Elles rentraient chez elles pour la nuit de Noël, chacune sur un âne qui marchait à reculons, et elles se disaient en faux espagnol du temps des "incamayas" qui vivaient là bas contemporainement aux deux soeurs (pour plus d'infos reportez-vous aux documentaires à la fin des épisodes des Merveilleuses cités d'or) qu'elles n'avaient pas du tout  envie d'aller à ce dîner où elles allaient devoir parler mode et politique avec leur beau-père qui avait abusé sexuellement d'elles et sacrifié leur plus jeune soeur au Dieu Soleil pour qu'il bénisse ses champs de coca. En chemin vers leur réveillon, elles étaient arrêtées par des mendiants belliqueux qui leur jetaient au visage les bouts de peau léprosée de leurs enfants qui hurlaient en déféquant la boue qui leur servait d'aliment principal, pendant que les célibataires s'enfonçaient dans les bras les crocs de serpents à plumes qui volaient partout autour pour se faire un trip (tiré de l'Histoire de l'Amérique Latine aux Editions UMPFN).

 

C'est en chemin, ce 21 décembre 1312, que Bijoula aurait dit à Romicha "j'ai l'impression que ça va durer 700 ans encore cette affaire !", ce à quoi un Dieu serpent embusqué derrière un cactus aurait répondu en murmurant "Tout pile !", tandis qu'un lama magique sculptait la scène sur une jarre en terre cuite. Aujourd'hui, on circule en train, en RER, métro, taxi, voiture personnelle, de location, volée ou utilitaire "de la boîte" ou encore en avion pour aller parler du mariage pour tous, du retour de Céline Dion et de l'UMP au repas de Noël avec l'oncle FN, la tante alcoolique et les cousins mariés entre eux (big up aux Boutins). C'est la tradition, et justement, c'est de tradition dont nous allons parler après toutes ces précisions historiques de manière à amener le véritable sujet de ce marronnier de décembre : Noël.

 

 

Même si le dictionnaire dit que c'est un nom masculin, on dit "la Noël", comme en Franche-Comté d'après Yahoo Answers, parce que "C'est pas les Arabes qui vont nous piquer Noël, et encore moins les pédés avec leurs questions de genres  !" comme on dit chez Boulevard Voltaire. Tradition donc. Oui, tradition, car Noël ne souffre pas la modernité, et pourtant chaque année on y a droit. Ces gens qui ne supportent pas tout ce qui est traditionnel et causent la perte de notre identité nationale en choisissant qui un sapin rouge, qui un sapin fait de tubes transparents ou de néons lumineux, qui un Noël au design épuré façon vague japonaise minimaliste des early to mid 90's. Noël n'aime pas ça, les enfants n'aiment pas ça, et c'est aux enfants qu'on pense et qu'il faut absolument défendre de cette hérésie qui risque de les traumatiser à vie. On pense aussi aux boulangeries, car Noël et la boulange, c'est la même chose, c'est tradition ou rien. Vous imaginez une boulangerie design sans les paniers en paille, les petits dessins du temps d'autrefois qui était si bien (calèche, "petite maison dans la prairie", couples hideux, la femme d'un boulanger en 1735 accouchant de son 17ème enfant dans le pétrin tandis qu'elle roule des croissants...), les pains-surprise et la boulangère sans sa blouse à froufrous et sa voix haut perchée qui vous dit "Beujur ! Vous désirez quoi-hannn ?", et à la place une dame toute maig' en col roulé et legging noir dans un décor total blanc à la Margiela ? Vous en voudriez, de ses pains au chocolat à cette bien-pensante de gauche ? Connasse va ! Pour la décoration de Noël c'est pareil. Le principe de la décoration de Noël est le même que le maquillage mortuaire, qu'il soit naturel ou synthétique, le sapin est dans 90% des cas MORT, on le décore donc pour oublier que l'hiver c'est la mort de la nature, sauf que la décoration d'un sapin, c'est souvent comme si on avait laissée une drag-queen de 8 ans alcoolique, droguée, aveugle et complètement débile maquiller le cadavre de sa grand-mère, ou comme si la fée Paillette avait dégueulé son lait de poule sur les sapins et les rues de nos villes et villages, car c'est bien là le problème de la décoration de Noël. Tant qu'ils font ça chez eux les gens, nous on dit rien, mais à Noël, ils décorent l'extérieur de leurs maisons et appartements, donnant l'impression que Valérie Damidot a obtenu un contrat avec la mairie pour devenir paysagiste municipale. Mais ce n'est rien comparé aux Etats-Unis, qui chaque année à la période des fêtes de fin d'année révèlent l'enfer de l'alcoolisme à travers leurs décorations extérieures de Noël dont les guirlandes semblent faire clignoter en morse : "HELP ME !". Combien d'ados doivent, dès fin novembre, prétendre ne pas habiter dans leurs maisons tant ils ont honte ? Pensons à eux, que fait l'Unicef et que fait Civitas ? Il n'y en a décidément que pour les Africains et les homosexuels, les autres peuvent bien crever la gueule ouverte !

 

 

Mais nous sommes DIEU MERCI en France, où en rentrant chez soi pompette un soir après les nombreuses soirées alcoolisées de décembre (Noël du bureau, Noël du club, Noël du bar, Noël des amis, Noël des herpétiques anonymes....), on peut hurler dans la rue en appelant la police sur son téléphone : " à l'aide ! Un enfant nain essaye de se suicider en se jetant par la fenêtre parce que ses parents lui ont fait porter des vêtements en polyester rouge particulièrement laids !" à la vue de ces pères Noël accrochés aux balcons du 13ème. Noël ça peut aussi très vite ressembler à 1979 esthétiquement parlant, et on tous a vu les photos, personne ne veut ça.

 

 

C'est donc pour défendre un Noël traditionnel avec un sapin vert qui sent bon le pin sauvage, les boules italiennes et le père Noël blanc joufflu, que nous vous proposons de dénoncer comme au bon vieux temps de la France la décoration de noël la plus glauque (vitrine de boucherie, bonus s' il y a du gibier qui pend), WTF ? (décorations faites soi-même, "délire de l'artiste"...), déprimante ou encore très laide que vous rencontrerez, et de nous envoyer vos photos. Les 10 pires seront publiées, et la gagnant ou le gagnante sera nommé(e) président(e) honoraire de l'UMP.

 

 

Mais ce n'est pas tout. Vous croyez peut-être qu'on avait oublié les de marchés de Noël ? Ou plutôt devrait-on dire les cagettes posées sur des palettes où l'on vend la camelote dont même une Foir'Fouille aurait honte, et que certains vont trouver sous leur sapin. D'accord, c'est le geste qui compte, mais des fois on se demande c'est quoi le geste quand on découvre un kit de couture USB dans l'emballage qui nous est destiné - et c'est alors que cette semaine de stage chez Florent pendant l'été 2001 dont on pensait qu'il ne servirait jamais à rien devient à ce moment précis votre diplôme le plus important pour faire passer la stupéfaction pour de la surprise. 

 

 

Alors voilà, si TF1 a Miss France, nous, nous aurons un(e) Miss (peu importe votre seske, on ne croit pas au genre donc pas au titre de mister) cadeau de Noël 2012. Dès le 25 décembre, vous pourrez nous envoyer les photos de vos cadeaux, et le pire de tous remportera le prix du pire cadeau de Noël 2012.

 

 

 

Phil Doux.