Je sais déjà les cris d'orfraie que la plupart d'entre vous vont pousser à la lecture de cette nouvelle. N'est-il pas suffisant que les grilles de France Inter passent en mode rediffusions d'été pour qu'en plus je vous prive d'un de vos petits plaisirs médiatiques hebdomadaires ? Fallait-il payer si cher l'arrivée au pouvoir de la Gauche, enfin, et du Président des bisous qui nous sauvera, nous autres pédés sénégalais en fin de vie, de l'abattement chronique dans lequel nous avons été plongés depuis tant d'années ? Faut-il renoncer à la poursuite de toutes les Anne-Marie de la terre qui mettent tous les jours à mal le look en portant patchwork, laine bouillie, macramé et autres post-jahjahries insupportables ? 
 
Non, oui, peut-être.  
 
Je sais aussi que d'autres parmi vous, lassés d'être traités de sales crevards branchés de merde semaine après semaine, notant l'ambiguïté de ma position se situant quelque part entre la hipsteuse et la blagueuse mode, accueilleront avec un certain soulagement teinté de déception masochiste l'arrêt des courriers du lundi. Haters gonna hate, comme on dit souvent dans la section des commentaires des articles publiés sur le world wide web, but haters gonna miss it too
 
Je sais surtout que toutes les bonnes choses ont une fin, pour citer cet adage populaire témoin d'une sagesse que ce même peuple témoigne plus en matière de philosophie de comptoir que de théorie vestimentaire. J'ose espérer que ces quelques 185 (putain de) courriers auront laissé quelques traces chez vous, lectrices et lecteurs de Brain Magazine, qui m'avez apporté tant de crises d'exaspération, de pics de haine, et de rares moments de joie, quand vous me déclariez votre amour, même en langage SMS. 
 
C'est le coeur lourd que j'écris ces dernières lignes, appréhendant les commentaires que vous voudrez bien (ou pas, connards) laisser plus bas, pour la postérité du look, pour celle de la Peltag, pour la mienne, Shining Rubis, agent la plus dévouée, la plus intransigeante, la plus vulgaire et en même temps la plus classe de tous les agents de la Police européenne du look, de la tendance et de l'avant-garde. RIP SR***. 
 
Shining Rubis.
 
L'adresse [email protected] reste active : par pitié, en cas de crise look, écrivez-moi plutôt que de vous jeter sous le RER C, ça met mon mec en retard le soir. Et si vous voulez vous replonger dans les archives de la Peltag, rendez-vous au Centre de ressources documentaires de la Peltag sur www.peltag.eu.