Gilb'r, boss et fondateur de Versatile

Après la première sortie du label, I:Cube - Disco Cubizm, nos locaux/studio étaient encore dans un appartement du 18ème (studio dans la chambre, bureau au salon). Nous avions décidé de coller à la main un sticker sur le disque. Sauf que le disque s'est mis à se vendre par centaines. On a alors fait appel à des mômes du quartier que nous connaissions pour nous aider à poser ces stickers. Je me rappelle de cette vision du salon : une espèce d'atelier clandestin où tout le monde collait des stickers, il y en avait littéralement une montagne de 2 metres au milieu de la pièce. Surréaliste !

Ou encore notre rencontre avec RZA, pour son duo avec I:Cube : Can You Deal With That ?. Nous l'avions rencontré par l'entremise de Jérôme d'Outlines. Je me retrouve dans une chambre d'hôtel à Montmartre, avec ordinateur portable et enceintes, pour lui faire écouter quelques sons sur lesquels il aurait pu poser. C'est déjà impressionnant d'être face à une légende du hip hop, et là le mec accroche sur un titre et nous donne rendez-vous à Berlin la semaine d'après. Il enregistrera après un concert qu'il donnera là-bas… Je contacte Jazzanova pour utiliser leur studio, ils sont ok !


Train de nuit pour Berlin avec Cube, record shopping la journée, et on se retrouve dans la chambre d'hôtel de RZA avant son show. Et là, on voit le mec avec une MPC300 en train de bosser sur des sons. Il nous fait écouter un truc sur lequel il bosse avec un sample de L'Eté Indien de Joe Dassin ! No joke.
Concert, puis on se retrouve à l'hôtel à nouveau, mais le lobby est investi par les fans. Il est près d'une heure du mat. Comment sortir sans se faire remarquer ? J'ai une illumination : je vois une porte et je dis «venez, on sort pas là». Bonne inspiration, on sème tout le monde et on se retrouve enfin dans le studio où on a pu enregistrer toute la nuit. Et dès le lendemain matin, nous sommes repartis pour Paris. Magique !


Un bout de session ici.

 

Joakim

C'est difficile de se remémorer un souvenir précis quand on se connaît depuis plus de 10 ans, alors voilà quelques souvenirs épars, plutôt des flashs.
Mon premier rendez-vous chez Versatile, en 1997 je crois. J'avais apporté des cassettes démo.

Peu de temps après ça, un café avec Gilb'r et DJ Mehdi en face de chez Versatile. On avait parlé de Common et Neil Young.

La fois où je n'arrivais pas à trouver de chaussettes à Detroit, l'année du premier DEMF (Detroit Electronic Music Festival), avec Gilb'r et Nicolas (I:Cube).
Pendant ce même DEMF, la soirée Underground Resistance où nous sommes allés, pensant s'être fait embarquer dans un coupe-gorge par le taxi tellement le coin était ghetto.
Un de mes premiers tour à l'étranger, avec I:Cube au Portugal. On avait mangé des Pastéis de Nata dans un café avec des pigeons à Porto.
Le premier voyage au Japon avec Gilb'r, à la recherche de "zuzu" avec notre ami Ken.

Plastic People à Londres en 2011, le regard interrogatif de Gilb'r en fin de soirée bien arrosée, devant son prochain disque.
La bouteille de champagne que Gilb'r a amenée un jour au studio pendant l'enregistrement du prochain Zombie Zombie. On ne sait toujours pas exactement ce qu'on a fêté, c'est ça qui est bien.



CosmicNeman (Zombie Zombie)

Etienne et moi avons commencé Zombie Zombie un peu par hasard, surtout pour s'amuser. Même si notre amie Marie avait sorti notre premier vinyle sur son label Boomboomtchak, on  ne pensait pas que ça irait beaucoup plus loin. Alors, quand j'ai appris que Gilbert voulait nous signer sur Versatile après un concert à une soirée Dirty Sound System au Point Fmr, j'ai été ravi de voir un label qui avait envie de travailler avec un groupe sur un coup de cœur d' un soir. C'est un truc qui arrivait dans les années 60, mais honnêtement pas en 2006, où l'industrie du disque n'était pas aussi frileuse et ennuyeuse qu'en 2011, mais ça avait déjà bien commencé quand même !
Par contre, je me demandais vraiment ce qu'on allait faire sur ce label. Issu essentiellement d'une culture rock, je ne connaissais pas grand chose à la musique électronique et encore moins les artistes du label Versatile. A cette époque j'écoutais que des vieux trucs comme Neu, Can, Kraftwerk ou les Silver Apples, mais j’ignorais tout de la culture techno. J'avais en plus un à priori et une vision très fermée de ce milieu.

