giphy-4Le top des chansons post-rupture toute fraîche (par étapes), quand rien ni personne ne fera changer ce mal-être profond des entailles de vos valves meurtries, mais qu’il y aura quand même la musique en fond pour accompagner tous vos cris, vos SOS, step by step. 
 
Michel Jonasz - Dites Moi

  
Le déni. Cette personne qui partageait vos prouts de couette n’est plus là, et maintenant qu’il fait froid, il n’y a plus que le radiateur électrique pour faire suer toutes ces larmes de sang et assécher cette gorge serrée. Et vos méninges pour passer en boucle les raisons pour lesquelles vous êtes seul aujourd’hui à écouter la voix aristo-meuglante de Michel, sa coupe de veuch anarchiste et sa lèvre tombante. On se dit qu’il y a forcément une raison, que c’est la faute d’un tentateur aguerri, un suppôt de Satan, on cherche une réponse et on ne la trouvera probablement pas mais extérioriser l’inexplicable, ça fait toujours du bien. 
 
Claude François - Le Chanteur Malheureux 
 
 
Le point de non-retour. La shame de la tristesse commence à laisser place à une décomplexion totale du soubresaut tremblotant du cœur brisé. Phase décisive cathartique pour expier au maximum en grimaçant, et même les voisins auront compris qu’il ne faudra pas casser les couilles ces prochaines semaines.
 
Demis Roussos - Quand Je T’aime  
 
 
La rechute. Le petit SMS, l’espoir désespéré de la dernière chance, le regard furtif pendant une soirée appart bondée, et bim, ça y est. Sauf que le scénario impulsif laisse place à la réalité d’une relation désormais bien terminée, que l’être aimé continue d’aller chercher son pain sans breakdown une fois arrivé à la caisse, lui. Demis Roussos, c’est le dernier cri du cœur pour savoir ce que c’est qu’une décla pure et larmoyante, avant de fermer la porte branlante du passé.
 
Dalida - Pour Ne Pas Vivre Seul  
 

La victimisation. De toute façon, la vie, c’est ça. On croit en l’illusion rose poudrée d’un bonheur fait de dimanches chez Plantes pour tous, de projets de week-end à Deauville, pour finir par ne plus se laver et jouer à Zelda. C’est le début de l’acceptation de la fin, le commencement d’un self-comfort à base de crème glacée Cookie Dough, de longues marches dramatiques dans les parcs en regardant les enfants gambader, les chiens se renifler, les roses se balancer. 
 
Mario Pelchat - Pleurs Dans La Pluie
 
 
 L’apothéose. Maintenant, tout le monde sait que vous êtes seul, et c’est cool. Maintenant, il y a des projets qui fusent, des idées d’ouverture de bar-restaurant-karaoké avec vos potes, des envies de flirt par-ci par-là au détour d’une queue de chiottes, d’un test PCR ou d’un mocha en terrasse. C’est le temps de l’exacerbation de la solitude sentimentale, des beuveries indécentes qui finiront par des accolades avec des inconnus et des chants du cœur pour réchauffer le vôtre, encore fragile. « Et si je pleure dans la pluie, tu n’y verras que du feu… ».
 
Pour ceux qui veulent du concret, pas juste une pelletée de chansons d’amour torturées, et bah ok, pas de soucis les copinous. Contrairement à ce qu’a dit un jour un mec que je ne connais pas, l’argent fera peut-être votre bonheur en comblant votre manque affectif. Pour en gagner, il vous suffit de cliquer pour savoir où acheter la crypto Shiba Inu, cette monnaie du futur qui fera de vous un être triste mais riche.