief en agence : la chaîne était perçue comme trop intello, trop journaleux, trop parisienne CSP+. Et du jour au lendemain, plein de chroniqueurs se sont faits virer, les programmes sont devenus plus courts, les temps d’interventions plus rapides, les tunnels de pub plus répétitifs. iTélé, dans une même heure, tu as vu quinze fois la même pub, c’est insupportable. Au bout d’une heure, tu ne sais même plus comment tu t’appelles. On a visité les salles de rédaction et on a vu qu’il n’y avait pas de journalistes chez iTélé. C’est que de la dépêche AFP, du moulin à images, et ce qu’ils appellent des journalistes, ce sont des types installés à des postes qui réalisent des montages entre les images qu’ils reçoivent et les dépêches qu’on leur envoie. Il y a très peu de vrais journalistes, finalement. C’est sur le terrain qu’ils envoient des vrais «journalistes» pour montrer qu’il y a du vrai live et du contenu estampillé iTélé. La contrepartie de ça, c’est de l’édito permanent avec des chroniqueurs qui n’ont pas grand chose à dire. Et ça, c’est devenu l’alimentation permanente de la pensée populaire. C’est terrifiant. C’est ce facteur-là qui, à mon sens, «bourrinise» la vie intellectuelle française.

Je te posais la question sur la glorification de l’imbécillité parce qu’entre ça et cinq années de gouvernance Sarkozy - président bourrin par excellence – et plus globalement «le délitement des élites», ce que tu notes comme l’avènement du boubour, c’est finalement l'un des symptômes les plus aigus de cette médiocrité hyper-contagieuse qui infiltre tous les pans de la société ces dernières années. Tu ressens ça ?
Complètement ! On est passé de la méritocratie à la médiocratie. Ce qui pour moi est encore plus sournois, c’est que cette médiocrité se donne les atours du progrès et connaisse des formes de caution intellectuelle. C’est pour moi le plus gênant. Si encore c’était une médiocrité qui avançait à visage découvert… C’est frappant avec les exemples que je te donne dans le cinéma : des films profondément immobiles, médiocrement écrits ou réalisés et qui se retrouvent adoubés par les hautes autorités culturelles. Je pense à Audiard, Gallienne ou même à Iñárritu encore une fois. C’est ça que je trouve inquiétant. Et c’est là que l’on peut parler d’une «défaite morale». Ça devient difficile de défendre des choses plus exigeantes, qui promeuvent une vrai foi dans l’humanité et un vrai progrès. Pas un progrès qui s’avère être un retour en arrière. Et ça, c’est un discours de plus en plus dur à tenir.

Et ça va être de plus en plus dur de tenir et faire entendre un discours riche / nuancé / complexe ?
Ouais ! (Rires) Je suis assez pessimiste en fait. Peut-être que ce livre est un appel au réveil des citoyens ! (Rires) 
Oh oui - on brandira le «petit livre doré» dans les manifs.
Oui ! Non mais honnêtement je crois que le combat est perdu et que ça devient de plus en plus difficile de tenir un discours nuancé ou sophistiqué. Je reviens sur ce que je disais quant à l’évolution médiatique. Sur Internet, c’est quasiment impossible. Dans les médias, c’est impossible. Tu as déjà vu cet acronyme «TL;DR» (= Too Long ; Didn’t Read, ndlr) ? C’est décomplexé : personne n’a plus le temps de lire, en fait. Donc on ne fait plus que du clickbait où le titre suffit, plus besoin de lire l’article, le titre te plaît, tu partages et c’est réglé. Donc ouais, dans ce contexte, c’est de plus en plus difficile. Il y aura toujours un noyau d’irréductibles. On va survivre sur une île, quelque chose comme ça.

