Quand tu es sur Paris, tu fais quoi, du shopping, la fête...?
Planningtorock : Non rien de tout ça. J'évite le shopping, je n'aime pas ça. Et sinon, quand je suis à Paris, j'aime bien rester chez mon ami Chloé. 

DJ Chloé?
Planningtorock : Oui, Chloé de KTDJ.

Et cette ville te plait ?
Planningtorock : Pour être honnête, quand je suis là, je reste en général toute la journée enfermée en studio donc je ne vois pas beaucoup la ville. 

Tu as déjà joué ici ?
Planningtorock : Deux fois : j'ai joué une fois au Centre Pompidou et une fois au Point Ephémère. 


A propos de ton nouvel album à venir sur DFA, la première chose que je me suis dite en l'écoutant est que ton univers est quand même assez éloigné de celui du label de James Murphy. Quel est ton sentiment là dessus ?
Planningtorock : C'est cool, j'y pense pas vraiment ! A la base, James Murphy m'a écrit un premier email en 2006 pour me dire qu'il aimait Have It All (son 1er album ndlr, extrait) puis petit à petit, nous sommes devenus amis.  Il m'a ensuite proposé de signer mon prochain album. Donc voilà pourquoi je n'y pense pas. Bien sûr, je connais bien les autres artistes du label DFA et je comprends ta question mais ils aiment ma musique et réciproquement. 

Justement, tu as bossé avec l'un d'entre eux : Shit Robot
Planningtorock : Oui, nous avons co-écrit Answering Machine, c'était très cool. Il m'a envoyé une ligne de basses avec un beat et m'a demandé si on pouvait faire un truc avec ça. J'ai écrit les arrangements pour les cordes, les voix, etc. et voilà, le morceau s'est fait.  

Et ta musique, comment la qualifierais-tu ?
Planningtorock : Je ne sais pas… vraiment, je ne sais pas ce qu'est ma musique… Et c'est ça que j'aime : je fais de la musique et je ne sais pas ce que c'est. J'aime faire de la musique qui est nouvelle pour moi. Quand je l'entends, je ne pense pas vraiment à quelque chose, je ressens quelque chose de très fort, c'est tout…  

Comment en es-tu venue à faire de la musique ?
Planningtorock : J'en ai fait très tôt. J'ai commencé par jouer du violon assez jeune puis je me suis mis à écrire de la musique quand j'avais 16 ans. Ça m'a pris beaucoup de temps pour comprendre comment associer mon intérêt pour les arts visuels et la musique. Travailler seule prend du temps. 

Ton nouvel album s'appelle W, c'est ta lettre favorite ?
Planningtorock : (Rires) J'ai eu du mal pour trouver un titre à cet album. C'était soit trop long, soit trop court. W est une lettre qui dit quelque chose. W ça veut dire "double toi" (double u en anglais ndlr) et vu que je suis vraiment branchée par tout ce qui est symétrie... Et c'est fort comme lettre aussi... Je me suis dit que les gens allaient s'approprier cette lettre et en faire quelque chose de personnel : "World", "Women", "Wow", "Why", "Weird"… Il y a plein de possibilités et c'est ça qui m'a plu comme titre pour cet album : il y a cette ouverture. 

 

On retrouve souvent l'effet de miroir justement dans tes vidéos …
Planningtorock : Oui c'est vrai, j'aime l'effet du miroir. Quand tu travailles seul, tu fais ressortir ton double, en quelque sorte c'est ton subconscient que tu mets en lumière et c'est ça que j'aime mettre en images dans mes vidéos. 

As-tu été influencée par des artistes quand tu as écrit cet album ?
Planningtorock : En fait, je suis constamment influencée par les artistes. Quand j'ai commencé à écrire de musique, ce sont les sons des instruments qui m'inspiraient, me guidaient… Mais j'ai des références étranges comme les débuts de Michael Nyman, ce qui n'est pas cool je sais, Annie Lennox, Alison Moyet… Ça part vraiment dans tous les sens.  

Et en termes d'arts visuels ?
Planningtorock : Pas directement mais … voyons voir… ça y est : Paul Thek, un artiste américain méconnu… Il est décédé relativement anonyme mais son travail est immense. 

Des films ?
Planningtorock : Ce sont surtout les bandes originales de film qui m'influencent énormément. Pour moi, image et musique forment une combinaison parfaite. Ça me fascine complètement… Et quand j'étais jeune, Stanley Kubrick par exemple, m'a beaucoup influencé… Quand j'ai vu The Shining pour la première fois, et notamment cette scène d'ouverture, je me suis dit "Oh mon dieu, c'est incroyable"… 

Justement, j'ai lu quelque part que Wendy Carlos avait eu une grosse influence sur toi,  c'est vrai ? (Wendy Carlos est une compositrice et interprète de musique électronique américaine ayant entre autres composé les musiques d'Orange MécaniqueTron et donc de The Shining ndlr)
Planningtorock : J'aime beaucoup Wendy Carlos c'est vrai… Dans ce cas précis, Stanley Kubrick a travaillé avec cette femme qui s'appelait Walter auparavant (Wendy Carlos a en effet changé de sexe à l'âge de 30 ans ndlr) et que personne ne connaissait vraiment à ce moment là… Le travail qu'elle a effectué sur la BOF de The Shining est très intéressant. 

