The Game
J'ai écrit The Game il y a longtemps, c'était au bois de Vincennes. Je bosse tout le temps dans la rue ou dans une forêt, n'importe où, mais je dois me promener, être en mouvement. Donc j'étais au bois de Vincennes parce que je ne me sentais pas très bien, il y avait quelqu'un qui squattait chez moi et qui ne voulait pas s'en aller alors c'est moi qui suis parti. Donc je me promenais dans le bois et tout à coup, la chanson est arrivée, assez facilement. Par contre c'était très dur à enregistrer, parce que j'entendais dans ma tête un arrangement assez particulier. En fait le rythme de The Game est un shuffle, et ça peut très vite devenir un blues rock de vieux mec, donc il nous fallait éviter ça. Normalement on travaille très vite mais là, on a eu besoin de deux jours d'enregistrement.

Skip the Rope
Je voulais reproduire une sorte de comptine pour enfants, mais version adulte. On a surtout recherché un caractère très naïf dans la dynamique et la qualité. C'est une chanson pour les enfultes.

Flowers in the dirt
C'est une des dernières chansons qu'on a faites. On était à Stockholm, là où se trouve notre studio d'enregistrement, et c'était le solstice d'été. En Suède c'est vraiment un événement, tout le monde part de la ville pour aller à la campagne fêter ce grand (et long) jour. Nous on était au studio, en plein milieu de Stockholm déserte, il restait juste trois poivrots dans un square. Mais le reste de la ville était vide, c'était super impressionnant parce qu'elle est d'ordinaire très animée et vibrante. Cette ambiance très particulière m'a beaucoup inspiré, j'ai écrit les paroles en 15 minutes.

Girl Wolf
C'est une chanson qui parle de l'obsession des vampires et des loups-garous. La fille dans la chanson est pas très populaire, tout le monde se moque d'elle, mais à la fin elle triomphe parce qu'elle a un pouvoir extraordinaire. C'est une chanson qui parle des opprimés.

 



Fair Weather Friends
C'est une des premières chansons qu'on a enregistrées, j'ai écrit les paroles juste après la mort de Michael Jackson. "Fair weather friends", c'est à dire les amis qui ne sont là que quand tout va bien, je pense que c'est l'une des raisons de sa mort. Michael c'était une figure évidemment très importante pour moi quand j'avais douze-treize ans et c'était un vrai fantasme que de le rencontrer, bon je le savais pas à l'époque mais ça aurait certainement pas été très sain si ça c'était fait..
Et en règle générale, je n'ai pas envie de rencontrer mes héros. Une fois on m'a proposé de rencontrer David Bowie mais j'ai dit non. T'imagines le mec se plaint que son coca est pas froid ou que sais-je.. Je ne veux pas être déçu par mes idoles, mieux vaut être content en les prenant pour autres que ce qu'ils sont.

Wronging the rights
On l'a écrite à Paris. Ça parle du fait de sortir beaucoup et de voyager, de ne pas avoir de vrai chez-soi. C'est quelque chose que tous les membres de Das Pop ressentent particulièrement: voyager c'est génial, tu rencontres plein de gens etc., mais si tu n'as pas de clef tu deviens presque un esprit, tu n'appartiens nulle part, tu peux devenir fou. Maintenant j'ai une clef, je ne m'en sers pas forcément mais l'idée seule me rassure.

I Me Mine
Pareil, ça parle de la culpabilité que tu peux ressentir quand tu es à New-York, Tokio et que tu penses aux amis, aux amours que tu laisses à la maison. En même temps je ne peux pas m'imaginer une vie sans voyage. I Me Mine, c'est aussi l'une des seules chansons sur lesquelles je joue de la batterie. Avant The Game, j'en jouais sur tous les titres mais depuis, on a trouvé Matt, notre batteur néo-zélandais. Pour celle-là je m'y suis remis et Matt est à la guitare.

The Thunder
C'est une sorte de power ballad. L'arrangement est très nu, on l'a enregistrée en une seule prise. On était dans le New-Jersey à ce moment là, au bord de l'Hudson avec New-York en face, il était tard et je ne me sentais pas très frais, mais c'est plutôt un avantage pour cette chanson.

Gold
Gold ressemble à l'univers de Abba, que j'adore. Le truc génial chez Abba, et j'espère chez Das Pop, c'est qu'on parle de choses pas forcément très gaies, mais sur des mélodies qui ne coïncident pas avec la tristesse des paroles. C'est beaucoup plus puissant d'évoquer un message sombre sous une forme festive. Des paroles tristes sur une mélodie triste ça peut fonctionner, mais ça ne dure pas très longtemps. Alors que quelque chose d'entraînant, ça te rentre dans la tête, tu peux l'écouter même quand tu n'es pas d'humeur dépressive, pas comme ces chansons qui rajoutent une couche de tristesse et qui sont désagréables à entendre quand tout va bien. Quelquefois, ce contraste peut même être encore plus douloureux, c'est plus pudique.

A Kiss is not a Crime
C'est la toute première chanson qu'on a enregistrée et qu'on a jouée. C'était il y a trois ans, on faisait un concert au festival de Cannes, dans un hôtel Art Déco qui était vraiment joli, y avait même Almodovar, et juste avant dans le TGV pour venir j'avais écrit la chanson, qu'on a jouée direct à la soirée. Et "a kiss is not a crime", ça veut dire ce que ça veut dire.

Yesterday
C'est une de mes chansons préférées. Après 15 ans, on a finalement osé utiliser un saxo. Donc on s'est dit qu'on avait besoin d'un saxophoniste avec une queue de cheval, un pantalon de jazz et des chaussures pointues. On n'a pas trouvé. C'est un mec qui joue avec Poni Hoax qui le fait. C'est une chanson assez noire, qui parle de nostalgie, de regrets du passé, mais encore une fois la forme est plutôt gaie. On essaie toujours de jouer sur deux niveaux.
 

Das Pop sera en concert à la Flèche d'Or le 21 octobre.

 

Propos recueillis par Soukaina Qabbal.