Ça me fait penser à l’intervention d’Etienne de Laharpe dans le livre et à ce moment où il dit qu’Internet «est en train de faire de nous des gros connards». Comme c’est une question que je me pose un jour sur deux, je te la pose à toi aussi. Est-ce que tu penses qu’Internet n’est pas en train de faire nous des gros connards ?
Complètement ! J’ai le droit de dire ça ? (Rires)

Tout à fait.
J’en suis assez convaincu. À l’origine, Internet c’est plutôt une bonne idée et quelque chose qui avait un potentiel bienveillant. Mais ça s’est révélé être un truc terrifiant à tout point de vue. Même d’un point de vue macro : le contrôle de la pensée, l’intelligence artificielle, le remplacement par le robot. En vérité, ça participe à un même mouvement. Il y a une espèce de ruse, il s’agit de te faire croire qu’on œuvre ici pour le bien de l’humanité tandis qu’on travaille à son remplacement. Voire son annulation. Et le milieu ne s’en cache même plus. Les mecs de Google sont des gros promoteurs de la posthumanité, il y a la Singularity University en Californie…  Tu te demandes ce qu’ils ont à y gagner, en plus…

Est venu le moment de la question socio, la question un peu chiante mais j’ai besoin de la poser, c’est la question (bou)bourdieusienne. Tu es prêt ?
Ah, mais j’adore Bourdieu moi.
En lisant ton livre, je pensais très régulièrement à la Distinction de Bourdieu. Fatalement. En très raccourci, autrefois, la classe dominante allait de pair avec la culture dominante. Ce qu’on appelait la «culture légitime». Les classes supérieures se distinguaient consciemment comme inconsciemment du reste, notamment par leur pratiques culturelles. J’ai l’impression que ce que tu synthétises dans l’ouvrage, ce que tu théorises, c’est le signe d’une rupture totale avec ce schéma. Donc d’une : qu’est ce que Pierre aurait pensé du boubour ? De deux : est-ce que le nouveau modèle de domination culturelle est justement devenu le degré zéro, la nullité, de la pratique culturelle ?
Je suis tout à fait d’accord avec cette idée. Ça s’intègre dans ce moment du livre où je parle du renversement des valeurs. C’est ce que je disais aussi plus tôt concernant Monique Pinçon-Charlot – je ne pense pas qu’elle ait lu le bouquin mais j’espère que ça arrivera ! – qui, avec son partenaire, se revendique héritiers de Bourdieu. C’est la nouveauté qu’elle observait dans la manif du 16ème contre le foyer social. Jusqu’à présent, il y avait une hiérarchie des habitus et des goûts, et ça, c’est en train de basculer. Bon, c’est un raccourci pas hyper-scientifique ce que je vais dire là, mais c’est typiquement ce que tu observes dans le film de Gallienne où tu as tous les atours de l’habitus, du goût culturel dominant, la Comédie Française, les grands appartements parisiens, l’Opéra etc., mais qui n’est que l’habit d’une comédie grossière, vulgaire, réac' - c’est du niveau des Visiteurs. Là, tu te dis qu’il se passe quelque chose d’étrange. Et ça, tu l’observes à tous les niveaux. Ça a commencé avec Sarkozy et ça ne fait qu’empirer.

De manière récurrente dans le livre, tu relies le boubour à sa fascination pour le primitif, le bestial. Qu’est ce qui dans la société pousse à vouloir se replier autant sur le primitif, les racines de l’être ? C’est un refuge face à un monde qui devient très complexe ?
J’ai plusieurs éléments de réponse mais j’ignore quelle est la piste la plus valide ou valable. Je pense qu’il y a quelque chose de presque philosophique ou métaphysique qui se joue autour du digital. Je l’ai observé en avant-première dans le milieu gay : plus la réalité se digitalise, plus elle devient brutale. Et plus on brutalise la réalité, plus le physique, matériel, charnel, reprend ses droits dans le réel. Je peux le résumer de manière pas très scientifique mais je pense que le réel, toujours, résiste, et que le digital cherche à éliminer la résistance. Dans le digital, rien ne te résiste. Tous tes fantasmes s’exaucent, tout est fluide, tout est liquide. Plus on assiste à une liquéfaction de nos rapports d’un côté plus le rapport devient violent de l’autre. «Pourquoi ça, ça me résiste dans le réel tandis que rien ne me résiste plus ?» Ça, je l’ai observé dans le milieu gay avec l’explosion des sites de rencontres avant même Grindr et compagnie. Il a commencé à se passer un truc et les mecs te disaient «putain, c’est violent dans les bars, en fait». Parce que la rencontre était digitalisée, dans le réel, tu avais de plus en plus de violence physique, volontaire ou non. Consentie ou non. Ça, c’est un premier élément de réponse : le digital finit par appeler la violence bestiale. Deuxième élément de réponse : il s’est passé quelque chose dans les discours dominants avec l’explosion des neurosciences ou de la psychologie évolutionniste, qui sont des recherches dont sont très friandes les entreprises et qui, du coup, les financent à tour de bras. Et ce sont des sciences qui ont toutes le même présupposé et la même conclusion. Le même présupposé, c’est que «tout ce que l’on fait est hérité de notre passé de chasseurs-cueilleurs . Heu… OK. Du coup, les conclusions se ressemblent toutes, à base de bonobos, alpha-males, domination-soumission, naturalisation et déshistoricisation, pour reprendre les termes de Bourdieu autour des mécanismes culturels et sociaux fallacieusement indiqués comme naturels. Je pense que cette pensée, elle se retrouve partout. Elle contamine tous les domaines. Parce que c’est facile à reprendre, les journalistes sont en partie responsables ET victimes. L’uberisation du métier fait que tu n'as plus trop le temps de te poser des questions ou de parler profondément d’un truc parce qu’il faut bien que tu bouffes. Donc tu ponds du papier comprenant ces recherches idiotes sans les questionner parce que tu es pigiste. C’est pernicieux. Comme ça vient conforter des clichés, des stéréotypes, tout le monde avale ça confortablement. Pour moi, ce sont ces deux éléments-là qui viennent expliquer cette victoire de l’animal et du bestial.

