De fait, les petits Britons ont décidé de nous faire remuer bras et jambes, et de nous faire faire des vagues avec notre torse sur le dancefloor à coups de beats électro et de paroles répétées à tue-tête qui évoquent aussi bien Gainsbourg qu’Iggy Pop. Mais après la fête, la cuite. Sous des dehors joviaux, les morceaux peuvent se révéler à une seconde écoute anxiogènes et lourds comme le poids d’une relation nocive. Hé oui les boloss, le saccharose aussi, ça nique les dents.

 

 

Arthur Russell - In the Light of the Miracle (Solo Voice and Cello Version)

C'est le plus bel enregistrement d'Arthur Russel que je n'aie jamais entendu. Sa voix était si belle qu'il n'y avait pas besoin de beaucoup d'autres choses autour. (Cette version n'étant pas trouvable sur les internets, nous en avons inclus une autre dans la playlist, ndlr)

 

 

Grumbling Fur - The Ballad of Roy Batty

Cette chanson reprend le discours final de Rutger Hauer dans Blade Runner et le met en musique, ce qui est un concept fantastique. La mélodie est magnifique. J'ai dû écouter cette chanson une centaine de fois cette semaine.

 

Melodious Myles & Bo - Odyssey Love

Jusqu'à tout récemment, je n'avais pas de house. Découvrir des chansons comme celle-ci ou Love Of My Own de Joe R. Lewis m'a fait réaliser ce que j'étais en train de manquer.

 

Brian Eno - Strong Flashes of Light

Je pense que ce morceau date de 1983. Je le perçois comme le chaînon manquant entre Before and After Science et Remain in Light. Je le trouve stupéfiant.

 

Abba - The Visitors

Les gens font souvent une drôle de tête quand je mentionne le dernier album d'Abba. Ils passent à côté de quelque chose parce que c'est un disque d'une grande beauté. Cette chanson s’approche autant que le peut Abba d’une rythmique motorik.

 

Pete Shelley - Homosapien

Pete Shelley est clairement plus connu pour The Buzzcocks plutôt que pour sa carrière solo, ce qui est une honte étant donné qu'il a créé des morceaux vraiment avant-gardistes ! Il est très habile pour composer des mélodies.

 

Martin Hannett - First Aspect of the Same Thing

Ce morceau a été fait pendant les sessions d'enregistrements d'un album de Durutti Column. Tous les synthétiseurs ont l'air "X", ce qui créé un son intense vraiment cool. J'ai beaucoup ré-écouté Closer ces dernier temps, et la combinaison entre les chansons et performances de Joy Division et la production de Hannett est époustouflante. C'est comme si ces morceaux provenaient d'une autre planète.

 

Easy Going - Fear

Il s'agit d'un groupe italien de la fin des années 70 dont les membres avaient les orteils qui faisaient bien trempette dans le jacuzzi de l'italo-disco.

 

Hot Chocolate - Put Your Love in Me

Ce morceau comporte une part menaçante qui ne transparaît pas vraiment dans You Sexy Thing. Il va bien avec I Need Somebody to Love Tonight.

 

Farley Jackmaster Funk & Jesse Saunders feat. Darryl Pandy - Love Can't Turn Around

Je n'aimais pas beaucoup cette chanson quand j'étais enfant. Je la trouve maintenant géniale, ce qui démontre que la musique peut signifier des choses différentes à différents moments de nos vies même si elle reste toujours la même. Si vous n'aimez pas un morceau, il y a des chances que ce soit vous le problème, pas lui. Attendez 26 ans pour voir !

 

 

++ La page Facebook, le compte Soundcloud et la discographie de Fujiya & Miyagi.

++ Artificial Sweeteners, le cinquième album de Fujiya & Miyagi, est disponible depuis le 5 mai dernier sur Yep Roc. Vous pouvez le (re)découvrir en live le 14 juin prochain au Nouveau Casino à Paris, et le 16 juin à la Péniche à Lille.