Dans le futur, saviez-vous que nous mesurerons un mètre, à tout péter ? Des chercheurs rappellent qu'il y a 56 millions d'années, lors d'un précédent réchauffement climatique, les animaux avaient rapetissé, jusqu'à 40% chez les mammifères. Taille moyenne estimée de l'homme et de la femme selon nos calculs : respectivement 1m05 et 98cm.

 

 

Nous serons petits mais aussi flapis et grognons car les cultures d'Arabica sont menacées par une épidémie de rouille orangée, favorisée elle-même par ce putain de réchauffement climatique. Le café pourrait même disparaître (enfin, juste l'Arabica, mais quand même). Adieu énergie, pauses cafés et lien social.

 

 

Et ça continue. Les céréales elles-aussi sont en sursis : des spécialistes craignent une chute de 20% de la production en Europe. Frosties, Coco et autres Miel Pops, mais aussi coquillettes, pains à burgers, chouquettes et consorts deviendront des aliments-prestige.

 

 

Rajoutons que nous passerons notre temps à nous moucher et à nous shooter à la Ventoline, les yeux rouges et globuleux. Les allergies sont paraît-il promises à un avenir flamboyant.

 

"Si rien n'est fait pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, les vignes se déplaceront de 1000 km au-delà de leur limite traditionnelle d'ici la fin du siècle", proclame une étude. A nous, loques humaines asthmatiques d'un mètre de haut, les petits vins acides d'Angleterre, de Hollande ou de Pologne ! 

 

 

Et le pire est à venir, accrochez-vous. Les poissons tropicaux sont touchés massivement par une microalgue toxique nommée ciguatera. Vous ricanerez moins quand vous serez pris d'une affreuse chiasse après avoir mangé des brochettes de barracuda sur une plage antillaise. Plus la température des océans montent, plus Gambierdiscus toxicus la microalgue de l'enfer se développe.

 

 

Unique bonne nouvelle dans cette avalanche d'horreurs : les manchots Papou devraient proliférer, contrairement à leurs autres cousins manchots. Et ça, c'est génial.

 

 

 

Thomas Blachère.