Mais la première fois que je suis allé aux bureaux de Versatile, dans le 20ème, près du Père Lachaise, rue de la Folie Regnault, j'ai tout de suite compris en rencontrant Gilbert et son bras droit Ygal que je m'étais trompé. Pas simplement à cause de la photo de Gilbert avec George Clinton accrochée au mur, mais surtout en voyant la collection de disque très éclectique du label. Ce que j'ai aimé c'est l'ouverture d'esprit et la curiosité insatiable de Gilbert en musique, c'est quelqu'un avec qui on peut aussi bien parler de musique africaine que de techno de Detroit.
Ensuite, j'ai rencontré les autres artistes de l'écurie Versatile, ICube et  puis Joakim, avec qui on vient de travailler pour la deuxième fois consécutive avec Zombie Zombie, en enregistrant notre nouvel album à paraître en 2012. Ce sont des personnages très talentueux et c’est toujours un plaisir de partager des moments avec eux.

Je comprends mieux maintenant pourquoi Versatile est encore là après 15 ans : Happy Birthday and longue vie !
 

I:Cube - Souvenirs en Sons

Ecouter le MP3 ici.

 

 

Etienne Jaumet

Mon souvenir le plus fort date en réalité de mon premier contact avec ce label.
Le lendemain d’un de nos premiers concerts au Point Ephémère à Paris avec Zombie Zombie, j’ai reçu au réveil un coup de fil de Gilbert. Il me proposait tout simplement que l’on se rencontre afin de signer sur son label Versatile... Exactement le rêve de tout musicien ! J’étais aux anges ! Après je me suis aperçu qu’en fait ça n’arrive quasiment jamais. Les modes de recrutements des labels sont hélas aujourd’hui beaucoup moins spontanés, mais Gilbert fonctionne toujours de cette manière, avec cet enthousiasme et cette passion qui font que ce label est toujours aussi vivant après 15 ans d’existence.

 


 

Ygal (label manager de Versatile depuis 2005)

Après 6 ans en tant que label manager de Versatile, dur de choisir un souvenir précis...
6 ans de collaboration et de complicité avec Gilbert, 6 ans à assister à la genèse de morceaux qui s'échappent des studios, bosser avec des artistes qui s'avèrent passionnants, et pas seulement sur disque...
Mais des moments flippants, il y en a eu quelques-uns.. Eté 2005, je venais de commencer mon job chez Versatile, bosser en label était un rêve de gamin, d'autant plus pour un label dont je collectionnais les premières releases. Un mois plus tard, notre distributeur a fait faillite, et on s’est retrouvé devant une ardoise énorme.. C'était alors plus le Pôle Emploi que la pole dance qui se profilait pour moi... Finalement, on s'en est rapidement sorti...
Un truc plus "croustillant"... Il y a quelques mois, je reçois une alerte youtube concernant un comment posté sur le clip du Adore de I:Cube. Je cite : "LMAO!!! This song was in a porno....I:CUBE even got credit for it in the "film" lol". N'ayant jamais accordé d'autorisation pour un tel film, je prends contact avec l'auteur du commentaire. Celui ci me donne gentiment le nom du film ainsi que le nom de l'actrice présente dans la scène. Après quelques pages de recherches google, je tombe sur un site de streaming diffusant juste la scène incriminée de ce porno californien, avec une demoiselle se faisant des plaisirs solitaires, au son de la deep house d'I:Cube...



