Le matos tu déballeras

A quoi sert un festiboule si ce n’est pour se montrer ? C’est le seul endroit hormis la plage (Paris Plage ne comptant pas, ndlr) où l’on peut se permettre d’être très peu vêtu. Hauts de bikini et crop tops sont préconisés pour les femelles, torses nus et débardeurs de modasses androgynes sont conseillés aux mâles. Et le sacro-saint short en jean, pour tout le monde. 

 

Au festival tu t’adapteras

S’il y a des indispensables à avoir toujours sur soi (des lunettes de soleil qui te donnent l’air dédaigneux, une bière, des Vans, un pistolet à bulles), il faut savoir s’adapter. Pour exemple, les équations ci-après : Avignon = chaussures de théâtreux, Cannes = robe en satin, Coachella = truc à franges, Rock en Seine = bottes de pluie, Route du Rock = K-way, Burning Man = tatouages, Fête de l’Huma = veste militaire, Cinéma = lunettes 3D, Vieilles Charrues = dreadlocks, Wacken / Hellfest = bas résilles et cheveux noirs, Festival de Hyères = pièce de créateur. Etc, etc, etc.

 

 

Le bracelet tu arboreras

Parce que c’est comme ça : si tu ne le brandis (et Monica) pas fièrement, tu ne rentres pas. Et puis à quoi ça sert d’avoir un vide-poches dans l’entrée si ce n'est pour cela (et les vieilles piles) ?

 

Des cheveux bleus tu auras

Ainsi, même si tu n’es pas très bien habillé, tu as de fortes chances d’être streetstylé. Allez, ne dis pas que tu n’as pas envie de te retrouver sur un diapo de L’Express Styles ou dans Grazia

 

 

Relou tu ne seras pas

Pourquoi est-ce que tu as pris un pass 3 jours pour Rock en Seine alors que le seul groupe qui t’excite c’est Simple Plan ? Pour suivre, maussade, tes potes voire tout un tas de groupes que tu ne connais pas ? Voilà. Si tu es également concerné par les cas suivants, tu seras prié de passer ton tour : mal au dos / envie de faire pipi trois fois par heure / frileux / post-rupture (polémique toutes les 5 minutes) / asthmatique (aka ne supporte pas la fumée alors que tout le monde fume) / agoraphobe.

 

Un bandana tu porteras

Parce que c’est comme ça (bis), c’est le règlement, la tradition. Le festivalier est par essence un porteur de bandana. Tu n’as plus qu’à choisir comment tu veux le porter : noué sur la tête façon Tupac, en all-over sur le crâne comme Hulk Hogan, au bras comme Carrie Bradshaw (je ne retrouve pas l’image), au poignet, sur ton sac à main comme les bourges, ou encore en garrot sur la cuisse en mode Xena La Guerrière. C’est pas comme si y’avait pas le choix !

 

 

Crédible tu seras

Pas comme ces gens, par exemple. Alors tu seras prié d’être «un vrai» ou alors d’avoir bien révisé tes fiches, merci.

 

Stchylé tu seras

Un festival, c’est un peu comme un défilé de mode. Quoi qu’on dise, on se sape toujours un peu pour y aller. Et comme c’est un endroit où l’on communie tous ensemble l’amusement (et les bières), on a le droit de faire ce qu’on veut. Vous aurez exceptionnellement le droit de vous y croire, avec trois options prédominantes dans le style : l’option Woodstock (choses longues, en cuir, en crochet, capelines, headbands tressés, colliers bouddhistes), l’option Spring Breakers (choses fluo, sneakers, verres colorés, bracelets brésiliens, casquettes) et l’option hipstérique (t-shirt loups, lunettes rondes, sac à dos en jean ou sacs en tissu du Who’s Next, méduses)

 

 

Ton propre gobelet tu ramèneras

Comme ça, tu ne paieras pas 300 euros la bière (dont 200 euros de gobelet que tu ne récupèreras jamais car tout le monde sait que tu ne le consigneras pas), et tu seras stylé avec ton verre à paille Hannah Montana / Bob l’éponge. C’est même le parfait accessoire pour engager la conversation avec des gens sexuellement transmissibles. A proscrire cependant : le thermos Starbucks.

 

Organisé tu seras

C’est à dire que tu auras dans ton baise-en-ville les objets suivants : crème solaire (sinon coucou le bronzage col V de brocanteur), Doliprane (à cause du bruit), des capotes (bah quoi, on sait jamais), des bouchons (pour les bouteilles en verre entamées), des boules Quiès (au cas où que t’as les baffles qui te frôlent l’anus), du PQ (à moins d’avoir envie de faire la queue durant 1H30 devant les 10 toilettes prévus pour 10 millions de personnes, et qui de toute façon en seront dépourvues).

 

 

 

Texte et photos : Anaïs D. + D.R. // Photo de Une : Duncan Rawlinson.