Quand et comment se sont rencontrés les Black Ghosts ?
Theo : A Halloween en 2005. On s’est rencontrés devant un ordinateur et un vacarme vertueux s’en est immédiatement suivi.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de monter un duo ?
Theo : On avait tous les deux besoin de quelque chose de nouveau. Il était temps d’unir nos forces et de nous amuser.

Est-ce que les fantômes noirs sont très différents des fantômes blancs?
Theo : Oui. Les White Ghosts sont plus branchés nu-metal et trance.

Qui fait quoi dans le groupe ?
Theo : Je fais les bruits, Simon chante. Mais rien n’est vraiment rigide et déterminé.

Quelles sont vos ambitions musicales quant à ce groupe ?
Simon : Nous voulons unir les forces du rock et de la dance et forger une nouvelle ère de qualité et d’harmonie à travers le monde, un peu comme Bill et Ted (héros du film Bill & Ted's Excellent Adventure, 1989, ndlr)… Et nous voulons faire la fête et rencontrer des jolies filles.
75
Vos morceaux sont plutôt soulful, est-ce par goût pur ou bien c’est aussi une façon de vous différencier des autres groupes électro rock ?
Simon : C’est impossible de faire semblant d’avoir de la soul, sista. On fait ce qu’on fait et on le fait passionnément, en laissant les autres tenter de savoir où l’on se situe dans la ‘scène’. Je pense que c’est une erreur de laisser parler sa conscience et de penser au marketing lorsqu’on écrit un morceau.

Faire de la musique, c’est un divertissement ou un travail ?
Theo : C’est définitivement un divertissement, mais un divertissement auquel il faut travailler.

Vous venez de sortir un EP, travaillez-vous actuellement sur un album ?
Theo : Notre album est fini, et sortira dans le courant de l’année prochaine.

Vous êtes plus un groupe de studio ou un groupe de scène ?
Theo: Un groupe de studio, mais on n’est même pas un groupe en fait, plus un duo dynamique.

Vous êtes DJs, producteurs, remixeurs : pourquoi tous les musiciens actuels portent-ils ces trois casquettes ?
Theo : Parce que c’est amusant, et qu’il y a trop d’options pour vivre seulement d’un album.

La vie de rock star, c’est votre truc ?
Simon : Yeah, 24h sur 24 ! Je n’ai jamais eu un boulot, et je n’ai pas l’intention d’en avoir un jour. J’ai des nains qui m’apportent mon petit-déjeuner sur un plateau en or et une fontaine de champagne dans mon salon.
80
Pourriez-vous me raconter votre nuit la plus dingue ?
Simon : Je n’en ai aucun souvenir, ahahah. Demande à quelqu’un de te raconter l’histoire de ce penthouse à St Petersbourg.
Theo : Tous les souvenirs de mes nuits les plus mémorables se fondent en une seule et même nuit complètement dingue.

Simon, tu aimes encore le morceau Simian VS Justice ou t’en peux plus?
Simon : Je l’aime encore, surtout quand je suis dans un club et que tout le monde chante les paroles en choeur.

Tu préfères l’original ou le remix de Justice ?
Simon : Ce sont deux morceaux très différents, mais j’aime le fait que le remix de Justice soit devenu un tel hymne.

A quoi rêvent les Black Ghosts ?
Simon : A trouver de l’or sous l’eau. Aux singes volants. Aux zombies tueurs. A faire des concerts géants.
Theo : Aux trains, aux vampires et aux fesses.


Pour écouter un mix : 30mn Mix

Page Myspace: myspace.com/blackghosts


Propos recueillis par A.C // Photos: Sarah Cresswell et DR.