Denis (Organisateur des soirées Free Your Funk)

Versatile ? Il y a 9 ans, on faisait nos premières soirées à la Favela Chic et pour la 3ème soirée de notre jeune existence, on avait décidé de booker un DJ qu’on ne connaissait pas personnellement et qu’on ne savait pas comment contacter : Gilb’R. Chose étrange, on l’avait croisé par hasard à un endroit où ni lui ni nous n’allions jamais : les  Champs Elysées. Le « booking » a donc eu lieu à la Fnac de « la plus belle avenue du monde ». On ajoutera qu’il nous avait bien saigné pour l’époque… Mais quand on aime, on ne compte pas…
8 ans plus tard, l’an passé, Gilb’R a rejoué avec James Pants à notre soirée. Les années passant, père d'une famille nombreuse, devenu mûr et responsable, il nous avait demandé à jouer tôt. Tout ça pour être comme la première fois le dernier à partir de la salle en compagnie de Nicolas Kerr, l’autre moitié d’Aladdin et Ygal, son acolyte de Versatile : pour ceux qui les connaissent, il est inutile de préciser dans quel état ils étaient. Bref, Versatile, un label de pochetrons passionnés.



 

Didier Victor COHEN (label manager de Versatile de 1998 à 2003)

Cameroun VS Tunisie, rencontre avec Manu Dibango (pas celle qu'on croit).
Nous sommes en 2002, j’étais à l’époque le label manager de Versatile (de 1998 à 2003 ). C'est un mardi après-midi pas vraiment comme les autres, il est 15h et nous faisons écouter à Margaret, notre mère de passage à Paris, les dernières nouveautés à sortir du label : maxi d'Osunlade Tree of Life, de Joakim Cotton Gun, et de Phil Asher Find Myself. Nous attendons pour 16h la venue de Manu Dibango qui vient enregistrer au studio pour participer au remix par Chateau Flight du titre mythique Soul Fiesta. Nous finissons d’écouter les morceaux, et là notre mère nous demande comment on a trouvé son couscous de midi.

15h30 arrive le grand Manu, je dis à ma mère «maman, tu connais Manu Dibango  ?» elle me répond «oui bien sur mon fils, il reste du couscous de midi, on pourrait l'inviter à manger ce soir». Nous voila tous assis autour d'une table, nous prenons le café. La discussion tourne rapidement autour des spécialités culinaires camerounaises et tunisiennes (pays de naissance de notre mère) et nous comprenons avec mon frère que la musique n'a pas sa place pour le moment. Nous descendons au studio préparer la session.
16h30, nous remontons chercher Manu, il faut commencer à bosser, mais stupeur, plus de Manu , plus de Margaret non plus, tous deux avaient disparu !! Je ne sais pas jouer du Saxophone, Gilb'R mal.

18h, le téléphone sonne. C'est Manu Dibango qui nous dit de ne pas nous inquiéter, qu'il est avec notre mère en train de manger un poulet aux bananes vertes!

18h30, les voilà de retour au label visiblement joyeux et rassasiés, nous allons pouvoir enregistrer. Manu sort son saxophone devant les yeux admiratifs de notre mère et l'impatience de Gilb'R..
21h, fin de la session, magique et envoûtante, à l'image de Manu. Margaret  : «Mr Dibango, vous devez avoir faim après tout ça n'est ce pas ? Justement, il me reste du couscous de ce midi !» Depuis ce jour, Margaret et Manu Dibango sont toujours restés en contact et s’échangent régulièrement des recettes de cuisine. Le maxi a été un grand succès.

 

Gilb’R – Versatile Records podcast 15 Years Special – Nov 11

“Pour célébrer les 15 ans de Versatile, je me devais de faire un mix un peu spécial. Alors j’ai plongé dans les disques durs, et j’en suis remonté avec des morceaux qui ne sont jamais sortis (pour 95%). Des inédits d’I:Cube, de Chateau Flight, un extrait du prochain Zombie Zombie, un morceau de John Cravache (chanson française extra-terrestre) et plein d’autres choses… Voilà une heure d’inédits,dont certains ne sortiront peut être jamais…” Gilb’R
 

Ecouter et télécharger le mix ici.

 

Versatile en 10 disques  :

I:Cube "Disco Cubizm" (1996)
Cheek "Venus (Sunshine People)" (1997)
I:Cube "Adore" (1999)
Chateau Flight "Puzzle" (2000)
Joakim "Fantômes" (2003)
Joakim "I Wish You Were Gone " (2006)
Zombie Zombie "A Land For Renegades" (2008)
Etienne Jaumet "Night Music" (2009)
The Big Crunch Theory "1992" (2011)
Aladdin "We Were Strong, So We Got Lost" (2011)

 

Photo de Une : Christophe MacPherson.