Quand tu composes de la musique, tu utilises un laptop ou tu préfères aller en studio ?
Planningtorock : J'ai mon propre studio mais c'est clairement un mélange d'ordinateur et d'instruments acoustiques. Je récupère du nouveau matériel tout le temps, je passe de l'un à l'autre en permanence. Mais j'aime aussi faire des trucs sur mon ordi, bidouiller constamment en rajoutant des plugins, etc. Quand je suis sur la route , j'aime justement utiliser mon laptop. Ce qui est génial avec la musique c'est que c'est virtuel, tu peux en faire partout et c'est cette liberté que j'aime. 

Tu disais que tu jouais du violon : le violon sur ton dernier album c'est toi qui en joue ?
Planningtorock : C'est un mélange de violon et de violon synthétique.  

C'est ton instrument favori ou tu préfères le piano ?
Planningtorock : Pour écrire une chanson, le piano c'est l'idéal vu que tu as toutes les notes devant toi. C'est pas facile d'écrire une chanson sur un violon… Mais je préfère vraiment les instruments à cordes et notamment le violon : c'est plus émotionnel comme instrument et il y a de bonnes possibilités de manipulation des sons de violon avec les effets. 

On ressent bien ton intérêt pour les arts visuels dans les "artwork" de tes albums et les vidéos aussi. Trouves-tu que ta musique et les visuels utilisés se correspondent ?
Planningtorock : Oui je pense. La vidéo pour Doorway est le résultat  d'un travail personnel de réalisation de visuels. En manipulant les voix dans ma musique, j'essaie de jouer sur le côté androgyne, c'est aussi un thème que j'aborde souvent dans  les visuels. 

Dans cette vidéo, quelle est la symbolique avec ce nez que tu t'es fabriqué ?
Planningtorock : En fait, j'ai fabriqué un nez mais aussi des sourcils pour cette vidéo. Pour les vidéos de mon précédent album, j'avais fabriqué des masques et des casques mais je ne voulais pas le faire à nouveau cette fois-ci… Cependant je ne voulais pas pour autant être juste moi-même… Donc je me suis dit "Comment puis-je faire  évoluer cette idée ? Peut-être que je peux modifier mon visage… "  Et j'ai commencé à construire des trucs sur mon visage… Et quand j'ai vu ce que ça donnait si je modifiais mes sourcils, mon nez et grossissait mon front, etc. Le résultat était vraiment androgyne, ça m'a plus immédiatement. C'était androgyne mais aussi effrayant, laid voire même historique, de style grec si tu vois ce que je veux dire… Toutes ces références se sont télescopées…. C'était parfait. D'ailleurs, j'ai bouclé hier la vidéo de mon prochain single. 

Et de quel single s'agit-il ?
Planningtorock : The Breaks

La vidéo de Doorway m'évoque un épisode de The Twilight Zone tu sais cette série culte américaine des années 60 ?
Planningtorock : Ah bon ?! 

Oui, l'épisode s'appelle Eye of the Beholder et raconte l'histoire d'un couple qui se réveille dans un hôpital après un terrible accident de voiture. Leurs visages sont couverts de bandelettes et lorsqu'elles sont retirées, leur visage n'est pas défiguré mais au contraire intact. Par contre, tout le staff semble effrayé du résultat. Et on se rend compte petit à petit que dans le monde où il se réveille, la norme n'est pas la beauté mais l'inverse…
Planningtorock : Excellent ! Ce sont eux la minorité, oui je comprends bien où tu veux en venir… Mon travail sur Doorway est aussi une réflexion personnelle en tant que femme et artiste sur la représentation qu'est faite de ces deux statuts.  Et également comment  tu représentes ta sexualité. Peut-être pousser les gens à se focaliser davantage sur l'intérieur d'une femme plutôt que l'extérieur… Beaucoup de choses. Mais je voulais dire tout ça de façon apolitique. C'est juste un constat. C'est ce qui est cool entre la musique et les arts visuels, c'est que tu peux orienter la réflexion des gens, dire des choses et le faire de façon délicate, en suggérant plutôt qu'en le criant haut et fort. 

 
W de Planningtorock sort le 16 mai chez DFA/Coop. 
 
Thomas Lesnier // Photos: DR.