Quand bien même tu abordes le cas des (boubour) femmes, des (boubour) homos et des (boubour) asiatiques, on a quand même le sentiment que le boubour concerne énormément le mâle blanc hétéro. Est-ce que parfois, tu ne ressens pas le boubour comme un dernier regain de vitalité, un chant du cygne de la société à Papa qui s’autorise un dernier tour de piste avant de s’éteindre à tout jamais ?
Ah, tu le ressens comme ça ?
C’est peut-être moi qui le fantasme…
Non, écoute, c’est possible. Pour le coup, j’ai pas de boules de cristal. Après, ce que je trouve intéressant, c’est que j’ai vraiment essayé de démontrer que ça ne concerne pas que le mâle blanc hétéro occidental. Ce qui est amusant avec le boubour, c’est qu’il y a une convergence de ça avec la culture de la bourgeoisie chinoise du XXème siècle, hyper-capitaliste, hyper-machiste etc., avec aussi la culture hip-hop, «Booba à Miami». D’un seul coup, tu as tous ces éléments qui se mettent d’accord entre eux. Tandis qu’ils ne devraient pas, d’un seul coup ils trouvent un socle commun : le boubour. Après, je ne vois pas ça comme un dernier tour de piste mais il y a effectivement un aspect nostalgique dans cette volonté de revenir à un monde pré-postmoderne - le monde de la fin des 70’s où triomphe le mâle blanc dominant. Moi, j’ai aucune idée de la manière dont il va évoluer. Soit il va asseoir sa domination, soit c’est l’explosion totale et l’avènement de quelque chose de beaucoup plus rigolo. Parce que multifocal et pluridirectionnel.

En parlant de Booba, il est souvent question d’hyper-virilisation chez le boubour et de retour à une virilité exaltée. Est-ce que cette hyper-virilisation, ça n’est pas une manière de donner corps à la domination sociale ?
Oui, je suis tout à fait d’accord. Et on peut remonter à Sarkozy, c’est lui le premier à avoir ouvert les vannes. Son côté, «je fais du jogging, je me tape un mannequin», c’est Poutine dans sa salle de gym, Trump et ses femmes de quarante ans ses cadettes… À nouveau, c’est quelque chose que Tom Wolfe raconte super bien autour des milieux corporate et des univers de pouvoir. Il y a une prime au mâle traditionnellement dominant.

Parfois, en te lisant, on pourrait avoir l’impression que tu mènes une existence uniquement faite de raffinement et de volupté. Est-ce que toi-même tu te surprends à te découvrir des côtés boubour ?
Je me bourrinise à grande vitesse. Je suis à la croisée du bobo et du boubour. Il y a des gens pour qui je suis ultra-bobo et sophistiqué parisien branché, et d’autres pour qui je reste un indécrottable banlieusard bourrin qui aime aller soulever de la fonte dans les salles de sport et regarder les films de Schwarzenegger avec le même plaisir que des films de Bergman. Moi, je considère que c’est un privilège d’être à la croisée des deux.

++ Paru chez Lemieux Éditeur le 14 mars dernier, le livre de Nicolas Chemla Anthropologie du Boubour est disponible ici.